Jeux Viens à Vous

Jeux Viens à Vous Philippe Tapimoket 2 ème partie

Jeux Viens à Vous Philippe Tapimoket 2 ème partie

La semaine dernière, je vous présentai la première partie de mon entretien avec Philippe Gallois alias Tapimoket, vous avez été très nombreux sur les réseaux sociaux à faire part de l'émotion et de la sincérité qui en ressortait.
Philippe en a été très touché. 
Voici la seconde partie qui vous plaira autant je l'espère.

Nous évoquons l'humour et ce qu'elle peut engendrer, de son rôle médiatique en tant que bloggueur et de ce que cela peut engendrer pour un jeu, de Monsieur Phal et de Flamme Rouge, de ses amitiés, de science fiction, et d'une aventure rocambolesque qui s'est déroulée en Belgique....

 

10) J'aimerai revenir si tu es d'accord uniquement, sur un incident qui vient de se produire sur le groupe des ludistes francophones. Un bloggueur, dont je ne connais pas le travail, a publié une parodie d'un jeu en le détournant sur le thème de la pédophilie. Un membre du groupe à partagé cet article, vous (les administrateurs) avez décidé de l'exclure, puis de revenir sur votre décision, n'hésite pas à me rectifier si je me trompe sur certains points d'ailleurs. Cela à créer une polémique, mais je ne souhaite pas te parler de votre décision qui a été critiqué (sauf si tu le souhaites évidemment) mais sur ce que tu as pu ressentir.

 

J'ai un sens de l'humour très noir, mais quand j'ai lu l'article, bien qu'il ait pu me faire sourire à certains moments, cela m'a mis mal à l'aise. J'ai pensé aux victimes de pédophilie ou aux proches qui pourraient lire cet article. J'ai longtemps pensé que l'humour n'avait pas à se soucier de l'autre, celui-ci étant basé très souvent sur le malheur de l'autre : Vieille qui glisse sur le verglas, pierre qui tombe sur la tête d'un homme préhistorique (cf : La guerre du feu), etc...

Bien évidemment lorsque nous rigolons de ces malheurs, ce n'est pas par méchanceté mais je crois pour évacuer des tensions, se moquer parfois de soi-même, se protéger psychologiquement...Et puis avec le temps, je me rends compte que parfois la blague, le jeu de mots, peut être une arme méchante, volontairement ou non d'ailleurs suivant les circonstances, les personnes avec qui nous sommes, la façon de l'annoncer etc...

J'ai l'impression que votre réaction première n'était pas rationnelle mais émotionnelle , mais qu'elle était tout autant légitime justement par l'émotion qu'elle a pu engendrer chez vous, ou celle que vous avez pu imaginer qu'elle provoquerait envers des victimes ou des familles.

​Je pense que beaucoup de personnes font de l'humour noir. Moi même, je balance des blagues bien trashs parfois. Mais, lorsque je fais cela, je sélectionne mon audience. Je tâte le terrain, j'observe et, en général, je le pratique uniquement avec des amis ou des personnes que je connais bien. Ceci dit, on aborde toujours des sujets très délicats en humour et on risque de blesser quelqu'un. On pourrait prendre le risque de faire une sale blague sur le cancer, alors que, parmi vous, quelqu'un en a justement un...

Comme je suis administrateur d'une communauté, je pense qu'un sujet qui risque de blesser des personnes ne doit tout simplement pas être public. Je sais qu'on me jettera à la figure que je suis dénué d'humour, que je suis trop "dur", voir même me faire insulter en privé. Mais, dans tous les cas, j'aurais peut être éviter que quelqu'un soit blesser. C'est ainsi et je continuerais à le faire. Le sujet que tu évoques concerne la pédophilie. C'est un sujet grave.

Si on veut plaisanter dessus en humour noir, pourquoi pas... Mais pas sur la communauté. On a donc bloqué le sujet et les personnes. Puis on a rediscuté entre administrateurs en écoutant les réactions, on a alors décidé de débloquer tout en gardant la suppression active. On a prévenu les personnes concernées pour faire comprendre l'orientation de la communauté.  

 

Tout cela fait partie de la "routine" des admins. Mais ce qui m'étonne le plus, c'est que certains ont chipoté qu'il n'était pas écrit "Pas de sujet pédophile" sur la description du groupe et que donc ce soit autorisé par défaut... Je ne sais pas, mais, pour moi, c'est induit que ce type de sujet peut entrainer une réaction de la part des administrateurs. Devons-nous vraiment établir une liste précise ?

Ça me rappelle l'histoire de cette personne qui a mis un chat au micro-onde pour le sécher, en est mort et qui a porté plainte au fabricant car ce n'était pas précisé sur la notice... Je ne sais pas si c'est une histoire vraie, mais c'est pareil pour certains sujets qui pourraient se retrouver sur la communauté. Certains débats sont évidents et n'ont pas besoin d'être listés.

Avec la modération, je sais qu'on se fera des ennemis, voir même subir des attaques personnelles parfois. Mais c'est ainsi qu'on fonctionne. Heureusement, on reçoit aussi des messages d'encouragements. 

Pourquoi tu me reparles de Tigrou?!!! Je ne l'ai mis que 30 secondes en mode décongélation! 

11) Un professionnel me disait récemment qu'en France une vingtaine de personnes (bloggueurs, journalistes...) faisaient le succès d'un jeu (ou pas).
Tu fais partie je pense de ceux là, même si j'aurais fait une liste un peu moins longue.
11 A) Comment vis-tu déjà cela, de te dire que ton avis compte pour la communauté ludique francophone ? (Je ne parle pas du groupe facebook mais des joueurs en général)

Ah bon ? Je fais partie de cette vingtaine ? je ne savais pas. C'est cool !

En toute franchise, je ne sais pas si mon avis compte. Ce que j'aime c'est parler des jeux qui me plaisent. Et quand je parle de quelque chose que j'ai aimé, j'ai envie de le partager. 

C'est un peu comme quand tu vas au cinoche, que tu as vu un super film, et que tu étais tout seul... Alors tu ne peux pas t'empêcher de partager ton engouement, de raconter un peu le film ou de dire qu'il était super génial ! Pourquoi le faire ? Après tout, tu peux garder tout cela pour toi... Mais non ! Tu ressens ce besoin d'en parler autour de toi...

Je fais la même chose avec les jeux. J'ai juste envie de partager mes sensations. Certes, je n'utiliserais pas la même façon d'écrire pour un jeu que j'ai adoré et un jeu que j'ai trouvé moyen. Avec le temps, je me suis rendu compte que les mots que j'utilise, laissent passer mes émotions.

Les réactions correspondent bien à mes impressions. Ainsi, il n'est pas rare que je lise des tas de "Il a l'air génial" ou "C'est malin, j'ai envie de l'acheter" après avoir parlé d'un jeu que j'ai beaucoup aimé, et peu de commentaires sur un jeu que j'ai moins apprécié...

​En tous cas, si mon avis compte, tant mieux ! Moi je le vis bien et je ne dois rien à personne. Ce sont des avis sincères et une réelle envie de les faire ressentir.



11 B) Comment vois-tu le fait qu'un jeu comme Flamme rouge puisse grâce à l'engouement de Monsieur Phal puisse être épuisé avant d'être édité en France ?
Trouves-tu cela génial, perturbant ou juges-tu qu'après tout c'est ce qui arrive dans de nombreux domaines (littérature, musique....)  et que cela est bien pour le monde ludique? 

Allons... Tout le monde sait que M. Phal aime les jeux et le vélo. Alors Flamme Rouge, qui allie les deux, ne pouvait que le motiver à en parler et en reparler, y jouer et rejouer. Ça me fait plaisir finalement, car il a justement fait jaillir ses sensations et son plaisir. M. Phal est une personne très influente dans le monde ludique, et les joueurs ont ressenti, sans même y jouer, le plaisir qu'il avait par ses mots et ont eu envie d'y jouer aussi ! Cela prouve bien qu'il a une sacrée popularité ! En plus, c'est réellement un bon jeu de course plein de retournements amusants. Oui, c'est super....

Qu'un jeu, un livre, une chanson s'arrache, ça dépend, bien sûr, de ce qui se dit avant, pendant et après. Comme je l'ai dit, lorsque je parle de quelque chose, je partage des impressions. A la fin de mes écrits, si vous avez une envie subite à acheter ou à commander, il y a de forte chance que vous ayez bien ressenti mes émotions. Bien entendu, mes mots iront dans ce sens, si j'ai trouvé le jeu génial.

Au fait, as tu joué à Paper Tales ? Non ? Dommage...

Par exemple, là je suis sûr qu'avec cette petite question, tu as envie d'y jouer du coup...  Non ?

 

Tric TracBarry Doublet jouant à Paper Tales et que Tapimoket voit régulièrement

11 C) Tu parlais d'attaques personnelles, a l'inverse d'un Flamme Rouge encensé, Frédéric Henry a reçut beaucoup de critiques pour Conan, et continue d'en recevoir notamment d'un site spécialisé dans le crowfunding.
Comment perçois-tu ce phénomène de Kickstarter qui engendre de vives polémiques ?
Je n'ai jamais pledgé de jeu, mais crois-tu que la communication des crowfunding serait à revoir afin que les gens ne s'attendent pas forcément à ce qui est annoncée ou penses-tu qu'il y aura forcément de virulentes critiques dans tous les cas?

Je ne souhaite pas me lancer dans le débat qu'il y a dans le crownfunding de Conan et des polémiques qui tournent autour de Fred Henry. 

Ma vision est simple. Selon moi, tout part d'un rêve. Celui de Fred Henry à créer un gros jeu autour d'un thème qui lui tient à cœur, celui de Conan. Un rêve qui devient un gros projet où il investit tout, ses économies, son temps, sa passion. Ce projet fait intervenir beaucoup de monde pour la conception, la scénarisation, l'édition, le marketing, la communication et même la confiance, peut être trop de monde... Je ne sais pas.

Et ce projet sera une gigantesque réussite à plus de 3 millions de dollars récoltés, mais aussi une gigantesque production à mettre en oeuvre et à diffuser ! En général, les gros succès, pas seulement Conan, vont réveiller tous les détracteurs prêts à pointer du doigt la moindre erreur. Et plus le succès sera important, plus vous allez vous prendre des critiques. Si Conan n'avait ramassé que quelques milliers de dollars, je suis certain que cela n'aurait pas suscité autant de polémiques. Finalement, cela prouve bien que l'argent et/ou le succès font tourner les têtes, réveillent les jalousies et transforment les personnes. 

J'ai, moi même, entendu, des trucs incroyables pour BlackWood, mon jeu. Et c'est très loin d'être de la dimension de Conan. 

​Concernant le crowfunding des jeux en général, j'ai effectivement des opinions à donner sur le sujet. 

 

Premièrement , je pense qu'il faut arrêter de donner des délais trop courts ! Personnellement, ça ne me choquerais pas de voir un long délai et que celui-ci serait respecté, voir même écourté, plutôt que d'avoir un délai qui explose complètement. Si un jeu sort avec de l'avance, les pledgeurs n'en seront qu'agréablement surpris. En revanche, les dérages suscitent forcement la colère.

Mon deuxième conseil serait de créer des offres pour les boutiques. Cela éviterait les railleries des personnes qui ne désirent pas passer par le financement participatif et ont pris l'habitude d'acheter dans leur boutique habituelle. Libre à elles, ensuite, de commander ou pas. Mais je pense que tout le monde peut y trouver son compte au final.

Rien qu'avec ses deux points, il y aurait beaucoup moins de critiques. 

 

Bien entendu, tout cela est un avis personnel. Moi même, je pledge, et j'achète en boutique aussi. 
De plus, j'ai Conan à la maison... Non mais ! 

Non... Le seul truc que je n'aime vraiment pas, ce sont les retards. 

12) Je vais te citer 10 personnes du monde ludique, je voudrais que tu les définisses en un mot chacun, oui un seul !

 

M. Phal 

Ludipédia !

Depuis longtemps, il est l'un de mes référents dans le monde ludique avec le Dr Mops.

Tom vuarchex

Brillant !

On reconnait son style dans ses conceptions et c'est vraiment joli

 

Matthieu D'Epenoux

Mojito ! 

Le mojito est mon cocktail préféré. Matthieu est un homme où beaucoup d'expériences se mélangent. On ne peut que boire ses paroles

Bruno Faidutti

Ludodélire !

Il a bercé mes premiers jeux dits "modernes" et c'était excellent. Je lui doit en partie cette passion.

Ian Parovel

Designer...

Hélas, je le connais peu.

Gaetan Beaujannot

Chasseur !

Toujours à l’affût de découvrir des bons jeux.

Olivier Chanry

Nouveau

Je le connais depuis peu. Mais j'ai envie de continuer à discuter ensemble

Caesare Mainardi

Exponentiel !

Plus le temps passe, plus il fonce, plus il gagne des places. Une véritable Ferrari (vu qu'il est italien ou d'origine) 

Frederic Henry

Bâtisseur

Auteur du jeu du même nom, mais aussi un vrai bâtisseur dans ses succès.

Philippe Gallois

Qui ?

Mon nom est Tapimoket ! Non mais...

 

Tric TracEn compagnie de Stephan Feld, un grand moment pour Tapimoket

13) En parlant de Matthieu d'Epenoux...
Imagine, nous passons une soirée ensemble mais nous ne nous connaissons pas ou très peu.
Proposes moi 3 jeux dans le but d'apprendre à se connaître.
Ou préfères-tu faire un canular téléphonique à Matthieu d'Epenoux, un verre de Saint-Véran à la main ?

Je ne suis pas certain de bien comprendre ta question, mais si j'en saisi bien le sens, tu aimerais savoir si je te proposerais plutôt 3 jeux pour mieux te connaître ou si j'attaquerais directement avec un canular.

Ma foi, sous mes faux airs de personne calme, je suis un blagueur. Je ne manque jamais d'ailleurs de pêcher quelques poissons le 1er Avril. Le meilleur cas fut lorsque j'ai annoncé que le site Vin d'jeu allait être censuré. Une pêche miraculeuse avec de plus de 1000 poissons ! Et, encore, mes amis intimes connaissent d'autres blagues de ma part encore plus croustillantes, dont certaines où j'ai failli croupir en cellule ou encore finir licencié ! 

 

Ceci dit, lorsque je croise des personnes que je connais pas ou peu, je ne leur proposerais pas de faire un canular aussitôt. J'aime beaucoup discuter et connaitre mes interlocuteurs. Que ce soit dans les allées d'un festival ou dans la rue, je suis ouvert à la conversation, j'écoute, j'apprécie et les personnes peuvent me parler de tout, de leur projets et des jeux bien sûr. J'adore ça.

Jouer est un excellent moyen aussi pour entrer en relation avec les personnes. De mon côté, je trouve qu'il permet de gagner un temps fou dans les protocoles relationnels. En effet, lorsque j'explique un jeu, je tutoies directement et appelle les gens par leur prénom. Bon c'est vrai, en général, ils ont une étiquette qui l'indique  :-)

Ceci dit avec toi, Manu, je proposerais plutôt des jeux que de faire un canular, des fois qu'on finisse en taule. Je ne choisirais pas forcement les jeux et je te laisserais plutôt le choix, question de politesse. S'il s'agit de connaitre une personne à travers un choix, je prendrais tout d'abord un jeu convivial et accessible , comme Concept ou Profiler, ce sont des jeux qui permettent de voir l’imagination, mais aussi l'adaptation des personnes, le second serait un jeu coopératif comme Robinson Crusoé pour établir des idées ensemble, et le troisième serait un de mes prototypes, car j'ai toujours besoin d'un avis :-) , non plus sérieusement, le troisième serait un jeu plus complexe, plus long pour voir si la personne est prête à partager les mêmes sensations de passionné du jeu, que je suis.

 

Quand je réponds à cette question, je ne peux m'empêcher de penser à l'amitié. Enfin je veux dire l'amitié que l'on peut avoir avec moi. J'avoue être très très difficile sur ce point. Je parle d'une amitié profonde. certes j'ai des amis au sens large du terme, que je côtoie sur les milieux ludiques, avec qui je parle, je ris, je discute, je mange ou partage un verre. Mais il y a des personnes avec qui je vais avoir une relation plus complexe, plus proche, plus secrète, avec lesquelles je vais ouvrir quelques portes supplémentaires. Des personnes que je vais écouter plus intimement, qui m'émeut lorsqu'elles ont des soucis et avec lesquelles je apporterais une aide si je peux, des avis, des conseils mais parfois plus comme prêter, donner, sans tomber dans l'excès. Ses amis là sont rares, mais ils comptent pour moi. J'en ai très peu avec  qui je partage ma confiance. C'est pour moi quelque chose de très important cette relation plus personnelle, quelque chose qu'il ne faut pas prendre à la légère. 

Si, dans cette amitié, quelque chose tourne mal, je me sentirais blessé, voir en colère. Il faut croire que sous cette grosse carcasse, il y a un quelqu'un de beaucoup plus émotionnel. Ce peut être une émotion de déception profonde, mais aussi plus une réaction plus agressive. Si on en vient là, je donne peu de chances à la personnes pour reconquérir mon amitié, ou alors il faudrait un truc exceptionnel. Elle va plutôt s'effacer petit à petit de mon paysage vers l'ignorance. 

14) Je ne sais pas si à mon tour j'ai bien compris ta réponse. 
Dois-je comprendre que tu as été blessé récemment en amitié dans le monde ludique?  

En fait, j'essayais d’interpréter le sens de ta précédente question. Je pensais que tu voulais savoir comment serait mon comportement avec des personnes que je connais peu. Je suis donc allé un peu plus loin en précisant que je suis quelqu'un d'avenant et ouvert d'esprit avec beaucoup de monde. Je prêche pour la paix et la complicité. J'ai un comportement serein et amical au quotidien. 

Mais je voulais préciser que la véritable Amitié avec un grand "A", a pour moi une grande importance... Dans ce cas là, Je donne, je partage ma vie et mes sentiments. J'offre toute ma confiance. Je partage des émotions, les miennes mais surtout celles de mes amis... J'essaye de les aider au mieux de ce que je peux faire et, les recevoir également au mieux. 

Mais j'ai encore quelques doigts libres pour compter de nouveaux vrais amis, comme quoi je suis très difficile.

Que ce soit des amis ou des Amis (avec le grand "A"), comme tout le monde, on en perd, on en gagne tout au long de sa vie. Le monde ludique en fait partie, mais pas que, hélas... 

15) Pourrais-tu nous raconter une anecdote marquante drôle ou pas qui t'es arrivé avec un professionnel ou un joueur lors d'un festival ou à l'occasion d'un autre événement ?

Belgique, 1986...

La camionnette de police s'élança à la poursuite du véhicule. Celui-ci ne voulait pas prendre la fuite. D'ailleurs, il venait juste de stopper au feu tricolore. 

La police, à toute vitesse, se mit alors en travers de la route pour bloquer la voiture, et une autre camionnette fit la même chose derrière. Une fois la voiture bloquée, les policiers descendirent, armes au poing, sommant les occupants du véhicule de descendre les mains en l'air et en douceur !

Il s s'exécutèrent. C'était quatre gars. Trois d'entre eux étaient des punks. Certes, ils avaient l'air louche, mais semblaient à la fois surpris de cette arrestation musclée. Parmi eux, Philippe Tapimoket. 

Tous plaqués au mur et tenus en joue, c'est la fouille.

Un doute sur un tube... 

 

Tric TracPhilippe en compagnie de Rémi Gruber, son éditeur pour Blackwood

- "C'est quoi ça !" Vociféra un des policiers à l'un des gars

- "Bin... c'est de l'aspirine... pour quand j'ai mal à la tête" Répondit-il

- "Tu te fous de moi ?". Le policier l'écrase et goutte... "Mouais..." (Et oui, c'était de l'aspirine)

- "Mais on a fait quoi au juste ?"

- "Tais toi, on t'arrête pour vol de voiture ! Embarquez moi tout ça au poste !"

Mais revenons quelques minutes en arrière...

 

Bar en Belgique... Début de la soirée. Les quatre amis se retrouvent, comme par habitude, pour boire un verre et faire quelques bonnes parties de billard. Cette fois, Philippe était venu avec son frangin et sa voiture, une vieille bagnole capricieuse.

23 heures. On discute sur le trottoir pour savoir si on se prend un dernier cocktail ou si on rentre pour une bonne partie de jeux de rôle. Philippe préfère rentrer pour s'éclater à trucider quelques gobelins, et alléger les autres joueurs de leur or avec son personnage à l'alignement chaotique... Il demande alors les clés de bagnole à son frangin pour s'y asseoir en attendant  que les autres se décident...

"Pu... de vacherie de bagnole", pense t'il, "Tu vas t'ouvrir !"... Et oui, même la serrure ne faisait qu'à sa tête. Finalement, il finit par la déverrouiller. Il entre alors dedans, se penche sous le tableau de bord pour chercher l'autoradio que le frangin cache là. 

"Aaah le voilà !", il l'enfiche dans la console. Et oui, à l'époque, on cassait les voitures pour voler ce genre d'engin. Il attend encore un peu, mais voit toujours les autres indécis sur le trottoir plus loin. Las, il met la clé dans le contact, démarre la voiture, change de siège et donne un petit coup de klaxon qui se traduit par "Bon...on y va maintenant ?"

Finalement, le frangin et les amis prennent place dans la voiture et prennent le chemin du retour.

Ce qu'ils ne savaient pas, c'est que quelqu'un a cru qu'ils étaient en train de voler la voiture et avait prévenu la police qui patrouillait dans le secteur...:-D

 

Plus tard...Après avoir été embarqués par la police....

 

Après une longue attente, la porte du bureau s'ouvrit. Le policier balança la carte grise et le permis à travers la pièce. 

- "Au plaisir de ne plus vous revoir !" Balança t'il... 

Tous les quatre, on s'est alors dirigé vers NOTRE voiture pour repartir, un peu.... comment dire.... morts de rires. 

Rires étouffés, bien sûr, et qui attendraient d'être loin pour se libérer à gorges déployées.

Mais une fois sur le parking du commissariat. 

​- "Tu as vu où ils ont garé la voiture ?" Demanda Philippe à son Frangin

- "Bin là, en haut pourquoi ?" Répondit-il

- "Ton frein à main a été réparé ?"

- "Bon sang ! Non !"

- "La vache ! On a eu de la chance qu'elle ne dégringole pas dans le mur du commissariat pendant la vérification !"

Oui je sais cette histoire n'a rien à voir avec le monde ludique, mais elle est bien trop croustillante pour ne pas la narrer. 

16) Pourrais-tu nous parler d'un auteur ou d'une œuvre importante à tes yeux, que ce soit en littérature, théâtre, cinéma, jeu... que tu souhaiterais faire découvrir ou redécouvrir à mes lecteurs ? 

En musique, il y a un un chanteur que j'écoute régulièrement depuis 1979. Je pense qu'il a été un précurseur dans l'utilisation d'instruments électroniques, tels que les synthétiseurs. Aujourd'hui, c'est usage courant, mais à l'époque, ce genre de musique devait avoir une bonne dizaine d'année en avance sur son temps. Il s'agit de GARY NUMAN. Il compose encore aujourd'hui. Il a 60 ans, mais semble toujours aussi intemporel.

Ses titres sont souvent repris dans des séries , comme "Down in the park" dans X-files, une musique qui date quand même de 1980, ou "For you" pour la série Hunters diffusée sur Syfy. 

En littérature, rien d'exceptionnel, mais j'ai toujours été un grand fan de science fiction et de fantastique. Je citerais l'incontournable Stephen King, mais aussi Arthur C Clark, A. E. Von vogt. qui ont décrit des univers de space opera que je retrouve d'ailleurs à travers les jeux de mon ami Serge Mascadar et son Exodus - Seeders)

 

En cinéma, je suis très difficile ! Je risque d'être hors norme. J'ai, par exemple, adoré la série "Le prisonnier" quand j'étais gamin. Lu récemment, j'ai apprécié "La route", qui, pour moi, me donne une idée précise de ce que serait le monde après une apocalypse. Sinon le reste est connu de tous. Mon film, le plus regardé, est "Aliens"... Ce doit être pour son côté "Space Hulk", ainsi que l'effet anti-héros.... C'est vrai, pour une fois, les "gros bras américains" en prennent plein la figure !

Les jeux qui ont marqué un tournant dans ma vie ludique sont Full Metal Planet, Space Hulk, Advanced Heroquest, Supergang, bloodbowl, Paranoïa, Donjons et dragons, Agricola, et le récent 7th continent. Mais j'aime beaucoup de jeux... Je suis plutôt curieux.

17) Le jour où tu devras quitter le monde du jeu, d’une manière ou d’une autre, que souhaiterais-tu que l’on retienne de toi professionnellement mais surtout humainement?

Rien...

J'aurais surtout vécu des moments de bonheur, des sensations fortes et parfois des déceptions. J'aurais fait de belles rencontres, trouver des amis et, par dessus tout, j'espère juste avoir apporté du plaisir et de la joie aux personnes. Mais je n'ai pas du tout le moindre souhait que l'on retienne quelque chose de moi.

 

Tric Trac                                               En compagnie d'une amie de Reims et d'une partie d'Ikan

 

18) C’est malheureusement déjà la fin de cet entretien, Philippe, en prenant en compte, ta vie professionnelle et personnelle, es-tu heureux  ?

Hmmm question difficile... 

J'ai déjà l'immense chance d'avoir une compagne absolument formidable. 

Je suis un insatiable du bonheur d'autrui et, au final, je n'arrive jamais à être totalement satisfait. Je suis toujours dépassé par le temps, le nombre de personnes, et je suis aussi entravé par la santé, mais la plupart des choses que je fais, servent souvent à rendre heureux, et c'est ça qui me rend heureux.

Aujourd'hui, je suis heureux que tu m'ais interviewé, même si mes réponses me semblent vraiment ennuyeuses et sans intérêts. Je te remercie pour ta patience, je m'excuse de mes retards, et j'espère qu'on se croisera bientôt. Encore merci et, surtout continue ! C'est très bien ce que tu fais... 

Moi je suis heureux que tu aies répondu avec autant de sincérité et de bienveillance, vraiment. 

A bientôt Mr Tapimoket! 
 

La question de Mr F. Faic
Mr F. Faic est un professionnel du monde ludique souhaitant garder l'anonymat et posant chaque semaine une question plus ou monde caustique à mes invités

 

​Foutu sataniste! Je sais, je sais, Emmanuel préférerait que je n'insulte pas le client... oui, mais là j'ai des preuves: Blackwood fait l'apologie des sorcières édité par une société qui prie des fausses idoles nordiques. Et puis il est gros niqueur dans un site au nom blasphématoire. Et allez, on continue, dans Ikan on incarne un "maître des ombres", sûrement, me direz-vous, un artiste de théâtre d'ombre chinoises qui va vous mimer une maman lapin qui ramène une carotte à ses trop choupinou bébés ? Mais nooon!! Dans tes rêves Herbert! Ça démone à tout va.

Donc, ma question à vous, homme de peu de foi :
Clairement, vous ne respectez pas la religion, mais pour vous, doit-on franchir tous les tabous pour avoir un thème de jeu innovant?

​Lorsqu'on m'a demandé si j'acceptais de répondre à une question caustique ou provocante, j'ai refusé. En effet, je ne cautionne pas la provocation. Pour preuve, je lutte contre cela tous les jours sur les communautés que j'administre. 

On m'a finalement envoyé la fameuse question. Comme je la trouve pas si provocante, je vais y répondre. Mais je vois là qu'on aborde, en fait, par la belle introduction, plusieurs sujets. 

La première chose que j'ai envie de préciser, c'est que, contrairement à ce qui est dit, je respecte totalement la religion. Je vous rassure, je ne suis pape, curé, ni d'aucune religion. Et je ne suis pas pratiquant non plus, mais je respecte ce que les gens ont envie de croire. Je suis juste contre les fanatiques, qui en général, n'ont rien compris. 

Mes convictions sont plutôt dans la réalité des faits. Selon moi, le partage, la compassion, l'amour est dans le cœur, et non dans le simple fait de franchir le seuil d'un établissement. Ce sont les actes que l'on a fait dans sa vie, qui comptent. On peut très bien donner une pièce dans la rue, partager quelque chose avec quelqu'un n'importe où, ou aimer sans se marier, sans pour autant être pratiquant. C'est même ça le plus important à mes yeux, c'est ce que l'on fait qui compte.

 

Pour en revenir à la question principale, je pense qu'il ne faut pas mélanger le thème et l'innovation. Certes, un nouveau thème peut apporter sa part d'innovation, mais de là à franchir des tabous, je ne suis pas d'accord. 

Depuis des lustres, il y a deux façons de faire le buzz, et pas seulement dans le domaine de la création ludique. La première est d'avoir une excellente idée et de la mettre en oeuvre. Puis, que celle-ci se répande dans le public. Parfois, cela vient d'un certain talent, parfois ce succès est imprévu, mais il a marché.

L'autre façon est de franchir effectivement des tabous, de faire du scandale sur quelque chose d'établi. Ce n'est pas nouveau. Il suffit de voir les modes marginales de chaque époque, comme les hippies, les punks. Il suffit d'un bon dérapage pour se faire remarquer et créer, soit le ridicule, c'est soit le buzz... Par exemple vous prenez un acteur ou actrice à peine connu, il/elle se met à poil quelque part et, hop, ça peut déclencher un buzz et le faire connaitre. 

Il suffit de voir les reality shows, où des personnes complètement insignifiantes, dans des situations toutes aussi insignifiantes vont capter l'attention d'un public parce qu'elles apportent des dérapages comme des disputes ou du sexe...  C'est notre nature de chercher là où il y a le truc qui dérape. 

C'est pareil pour certaines chaines d'infos qui vont présenter en boucle une sélection de news qui font le buzz et qui passeront à autre chose quelques jours plus tard. Et la plupart des personnes auront oublié le reste, même si le problème demeure. Ils peuvent parler d'un pays dévasté par une catastrophe naturelle un jour, mais si le lendemain, il y a une tuerie ailleurs, le pays dévasté, ils s'en fichent !  Tout simplement, parce que c'est dans la nature humaine, ce besoin avide de scandales ou de dérapages.
 

C'est aussi valable dans le monde ludique. Vous prenez un jeu tout bête, mais vous y collez un thème complètement déjanté et ça peut devenir un KS à plusieurs millions. Vous faites un jeu de puces, ça ne marchera pas. Vous faites la même chose où ce sont des bites à envoyer dans des trous du cul et ça peut devenir un méga-buzz. 

Et plus, on ira loin, plus on a des chances que ça marche...  Et c'est vrai avec plein d'autres choses, comme critiquer ce que tout le monde trouve bien. il suffit de dire que tel ou tel jeu est une grosse merde alors qu'il vient de gagner unanimement une palanquée de prix ludiques et vous faites le buzz. Demain, je peux prendre mon clavier et écrire un article qui démonte un jeu, juste pour avoir des centaines de vues. Tiens demain, je vais dire que King Domino est une grosse bouse, et hop, j'ai le buzz ! Et plus je taperais sur un jeu connu et apprécié, plus on me va me lire.

 

Tric TracPremière séance de dédicace en compagnie d'Alodah, l'illustrateur de Blackwood

Je discutais avec des amies qui tiennent une boutique. Elles me racontaient que leur plus grosse vente était "blanc manger Coco". Je ne dis pas que le jeu est mauvais, mais franchement, ce qui le fait marcher c'est son côté trash, n'est ce pas ? Et les acheteurs sont aussi des personnes qui ne jouent à rien d'autres. Elles l'ont pris uniquement parce qu'il franchit des tabous, et croyez moi, ce sont même des personnes, je qualifierais de "bonne tenue" ... 

Hélas pour moi, le vrai talent n'est pas là. 

Pour moi, le vrai talent, c'est de sortir un bon jeu qui marche, qui gagne des prix, en à peine quelques jours. Je citerais, par exemple, Five Tribes. C'est ça le talent, surtout quand la personne enchaîne d'autres buzzs ludiques sans aucune communication massive. Et parfois, le créateur peut être lui même surpris car il ne l'attendait pas forcement pas forcément.

Oui c'est ça le talent. Si en plus, on trouve une nouvelle mécanique sur un thème encore jamais vu, c'est un talent innovant !

Donc, non, on n'est pas obligé de franchir les tabous pour avoir du bon jeu ou des innovations. 
 

​La semaine prochaine j'interviewerai l'un des 4 nouveaux mousquetaires du monde ludique...

 

Pour ceux qui souhaiteraient soutenir mes entretiens, voici ma page tipeee,  même un petit geste fait plaisir et vous pourrez contribuer à d'autres interviews réalisés sur des festivals (Cannes, Paris est ludique, Essen...) : 

Ma page Tipeee 
 

Merci à mes Tipeeeurs de me soutenir  : Arnaud Urbon, Bruno Faidutti, Emilie Thomas, Nicolas Soubies ,Virgile De Rais  et Pierre Rosenthal! 

 

Pour ceux qui souhaiteraient découvrir les précédents entretiens, mes animations ou suivre ma page facebook  : 

http://www.facebook.com/jeuxviensavous/
 

Saison 1

Yves Hirschfeld
Benoit Forget
Bruno Faidutti 1ère partie
Bruno Faidutti 2ème partie
Naiade
François Haffner 1ère partie
François Haffner 2ème partie
Pierô Lalune
Timothée Leroy
Mathilde Spriet
Sébastien Pauchon
Tom Vuarchex
Vincent Dutrait 1ère partie
Vincent Dutrait 2ème partie
Christophe Boelinger 1 ère partie 
Christophe Boelinger 2ème partie
Régis Bonnessée
Roberto Fraga 1ère partie
Roberto Fraga 2ème partie
Cyril Demaedg
Bruno Cathala 1 ère partie
Cyril Blondel
Bruno Cathala 2ème partie
Yahndrev 1ère partie
Yahndrev 2ème partie
Emilie Thomas
Sebastien Dujardin
Florian Corroyer
Alexandre Droit
Docteur Mops 1ère partie
Docteur Mops 2ème partie
Arnaud Urbon
Croc
Martin Vidberg
Florent Toscano
Guillaume Chifoumi
Nicolas Soubies
Juan Rodriguez 1ère partie
Juan Rodriguez 2ème partie
Bony
Yannick Robert
Docteur Philippe Proux
Franck Dion 1ère partie
Franck Dion 2ème partie
Franck Dion 3ème partie
Yoann Laurent
Carine Hinder et Jerôme Pélissier
Dominique Ehrhard
Christian Martinez
Maxime Savariaud
Véronique Claude
Shadi Torbey
  

Saison 2 

Fabien Bleuze
Serge Laget
Djib 1ère partie
Djib 2me partie
Florian Sirieix
Farid Ben Salem 1 ère partie
Farid Ben Salem 2ème partie
Julien Lamouche
Jean-Louis Roubira 1ère partie
Jean-Louis Roubira 2ème partie
Philippe des Pallières 1ère partie
Philippe des Pallières 2ème partie
Julian Malgat Tome 1
Philippe Tapimoket 1ère partie

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

À suivre chez les blogueurs...

Commentaires

Default