arthelius

instant t et facteur chance

instant t et facteur chance

Aussi étrange que cela puisse paraitre le talent n’est pas le seul facteur important lorsque nous voulons être édité. Le fait de proposer son jeu au bon moment fait parti des facteurs les plus importants, mais il est également le moins contrôlable ou presque. Cela peut paraitre assez obscur, c’est pourquoi un exemple ne sera pas de trop je pense. Prenons pour excellent un jeu moderne, par exemple 7 wonders. Pensez-vous que si celui-ci était sorti au début du XXe siècle, il aurait marché ? La réponse est surement non, tout simplement car à cette époque les jeux étaient simplistes, avec du matériel limité et des thèmes assez réalistes ou proches de la réalité. Sans parler des règles qui auraient semblé très obscures. 7 Wonders n’aurait donc jamais vu le jour. Il n’aurait peut-être pas eu plus de chance en sortant dans les années 1970. Il fallait laisser le temps au public de se familiariser avec les jeux différents, d’apprendre de nouvelles mécaniques lentement, pour cela il fallait des jeux de transition.

Même avec des jeux plus simples, le résultat aurait été le même, prenons par exemple Mow, le jeu n’aurait pas plus marché au temps de nos ancêtres. Idem pour des jeux plus récents comme Rockwell ou Bruxelles 1893, qui ne seraient pas sortis de leur carcan de jeux pour passionnés s’ils étaient sortis dans les années 1990.

Proposer un jeu au bon moment est donc primordial, il faut savoir prendre la température, s’informer sur le marché, ce qui fonctionne, les « modes », et son public. Les jeux de zombis furent la mode de 2012, proposer un tel jeu à un éditeur aujourd’hui serait surement assez complexe.

Vient s’ajouter à cela le facteur chance, un facteur totalement imprévisible. Vous venez de créer un jeu se passant en Normandie, dans lequel vous tenez une ferme où vous produisez des fromages, comme ça sur le papier, ça n’a rien d’extraordinaire. La plupart des éditeurs y jetteront un œil curieux, mais sans plus. Jusqu’au moment où vous tomberez sur un éditeur a qui votre jeu lui rappellera ses vacances à la campagne chez ses grands parents fermiers. Votre jeu n’est pas parfait, il lui manque un petit quelque chose, mais ce n’est pas grave le jeu lui plait. Comment auriez-vous pu savoir cela ? Il n’y avait aucun moyen, juste la chance. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Bien entendu vous allez me dire « oui, mais dans ce cas il est impossible de maitriser ce facteur. ». Le maitriser non, mais le manipuler, si. Comment ? Simplement en multipliant les contacts, les rencontres, une personne vous envoyant vers une autre. Personne ne viendra vous chercher chez vous, tout simplement car ils ne savent pas que vous existez. Il ne faut pas attendre après la chance il faut la provoquer, après malheureusement nous ne sommes pas tous nés sous la même étoile, mais le travail peut compenser cela, tout du moins un peu.

Proposer un jeu au bon moment comprend également proposer un jeu à la mécanique moderne, et non une mécanique ancienne et usée (car ancienne ne veut pas dire mauvaise). Il m’arrive assez souvent de voir des jeux aux mécaniques anciennes, loin des canons modernes, des systèmes de jeux datant des années 1980, et qui ne sont plus à al mode aujourd’hui plus ou du moins plus plébiscités par les joueurs. Cependant, une ancienne mécanique peut très bien être modernisée pour offrir une expérience renouvelée. Prenons un exemple : Augustus. Vous lirez assez souvent, et pas forcément à tort, qu’Augustus n’est rien d’autre qu’un jeu de loto. À cela je réponds : oui ! … mais … pas seulement. Moi le premier vous ne me ferez pas jouer au loto (sauf celui qui coûte pas cher et qui peut rapporter gros). Pourtant, j’aime bien Augustus, justement car il ne s’agit pas que d’un simple jeu de loto. Effectivement, il faut poser des pions sur des symboles, qui sortent aléatoirement du sac, la chance prend une part importante, mais une fois la carte validée, vous bénéficiez alors d’une récompense, en plus de possible bonus, ce qui change énormément du jeu de base. Le tout en proposant une fin programmée une fois qu’un des joueurs à atteint 7 objectifs. Ici la mécanique de base n’est pas innovante, ce qui est intéressant c’est la façon dont elle a été renouvelée.

Cela fait également parti du timing, de cet instant T. même si ces deux notions ne semblent pas maitrisables, bien connaitre le marché, son public et les tendances pourra vous permettre d’améliorer vos jeux et de proposer des créations encore plus pertinentes.

N’hésitez pas à participer à différents concours, ou bien à prendre des rendez-vous avec les éditeurs avant les manifestations, leur proposant de tester votre jeu là bas. Les off sont également une bonne manière de rencontrer du monde, et il n’y a pas que des joueurs qui s’y rendent. De même lorsque vous envoyez votre jeu par internet, n’hésitez pas à faire une explication de vos règles en vidéo, cela permet de gagner du temps et de mieux visualiser le jeu en cours de partie.

Touts ces petits « plus » peuvent faire la différence, ne les négligez pas. Mais avant tout il y a une qualité que vous devez maitriser avant toute autre c’est la patience …

Si vous cherchez d'autres articles sur al création ludique je vous invite à visiter le blog Les 1D Ludiques, ainsi que cet article qui recense 39 articles et dossiers sur la création et les jeux.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires

Default