Monsieur Phal

Le Fantôme de l'Opéra à la Gen Con

Le Fantôme de l'Opéra à la Gen Con

La Gen Con Indy, pour Indianapolis parce que cela se passe à Indianapolis, est l’un des plus gros rassemblements de Geeks pousseurs de figurines, lanceurs de dés et même des amateurs de cubes en bois de l’Amérique des États-Unis. Cette manifestation, à laquelle nous vous avons amené l’année dernière, a lieu d’ici quelques jours. Du 15 au 18 août pour être précis. Et cette année, les éditeurs européens ont fait des efforts pour proposer aux joueurs de l’Amérique du Nord quelques avant-premières parce que souvent ils ont les jeux de chez nous des mois après leur sortie. Un peu comme nous ici avec les jeux de chez eux. Et encore, nous, nous avons Essen et Nuremberg qui les poussent à faire des avant-premières, surtout quand ce sont des jeux avec des Meeples dedans.

Parmi ceux qui ont fait un effort de communication vers les US, il y a Hurrican. L’éditeur Suisse va présenter durant cette Gen Con une nouveauté qui n’en est pas une, mais quand même puisqu’il s’agit d’un jeu basé sur un principe que l’on connaît bien, mais que ce principe a été modifié même que du coup ils ont « pensé », avec les auteurs, à une « gamme » complète. Du coup, Hurrican a essentiellement donné des infos aux sites américains, mais comme Tric Trac est habilement situé quasi au centre de la France et que l’un des auteurs passait dans notre rue pour aller en vacances, il a fait une pause et nous avons pu essayer le jeu et donc nous pouvons vous en parler. Si ce n’est pas un positionnement stratégique ça, d’être installé à Orléans…

Mr Jack Game System

DefaultLe jeu dont il est question se nomme « Le Fantôme de L’Opéra ». Il est signé Ludovic Maublanc et Bruno Cathala. Les deux auteurs nous proposent une autre façon de jouer à « Mr Jack », leur formidable succès déjà décliné plusieurs fois. Et c’est suite à ces déclinaisons que la réflexion leur est venue. Manifestement, beaucoup de joueurs aiment « Mr Jack Pocket », parce qu’il est facile, évident. N’importe quel individu normalement constitué peut tout de suite comprendre comment le jeu fonctionne et prendre du plaisir à titiller ses capacités de déduction. Seulement les deux auteurs regrettent toute la subtilité qu’il peut y avoir dans l’utilisation des « pouvoirs » des personnages, surtout dans « Mr Jack à New York ». Ces « Pouvoirs » en font un jeu un peu plus complexe à maîtriser que la version « Pocket ». Du coup, ils ont voulu faire un jeu intermédiaire, aussi facile à mettre en place qu’un « Mr Jack Pocket », mais avec quelques subtilités comme on peut en trouver dans « Mr Jack à New York ». En travaillant sur cette idée, ils ont imaginé une « collection » qu’ils ont appelée « Mr Jack Game System ». Cela laisse supposer qu’ils ont déjà d’autres idées sur cette mécanique de déduction si efficace (ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les ventes).

Default

Bhouuuuuu !

Dans « Le Fantôme de L’Opéra », plus question de Jack l’Éventreur et de Londres. D’ailleurs, plus question de rues glauques non plus. Nous sommes invités à nous promener dans l’un des bâtiments les plus beaux de la capitale française, l’Opéra Garnier. Quelqu’un veut faire fuir Madame Carlota en l’effrayant. La cantatrice menace de partir à la Scala de Milan si les menaces anonymes ne cessent pas dans les plus brefs délais. Je ne vais pas vous refaire ici le résumé du livre de Gaston Leroux, mais les auteurs se sont appuyés sur l’histoire célèbre pour planter leur décor et les 8 protagonistes…

De la déduction.

Nous allons toujours devoir faire appel à notre sens de la déduction et toujours jouer à 2. « Le Fantôme de L’Opéra » reprend les bases de son ainé et de ses enfants. L’un des joueurs va connaître le coupable, celui qui se fait passer pour le « Fantôme », celui qui menace le doux équilibre de l’institution, celui qui a forcément un mobile (et tous les personnages ont un mobile) et qui va essayer de faire fuir la cantatrice, et l’autre va tenter de le démasquer, de découvrir qui est le vil personnage capable d'effrayer ainsi une pauvre femme qui n'a rien fait à personne à part avoir du talent...

L’Opéra.

Le plateau représente le palais conçu par Garnier en 1861. Il est présenté en coupe et on y découvre les 10 salles dans lesquelles va se passer l’action. On place, aléatoirement les 8 jetons personnages du jeu dans les 8 salles en périphérie, face Suspect visible. On place le jeton « Panne d’Électricité » dans la même salle que le personnage de « Joseph Buquet », on place le jeton « Cadenas » qui bloquera un couloir situé entre 2 salles en fonction de l’emplacement du personnage de « Madame Giry ». On mélange les 8 cartes « Personnages » que l’on place faces cachées à côté du plateau de jeu, on mélange les 11 cartes « Alibis » que l’on place, faces cachées, aussi à côté du plateau. Le joueur qui va jouer le « Fantôme » pioche la première carte « Alibi » et prend donc connaissance du « coupable ». La partie va pouvoir commencer.

Le Mr Jack System.

Le principe est quasi le même que dans les Mr Jack, mais en pas pareil. À son tour, le joueur actif va placer 4 des 8 « personnages » face visible sur la table. Il va en choisir un, le déplacer en respectant quelques règles de déplacement, et éventuellement effectuer son « pouvoir ». Puis l’autre joueur va faire de même, mais en enchainant 2 personnages, et le « personnage » restant sera activé finalement par le joueur actif du tour.

À la fin de chaque tour, le sien comme celui de l’enquêteur, le Fantôme devra indiquer s’il peut se manifester ou pas. Et c’est là que la déduction commence. En fonction de la réponse, l’enquêteur pourra définitivement innocenter des « personnages », ce qui est bien pour l’enquêteur. En fonction du nombre de suspects potentiels restant à la fin du tour, le jeton « Carlota », placé sur une piste spéciale, avancera plus ou moins vite vers la sortie… Et là, c’est plus ou moins bien en fonction du joueur. Car si elle atteint la dernière case, celle où est inscrit « Annulé », avant que l’enquêteur ait isolé complètement le coupable, le joueur qui joue le « Fantôme » est déclaré « Grand Vainqueur », par contre, c’est le contraire si c’est le contraire… C’est-à-dire que l’Enquêteur est déclaré « Grand Vainqueur » s’il découvre qui est le coupable avant que Madame Carlota ne se débine…

Je bouge… je ne bouge pas.

La grande question est « quand le fantôme peut-il se manifester ? ». Et bien quand il est seul dans une salle du Palais Garnier, ou quand il est dans la pièce éteinte même s’il y a du monde avec lui ! Normal, il fait tout noir, alors il peut tranquillement faire tomber un lustre… Donc, pour ceux qui connaissent les autres versions, vous avez compris que, là aussi, la stratégie va être de faire des groupes et d’isoler des individus le mieux possible pour en déduire des choses. Pour ceux qui ne connaissent pas le principe de base, c’est simple, si le Fantôme ne peut pas se manifester, c’est qu’il est forcément dans une pièce avec du monde, donc vous pouvez innocenter tous les personnages seul ou dans le noir. S’il peut se manifester, c’est qu’il est seul ou dans la pièce noire, donc vous pouvez innocenter tous les autres…

Default Default Default


Mais qu’est-ce qui est bien ?

Toute l’astuce, la tactique, l’intelligence pure viennent des déplacements des Personnages, de votre choix de faire jouer tel ou tel d’abord, pour profiter de son pouvoir. Car chaque individu a une spécificité très pratique, que ce soit pour l’un ou l’autre des joueurs, puisqu’en fonction de l’ordre, du coupable tiré aléatoirement au début, du placement, vous n’allez pas en tirer la même chose… Vous n’allez pas en user de la même manière. Par exemple Meg Giry, la fille de la concierge, est la seule à pouvoir utiliser les passages secrets de l’Opéra. Oui. Elle est quasiment née dans le Palais, elle en connaît tous les recoins. Joseph Buquet, le machiniste, en tant que chargé de l’éclairage, doit réparer la salle éteinte, et donc il déplace le jeton « Panne électrique » dans une autre sale… M Moncharmin est le codirecteur, il a un sale caractère, et à la fin de son déplacement, il peut pousser une gueulante qui fera fuir dans les salles voisines tout ceux présents dans sa case d’arrivée… Madame Giry, la concierge responsable des clefs, doit avant ou après son déplacement, changer le cadenas de place, bloquant ainsi un nouveau passage tout en en libérant un autre…

Default

Les déplacements.

Les mouvements ont été un peu modifiés pour apporter un peu plus de tactiques. Un personnage va pouvoir se déplacer d’autant de salles que le nombre de personnages de la salle qu’il quitte. À vous de calculer, du coup, l’importance que vous allez donner à telle ou telle accumulation de monde dans telle ou telle pièce, et avec qui de pourquoi…

Les Niveaux.

Un petit ajustement pour équilibrer les différences entre les joueurs forts, ceux qui connaissent bien les rouages, et les débutants a été mis en place. En début de partie, vous allez pouvoir avantager l'un des joueurs en choisissant de démarrer plus ou moins haut sur l'échelle d'avancement de La Carlota. En fonction, la chose sera plus facile pour l'un des joueurs et moins facile pour l'autre. Un bon point pour ce jeu qui effectivement avantage ceux qui sont un peu plus aguerries...

Les illustrations.

C'est le retour de Jean-Marie Minguez qui revient sur l'ouvrage après avoir laisser la main à Pierô pour les version Pocket et New-York. C'est comme durant la partie : 1,2,1...

DefaultGaston-Alfred-Louis Leroux grandit en Normandie et suit sa scolarité au collège d'Eu. Après avoir obtenu le baccalauréat de lettres au lycée de Caen, il s'installe à Paris en octobre 1886 et s'inscrit à la faculté de droit. Il devient avocat en 1890 et exerce cette profession jusqu'en 1893. Pour arrondir ses fins de mois, il écrit des comptes rendus de procès pour le journal L'Écho de Paris.

Alors ?

On peut dire que le pari est réussi pour Bruno Cathala et Ludovic Maublanc. Ils ont parfaitement mis en place un jeu qui est pareil, mais en complètement différent. Ils ont fait un jeu qui est parfaitement accessible avec ce petit plus d’intelligence pure qui le rend potentiellement plus… enfin moins… Bref, les amateurs de la collection devraient être aux anges. Si vous ne connaissez pas, autant commencer par celui-là. Par contre, si vous connaissez et que vous n’avez aucune affinité avec les opus précédents, vous n’en aurez pas plus là.

Une TiTiTiVi a été tournée, elle devrait bientôt être en ligne, peut-être pour l’ouverture de la Gen Con, histoire que vous le découvriez en même temps que ceux qui auront fait le déplacement à Indianapolis…

En France ?

La version française devrait arriver autour de septembre, elle coutera environ 30€ prix public conseillé. Oui, 30€, parce que c’est une boite bien plus grande que la version Pocket, une boîte de la même taille que la première version, avec un plateau, des pions en bois et tout…

► Voir à quoi ressemble une Gen Con Indy, une TiTiTiVi est en ligne par ici !

► Voir Monsieur Croc vous parler de la Gen Con Indy, une TiTiTiVi est en ligne par là !


« Le Fantôme de L’Opéra »
un jeu de Bruno Cathala et Ludovic Maublanc
Illustré par Jean-Marie Minguez
Pour 2 joueurs
à partir de 13 ans
Pour des parties de 20 minutes
édité par Hurrican Games
Distribué par Asmodee pour ce qui concerne la France
Prix : 30 €uros
Sortie(s) : le 15 août aux states, le 30 août en France, quelques jours plus tard ailleurs...


/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (9)

Default
truliduli
truliduli

Impossible de lire les deux paragraphes de droite sur mon smartphone...Le jeu est très attirant.

Kerquist
Kerquist

Y aura-t-il dans cette série un jeu de déduction pour plus de deux joueurs, ou bien faudrait-il pour ça pondre un nouveau système de jeu ?

Il existe bien déjà Lady Alice, qui à mon sens est une vraie réussite, mais où la part de bluff est plus importante que la part de déduction pure.

Mayoniaise
Mayoniaise

Bin alors l'est où la TTtv ? :p

Koban
Koban

Perso je suis un grand fan de la série des Mister jack. Alors oui je sais je suis toujours enthousiaste pour les jeu du monsieur des montagne, mais personnellement je dirais que de tous les jeux que je connais de lui (et de Ludovic) Mister jack est vraiment mon préférer. grosse par de réflexion pur, avec un thème qui colle bien, un zeste de bluf (je sais il faut y allé molo sur le bluf). Un pure chef d'oeuvre.

Je n'ai plus qu'une envie, jouer à faire peur à la Carlota :D

pierolalune
pierolalune

Héhéhé.. Oui, tout à fait, j'ai fait Mr Jack, l'extension et la version New York. Puis JM a fait le Pocket :)

sgtpepere
sgtpepere

C'est le retour de Jean-Marie Minguez qui revient sur l'ouvrage après avoir laisser la main à Pierô pour les version Pocket et New-York.

Je ne sais pas pour le New York, mais c'est bien JMM qui illustre le Mr Jack Pocket.

Petimuel
Petimuel

@sgtpepere

... Et la première version était illustrée par Pierô. Jean-Marie Minguez ne "reprend" donc pas la série, mais poursuit sur sa lancée, qu'il avait commencée avec la version Pocket.

Davador
Davador

J'ai eu la chance de jouer au proto contre Bruno himself, et même si le mécanisme principal suit celui de Mister Jack, il y a plein de nouvelles idées alléchantes.

Et je dirais presque que ce jeu est plus subtil, ou plus difficile dans les choix, que son grand frère. Encore plus de tension du coup ! Que du bon !