jeuxnco

[JeuxNco.org] Interview de Pierre-André DEWITTE

[JeuxNco.org] Interview de Pierre-André DEWITTE

L'auteur de PictuRally présente son pur produit ch’timi !

Jeux’n’CO : Peux-tu te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas encore ?

Pierre-André DEWITTE : Pierre-André Dewitte, alias PAD ! Auteur de PictuRally et fondateur des éditions Ipso Ludo. De manière extrêmement surprenante sur un blog tel que celui de Jeux’n’CO, Ipso Ludo édite des jeux de société (c’est pas courant…hein). Pur produit ch’timi j’essaie de faire des jeux dans une langue étrangère : le français ! (je cache mon jeu sur la Tric Trac TV, mais sur certains mots, on sent bien mes racines)

Jeux’n’CO : Quel parcours as-tu suivi pour devenir auteur dans le monde du jeu ?

Pierre-André DEWITTE : J’ai découvert et pratiqué plus ou moins assidument selon les époques les « vrais » jeux (on se comprend, quand je dis « vrais »…) à la fin du premier tiers de mon quart de siècle avec Space Crusade, grâce à mon grand frère. J’ai fait ma route puis enchaîné par Formule Dé que j’ai pratiqué très assidument plusieurs années durant, avant de faire une incartade figurines (40K) puis jeux de rôles (D&D), pour revenir (et creuser davantage ! parce qu’il n’y a pas que les Formule Dés dans la vie !) aux jeux de société avec grand plaisir.
Etant initialement ingénieur dans l’automobile et également féru de jeux, c’est au détour d’une pause lors d’une session de « travail » sur un proto d’un jeu de gestion sur l’automobile (et Martin Wallace vous confirmera que le thème s’y prête très bien ! J) que j’ai par hasard griffonné quelques grands principes de ce qui allait devenir PictuRally. Et ne parvenant pas à accoucher de ce proto costaud, je l’ai mis en pause et pris le temps de défricher un peu les grandes lignes posées pour PictuRally histoire de me changer les idées. Il s’est avéré qu’il y avait pas mal de potentiel, ce qu’aura démontré la suite de la vie du jeu, et à compter de ce jour, je n’ai fait que creuser davantage.

Jeux’n’CO : Quelles sont les principales étapes pour la conception d’un jeu ?

Pierre-André DEWITTE : Je ne me permettrais pas d’établir de grands schémas directeurs du haut de mon expérience encore bien modeste. En ce qui concerne PictuRally c’est clairement du thème que je suis parti, et c’est ça qui a guidé toute la conception des règles, aux antipodes de l’école allemande qui marche à l’envers ! Toutes les règles, tous les principes qui guident la façon de jouer dans PictuRally peuvent effectivement trouver leur explication dans le « roleplay » des personnages que l’on incarne (des touristes pris de bougeotte).
Après quoi, rien que du très classique : tests, tests, tests, et tests. D’abord pour étalonner l’équilibrage (gros morceau ici, avec 5 centres d’intérêts, 10 personnages, 2 modes de jeu seul/équipe, 36 cases sur le plateau et 156 lieux visitables), ensuite pour épurer (on a toujours tendance à en faire trop au début de la rédaction des règles), puis « découper » les règles (entre la base et l’optionnel) et s’assurer qu’elles s’emboîtent bien et peuvent facilement se débrayer, et enfin, s’assurer que les joueurs que l’on cible sont bien à l’aise avec le principe du jeu et s’amusent avec ! (l’essentiel, en somme).

Jeux’n’CO : Peux-tu nous présenter le dernier jeu que tu as créé ?

Pierre-André DEWITTE : PictuRally est un jeu mêlant tactique/optimisation, opportunisme, avec du bluff lors des phases d’échanges et de l’humour en bonus. On incarne chacun un touriste, et on va se faire un road-trip entre amis en voiture. On va fixer le départ, l’arrivée, et les étapes intermédiaires où l’on devra se retrouver chaque soir. Durant le voyage, chacun va chercher à visiter les lieux qui correspondent à ses centres d’intérêt pour marquer un maximum de points Souvenirs (points de victoire). Pour ce faire, on va avoir un capital de points de Curiosité (points d’action) que l’on va gérer finement durant le voyage pour maximiser nos gains de Souvenirs. Et pour ce qui est des lieux à visiter, il va falloir mixer entre les différents lieux et les moyens de les connaître : ceux visibles sur le plateau et connus de tous (avec une prime selon l’ordre de passage) ; ceux piochés dans notre « guide » (et qui ne profiteront qu’à nous…enfin, tant qu’on les a en main…) ; ceux obtenus suite à un échange avec un autre joueur ; ceux que d’autres joueurs ont dû dévoiler et enfin ceux (encore mieux cachés) conseillés par les gens du coin (règle optionnelle). Et ça a l’air tout bête décrit comme ça, mais en pratique, avec des joueurs un peu finauds, ça devient un très joyeux panier de crabe, où il faudra user de toutes les ficelles possibles pour tirer son épingle du jeu. Non seulement le jeu est riche en possibilités tactiques, mais il l’est aussi dans le matériel, et surtout dans la façon de le configurer : nombre de joueurs, itinéraires, combinaison d’intérêts des joueurs présents, seuls ou en équipes, durée du jeu…Au même titre qu’on se fait des vacances à la carte, on a ici un jeu à la carte.

Jeux’n’CO : Qu’est-ce qui te passionne tant dans le jeu ?

Pierre-André DEWITTE : Vaste question qui peut s’aborder sous bien des angles. Je dirais : beaucoup de choses, et pas toujours simples à exprimer. Ce que j’aime dans les jeux : une vieille réminiscence enfantine doit expliquer le plaisir de l’ouverture de la boîte, du déballage, de l’excitation d’une nouvelle partie qui reste à écrire, etc… Moins sentimental mais tout aussi important, le désossage et la « dégustation » de la mécanique du jeu est toujours un plaisir. Et comme j’adore également le caractère immersif des jeux, je suis tout aussi sensible au matériel et au graphisme, avec un petit « bonus » affectif pour le thème par rapport à la mécanique. Je préfère un jeu un poil moins « bon » mais qui m’emporte davantage. Ce que j’aime dans le jeu : je pense que Platon a déjà tout dit.

Jeux’n’CO : Quels sont tes futurs projets ?

Pierre-André DEWITTE : Il y a d’abord des extensions pour PictuRally : nouveaux moyens de transports, créant de nouvelles philosophies de jeu pour les joueurs, avec leurs avantages et inconvénients. La première est avancée à 50% « ludiquement parlant » (je ne parle pas ensuite des questions techniques et graphiques !), et est vraiment très prometteuse. Avouons que le système de jeu de PictuRally est très facilement modelable, et donc se prête bien à ce genre d’expérimentation ludique. J’ai également d’autres idées qui bouillonnent pour d’autres jeux. Il y a également des auteurs qui me contactent pour éditer leurs jeux, souvent séduits par le soin apporté par Ipso Ludo au travail éditorial. Je suis ouvert à tout, pourvu que cela ouvre sur un projet intéressant raccord avec la ligne éditoriale ! Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs, la priorité reste pour l’instant de faire découvrir PictuRally à son public !

Jeux’n’CO : Je te remercie au nom de l'association Jeux’n’CO pour le temps que tu m’as consacré et je te laisse le mot de la fin.

Pierre-André DEWITTE : Merci beaucoup à Jeux’n’CO de donner aux auteurs voix au chapitre, et pour l’accueil vendredi dernier à l’association. Pour le mot de la fin, il sera norvégien : Glüt !


Retrouvez toutes les interviews de Jeux'n'CO sur :
www.jeuxnco.org

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires

Default