Kickstarter et les boutiques, suivez le débat en direct !

Le financement participatif est en train redéfinir les lignes du secteur ludique. Sur Kickstarter, les jeux de société sont parmi les projets qui ont le plus de succès, qui rapportent le plus de dollars. Alors forcément, c’est un outil qui se cherche. Un outil qu’il faut réfléchir. Une nouvelle manière de concevoir la chaine entre l’auteur et le joueur.

 

Il y a quelques jours, sur le forum de Tric Trac, Monolith, l’éditeur de « Conan » affichait son intention de ne plus passer par les boutiques pour vendre ses produits. Suivis de près par Sérious Poulpe qui expliquait que l’on ne trouverait finalement pas « 7th continent » sur les étals des boutiques.

 

1932703fc593852dc0b613bda2b7721f5d99.jpe

 

Nous avons donc décidé de faire une petit débat autour de ce sujet qui intéresse beaucoup de monde depuis plusieurs mois. Cette discussion aura lieu ce jour, vendredi 20 janvier, dans la Tric Trac TV. La chose sera diffusé en direct sur la page Facebook de Tric Trac autour de 15h et en replay sur www.trictrac.tv dès le plus rapidement possible.

 

Les invités seront Frédéric Henry, auteur de « Conan », François Decamp, gérant de la boutique Descartes de Bordeaux, Nicolas Soubies, gérant d’un café jeux et des joueurs. 

 

► Rendez vous vers 15h sur la page Facebook de Tric Trac, cliquez ici !



Commentaires (106)

  • Pit0780
    Perso, je ne vois pas où est le problème... et c'est un peu la conclusion de ce débat j'ai l'impression, où finalement, tout le monde était d'accord.
    - Soit Fred brade ses jeux en boutique et perd de l'argent,
    - Soit Fred vend son jeu au prix correct, et les boutiques n'en veulent pas.
    Conclusion : pas de boutique pour certains "gros jeux" KS, c'est aussi simple que ça, je ne vois pas où est le problème. Les boutiques ont suffisamment de jeux à distribuer, ce n'est pas quelques gros jeux "ratés" par an qui va les couler. En plus, vu l'arrivée de Conan en solde, c'est qu'il n'a pas son public dans ce genre de circuit. CQFD...!

    KS et les boutiques peuvent parfaitement co-exister, et d'ailleurs, co-existent DEJA très bien.

    Le seul truc qui me chagrinerait, c'est si Fred Henry décide de ne plus faire de jeux plus "classiques" à destination du circuit traditionnel (boutique), comme Les Inventeurs.
  • drizzt2511
    Perso ce qui m'ennuie avec une distribution par KS seulement c'est le fait de devoir acheter un jeu à un instant précis meme si on a pas l'argent. En plus, ça va créer un marché parallèle où des personnes vont se faire de la marge sans apporter de valeur... alors que ca aurait pu bénéficier aux boutiques ou aux créateurs....

    Après le prix correct me fait "doucement" rire. Pour les jeux kilos plastiques, pour une somme donnée, il y en a beaucoup plus sur KS qu'en boutique... Donc soit il y a 0 marge sur KS (mais dans ce cas là comment en vivre et investir pour la suite ???) ou alors les circuits classiques coutent énormément plus cher que la distrib classique et dans ce cas il faut peut etre se pencher là dessus (je ne dis pas que c'est bien ou mal que ce soit plus cher)

    Vivement qu'on puisse créer les jeux "on demand" par lot de 1 plutot que par tirage de 1000 ;-)
  • Olyka
    Je viens de finir de regarder le débat sur le KS et je voudrais rebondir sur l’idée de Monsieur Phal pour le « juste » prix d’un jeu.
    C’est un point qui me touche, j’ai une boutique en suisse et la solution de Phal me parait être une piste à creuser. Elle me parle car n'étant pas en France tous les jeux acheter passe par un intermédiaire de plus.
    Éditeur – Distributeur français – Distributeur Suisse – Boutique (mais cela est un autre débat).
    L’avantage de cette idée c’est que tout le monde y gagnerait et pas que financièrement.
    Le client aurait un meilleur produit et pas à un prix déraisonnable.
    La boutique vendrait des jeux de qualité supérieure sans un grosse augmentation. Ce qui pourrait lui apporter plus de vente.
    Le distributeur ne prendrait pas plus de risque, pour au final vendre plus de jeux.
    Et l’éditeur aurait la possibilité d’aller jusqu’au bout de son projet, et vendre le jeu le plus abouti possible.
    Mais pour que cela fonctionne il faut que tous les acteurs tirent la corde dans le même sens.
    Phal propose que chaque secteur donne un prix pour son service, par exemple :
    L’éditeur = 10€ de conception + production.
    Le distributeur = 6€ de logistique.
    La boutique = 9€ de charge.
    Prix total 25€ HT et 30€ TTC
    Ce système pourrait fonctionner pour des gros jeux avec beaucoup de matériels. Par contre pour un petit jeu de carte… il risque de couter vite très cher.
    C’est pour cela que le système de pourcentage est obligatoire. Mais en coupant la poire en deux, il y a un vrai potentiel. Si on travaille avec les pourcentages du prix TTC et rajoute le « plus » (petite pièce en fer) …
    Ce qui donnerait pour un prix 30€ TTC sans le « plus » :
    L’éditeur, 30% de prix TTC et le « plus » = 9€ + 4€
    Le distributeur, 20% de prix TTC et le « plus » = 6€ + 4€
    La boutique, 30% + 20% (TVA) de prix TTC et le « plus » = 9€ + 6€ + 4€
    Au final un jeu à 34€ à la place d’un jeu à 43.5€ (système actuel).

    Et pour mettre en place ce système il suffit que l’éditeur donne 2 montants, le premier qui est margable et le deuxième qui est fixe. Chaque maillon de la chaine rajoute sa marge sur le premier montant et le tour est joué.

    Bon là il est temps d’aller me coucher, j’ai le cerveau qui commence a faire des bulles…
    Bonne nuit les gens.
  • KiwiToast
    C'est sur que si tut le monde gagne moins, c'est moins cher pour les joueurs. Mais je pense qu'avec une plus petite marge, la plupart des acteurs du secteur ferment. :)
  • fred henry
    Oui, mais aujourd'hui nous sommes les seuls dans l'équation à rogner drastiquement sur nos marges. Est-ce normal ?
  • KiwiToast
    Si je peux me permettre un retour sur l’émission pour Tric Trac :
    - C'est génial que vous le fassiez, rien à dire dessus.
    - Si vous le refaites, je pense que ce serait intéressant de plus structurer les discutions. Le coté blabla improvisé est plaisant, mais du coup je trouve que ça fait un peu discussion de comptoir avec des trucs intéressants noyés dans des idées qui partent dans tous les sens. Après, j'ai bien conscience que plus structurer, c'est (beaucoup) plus de boulo, donc pas forcément réalisable.
    - Moins d'intervenants ce serait cool. Au dessus de 3 ou 4 intervenants, on perd beaucoup de clarté dans la discussion je trouve. (surtout quand les intervenants font des longs monologues)
  • andda38
    Non, j'ai posé une question à la con. J'avais mal lu. désolé.
  • KiwiToast
    J'ai re regardé la vidéo en diagonal (en travaillant, c'est mal), et si je comprend bien, pour résumer :

    - Sur KS, les auteurs/éditeurs gagnent plus. (Fred Henry : "Je perd de l'argent en passant par le model d'édition traditionnel, sur KS je gagne plus.")
    - Les distributeurs et les détaillants devraient baisser leur taux de marge pour intégrer les jeux KS au circuit de distribution traditionnel.

    Je ne comprend pas bien pourquoi les distributeurs et les détaillants auraient intérêt à entrer dans ce model.
  • Kalen
    C'était globalement intéressant.

    Cependant, comme beaucoup, je ne saisis pas le problème KS/boutique.
    Ou bien j'en arrive plutôt à la conclusion que c'est une position de principe, voire d'orgueil, qui amène les boutiques à ne pas être satisfaites d'être ignorées par les Éditeurs de KS.
    "On ne peut pas vendre les jeux KS à leur prix dans nos boutiques mais ça nous emmerde qu'on se passe de nous pour quelque chose qu'on ne peut/veut pas faire oO ?! Parce que on devrait forcément être concernés par tout ce qui tourne autour du jeu ..."

    Pas de raison dans cela, juste de la vexation.
  • Albatur
    Moi en tant que joueur amateur je trouve dommage que certains jeux me filent sous le nez parce que j'aurais pas eu l'opportunité de mettre X euros à un moment précis dans un projet. Après tant pis pour eux, je jouerais à autre chose et au final ils auront perdu une vente potentielle.
  • Cheese38
    Pas au bon endroit sorry
  • drizzt2511
    Quelque chose que je ne comprends pas, c'est la différence de marge KS / boutique.
    Sur les petits jeux on a une faible différence de prix entre le KS et la boutique. 10" to kill, croc, etc. donc les bonus KS j'ai l'impression que c'est cadeau et si je ne l'achète pas sur KS pas grave c'est le meme prix en boutique. Dans ce cas là j'ai l'impression que la part distributeur classique + boutique est faible (30% du prix à vue de nez)

    Sur les gros jeux genre Conan, Mythic battle, zombicide, etc. j'achète 100€ sur KS en boutique le même contenu vaut 300€.... 3 conséquences :
    1/ déjà mettre 100€ dans un jeu (KS ou boutique) ça pique... donc ça ne touche pas énormément de joueurs.
    2/ payer 300€ un truc que d'autres ont payé 100 j'ai l'impression de me faire avoir et ça ne m'incite pas à l'acheter surtout quand en occase, c'est meme pas le créateur que marge
    3/ Pour les gros jeux on a l'impression que la part distributeur + boutique est de 60/70 %....

    Perso je trouve dommage de sortir des jeux uniquement en kickstarter car ça va créer un marché parallèle et je trouve ça dommage où alors il faudrait un système de pré-commande annuelle pour les jeux ayant eu du succès. Comme ça si on rate le premier KS on a une deuxième chance et ça tue le marché secondaire tout en sécurisant les couts d'un retirage.
    En plus on a pas forcément l'argent au bon moment. Je viens de me faire des heures supps pour pledger quelques KS ou acheter des jeux et la voiture vient de rendre l'ame donc au lieu des jeux je vais payer le garagiste....

    Est ce indiscret de demander la répartition à grosse maille créateur / éditeur / distributeur / boutique et la même chose en circuit KS ?
  • Shadow71
    Débat très intéressant !

    @Fred Henry : il m'a semblé entendre/lire que votre prochain "gros jeu" toucherait à l'univers de Batman/Dc Comics : info ou intox ??? ;-)
  • Gov
    Et comment faire pour les personnes qui n'ont pas eu la possibilité de pledger ?
    Y aura t il une autre campagne/réédition pour les jeux qui ont fonctionnés ?( comme conan ou 7th continent) car ce sont des jeux qui peuvent encore intéresser énormément de joueurs...?
    Car ne pas passer par les boutiques spécialisés, ok. mais comment faire pour acheter 7th continent dans ce cas là ?
  • Donatien25
    Ce qui est expliqué dans la video, c'est qu'il n'y a pas assez de ventes post-kickstarter pour que la vente soit viable économiquement en boutique. Certains jeux peuvent repasser par un nouveau KS pour un reprint. Sinon comme toutes les choses que l'on a loupées, jeux ou autres, il est possible de chercher sur ebay, d'emprunter a une connaissance ou plus simplement de faire sans.
  • Mefistoseles
    Hello all!
  • Mefistoseles
    Désolé de casser le débat mais je pense que le débat n'a fait qu'effleurer le sujet.
    Il faut, pour y voir clair séparer l'aspect économique de l'aspect moral et artistique.

    1) Aspect économique.
    La désintermédiation permet aux Auteurs/Éditeurs de proposer des jeux(généralement dans la niche des jeux cher) ayant un rapport quantité/prix largement supérieur.
    Cela entraine deux conséquences majeures: -associé à une bonne communication, des niveaux de vente bien supérieurs à ceux qu'aurai réalisé un meme jeu par le circuit classique.
    -l'auteur/éditeur conserve une marge confortable mais ces ventes ne donne lieu à aucun bénéfice pour les acteurs écartés du circuit.

    La réaction logique des détaillants est bien évidemment de pointer du doigt cette perte.
    Cette perte est elle réelle?
    Elle l'est, surtout si le budget des clients qui pledgent est fixe, c'est à dire qu'il ne dépend pas du mode de consommation(achat boutique ou en ligne ou pledge).
    Mais en toute logique, le fait de pledger a tendance à augmenter le budget jeu annuelle d'un joueur.
    Mais pas de la valeur du pledge.
    Estimer qu'en moyenne la perte de volume de vente vaut la moitié de la valeur d'un pledge me paraît être une approximation très plausible.
    Posons donc l'hypothèse que Conan ai fait perdre environ 1600000 euros de vente en boutique.
    Soit pour 400 boutiques ,4000 euros par boutique.
    Ce calcul ne tient pas compte de la proportion de vente à l'étranger.
    Je n'est bien évidemmment pas les chiffres mais si 40% des ventes sont extérieures, la perte pour les boutiques sera donc de 60% de 4000 euros soit 2400 euros.
    Ce n'est certes pas rien mais le secteur est en croissance, cela n'empêche donc pas les boutique de connaître tout de meme une augmentation de leur activité.
    Il est impossible de nier que les projets Kickstarter d'envergure ont un impact direct sur les chiffres d'affaire des boutiques.
    Il est a noter que les distributeurs aussi sont affectés par une perte.
    On peut donc conclure que les gros projets Kickstarter qui réussissent ont un impact non négligable sur l'activité des boutiques et des éditeurs, il représentent donc une concurrence.

    Mais la concurrence ne fait elle pas partie de notre modèle économique?
    Les boutiques qui sont en croissances font aussi baisser les budgets alloués au prêt à porter en autre, et qui s'en plaindra?

    Il est.a noter que l'impact reste faible car le nombre de jeux d'envergure sur financement Kickstarter reste faible.

    Ce que redoutent réellement les revendeurs locaux c'est que les GROSSES MAISONS d'EDITION se mettent régulièrement à utiliser ce moyen pour vendre certain jeux.
    La multiplication de cette pratique pour avoir un impact MAJEUR sur leur chiffre d'affaire.
    Si cela devait être le cas, ils ont raison d'avoir peur.

    2)Aspect Moral et Artistique
    D'après vous, de quoi rêvent les auteurs et artistes qui conçoivent les jeux?
    D'être connus pour avoir sorti LE JEU.
    Celui qu'il considère comme le plus abouti et le plus impressionnant.
    Que leur disent les éditeurs et distributeurs??
    "J'adore ton jeu mais pour le matériel, et les illustrations attention, on va en mettre juste ce qu'il faut pour que ca se vende, MAIS SURTOUT PAS TROP!!!!"
    Marge oblige.
    Hors d'une certaine manière l'auteur rêve de ne pas compter, et l'éditeur lui rappele qu'il le faut.

    Voilà le principal atout de Kickstarter, repousser la limite du possible pour se permettre une folie.
    Celle de créer un jeu hors norme, puisque les contraintes économiques sont allégées de .......250%!

    La logique peut se résumer en une phrase:
    NOUS NOUS FAISONT ÉDITEUR POUR QU'ADVIENNE NOTRE PLUS BELLE ŒUVRE D'AUTEUR ET D'ARTISTE.

    L'auto édition et l'auto distribution étant le prix à payer pour la vrai libération artistique.
    La liberté à un prix.

    La pérennité du jeu devient alors un problème puisque dire "on a fait LE JEU! Mais il n'est plus édité......", peut finalement s'avérer si décevant qu'on est prêt à payer pour l'éviter......
    La pérénité à ..... un prix.


    Conclusion:
    Oui Kickstarter crée une concurrence pour les boutiques, mais les volumes sont actuelllemnent raisonnable, et servent souvent des artistes en mal de liberté. Amen
    Si les plus gros distributeurs/éditeurs se saisissent de ses outils pour augmenter leurs marges et diminuer les risques en bypassant les revendeurs locaux, la les conséquences seront désastreuses pour les boutiques.

    À bon entendeur.........
  • Absalom
    @ Mefistoseles :
    Ton approximation de la perte en € des boutiques est quand même super biaisée :D.

    En gros, tu penses que KS fait perdre de l'argent en boutique, du coup tu sors un chiffre de perte sèche bien gros (on sait pas d'où, mais t'avoueras que c'est au pif) et pif paf poum diviser par le nombre de boutiques ça fait tant et donc grreeuu gneeuuu pouf ---> KS fait perdre de l'argent aux boutiques. Bin non, y a comme un truc qui coince. Tu peux pas supposer "A vrai" pour démontrer que A est vrai. Bon avec ce genre de raisonnement on peut mettre Paris en bouteille aussi.

    Et si, non en fait ... et si Zombicide avait fait découvrir la tric trac tv à des gens (comme moi). et si la tric trac tv avait fait découvrir les jeux à des gens (comme moi). Et si ces gens (comme moi) avaient alors découvert que ces jeux étaient dispo dans une petite grosse boutique près de chez eux et que le vendeur qui y officie ne mordait pas (souvent).

    Et si KS faisait découvrir le monde foisonnant des jeux à un public de wargamers/pornographes/vils amateurs de détournement indu de licence/figurinistes sociopathes (comme moi.).

    Et si KS contentait en gros tout le monde en fait ?

    Et d'ailleurs KS n'est pas le problème. c'est l'internet, KS n'en étant qu'une émanation finalement inévitable au même titre que les forums et autres machins agaçants mais qui finalement bouleversent nos habitudes quel que soit le côté de la caisse enregistreuse où l'on se tient. Ou alors on peut faire l'autruche ou le lapin effrayé par les phares.
  • Paladin
    Personnellement je ne sens pas compétent pour avoir un avis KS vs boutique.
    Il y a trop d'information que j'ignore.
    Ce que je sais par contre en tant que consommateur ordinaire et peu éclairé c'est que KS et ulule ne me conviennent pas.
    Pour l'instant j'ai participé à 3 projets et une préco lié à KS.
    Et donc je m'aperçois que c'est un mode de "consommation" qui ne me satisfait pas. Le jeu m’intéresse grandement au moment du pledge mais du coup je dois attendre énormément de temps pour avoir mon produit (sans parler des retards). Et entre temps je passe à autre chose... Les projets dont j’attends les produits bien sur je serais heureux quand je les recevrais, je jouerais avec mais là tout de suite je m'en fiche. Je pourrais annuler mes commandes sans aucun remords.
    Du coup je penses ne plus participer à aucun projet KS et désormais attendre que le produit finit soit disponible. En boutique ou ailleurs. Et si le produit n'est plus disponible car il fallait absolument le précommander via KS et bien... tant pis.
  • Chips
    Finalement eu le temps de regarder le débat hier (très intéressant même si le nombre d'intervenants rend le tout un poil confus, il faudrait que ce soit un peu plus structuré mais je sais que ça demande pas mal de boulot en amont), et après un petit temps de réflexion j'ai quelques questions pour Fred Henry :

    Tu dis vouloir replacer le risque au coeur du modèle KS, mais est-il indispensable de systématiquement "miser" plus gros ? Le point mort de Mythic Battle était plus élevé que celui de Conan, et le sera moins que celui de votre prochain projet, mais pourquoi cette escalade ?
    Le fait de miser systématiquement plus gros me semble forcément voué à l'échec à un moment donné : si ton point mort est toujours plus haut, cela veut dire qu'il faut que ta base de pledgeurs s'agrandisse à chaque campagne, ou que la moyenne d'argent par pledge augmente (donc que tes pledgeurs paient plus à chaque fois).

    Dans le premier cas tu arriveras forcément aux limites du public que tu peux toucher (disons celui prêt à mettre 100€ dans un jeu un an à l'avance), et dans le second aux limites financières et matérielles de ceux qui te suivent (même si le KS Monolith est celui du craquage chaque année pour ce public, il n'y a aucune garantie qu'ils mettront plus à chaque fois, ni qu'ils seront de tous les projets vu qu'une seule campagne donne de quoi jouer pour looooooongtemps). Comment est-ce que tu envisages les choses du coup ?

    Ca veut dire que le jour où tu atteint les limites de ce modèle, tu arrêtes KS (au cours du débat tu dis que "le jour où Monolith arrêtera d'innover" tu partiras, mais parles-tu uniquement de ce côté financier) ? Est-ce que tu envisages d'autres facteurs de "risque", par exemple des illustrations au style très marqué, un thème clivant/peu connu ou un ticket d'entrée beaucoup plus élevé (à l'image de ce qu'on a pu voir sur KDM) ?
Aucune publicité commerciale, ou nom de boutique ne sera toléré dans cet espace. Nous nous accordons le droit de supprimer tout message.
Default