Docteur Mops

iKnow, Le Trivia qui venait du froid

iKnow, Le Trivia qui venait du froid

Passer à la question

Dans les jeux de société une nouvelle branche a fait son apparition avec la création de l’incroyable « Trivial Pursuit ». Les jeux de questions. Devenu très populaire, le jeu de question à force de sortir et ressortir sur les tables de jeu a aussi montré ses limites. Le truc avec une question c’est que soit on connaît la réponse, soit on ne la connaît pas. L’effet induit est que ceux qui se retrouvent plus volontiers dans le second cas en sont parfois désappointés et un petit peu énervés contre ses m’as-tu-vu de têtes d’ampoules qui se la pètent grave avec leurs part de fromage toute pourrîtes de ce jeu naze !

Default

L’analyste comportemental ludique analysera la situation de la manière suivante, le jeu développe un clivage considéré comme injuste accompagné d’une mauvaise frustration.

Dans le jeu vous avez la bonne frustration. Celle qui fait qu’à la fin de votre tour vous avez presque fait ce que vous vouliez. Presque ! Alors vite le tour suivant ! Le bon jeu moderne ne vous laisse jamais trois kilomètres derrière le vainqueur. Il vous laisse 3 points derrière. Bien sûr, si l’on réfléchit un peu ce n’est qu’une question d’unités. Enfin c’est surtout une question d’écart. Le bon jeu moderne laisse toujours au dernier un faible écart avec les suivants de telle sorte que son estime de soi n’en soit pas trop meurtri.

C’est ainsi que plusieurs auteurs se sont penchés sur la question des questions pour que les jeux qui utilisent cette technique ne soient pas trop clivants.

Laissez-moi vous présenter une proposition assez étonnante qui nous vient du froid et plus précisément de Finlande puisqu’on doit cette nouveauté à l’équipe de l’éditeur Tactic.

Default

Déjà les choix graphiques et design laisseront rarement indifférents. Justement parce qu’il y un parti pris bien que je sois assez en peine pour le qualifier… Minimalisme retro futuriste seventies… Mmmm… pas facile… Pour simplifier disons que le jeu n’aurait pas dépareillé dans un film de Kubrick.

D’astucieux petit pions en plastique coloré serviront à la fois à identifier les joueurs par leur couleur, à parier sur les difficultés et recevoir les pions de victoire qui vont venir s’enficher dessus comme de petits sacripants qu’ils sont.

Un mini plateau de jeu avec impression brillante. La plupart du temps, les plateaux dans les jeux de questions ne servent pas à grand chose. Ce qui plait ce sont les questions et très vite le plateau vire.

Celui qui pose une question risque cinq minutes d'avoir l'air bête.

Celui qui ne pose pas de question restera bête toute sa vie.

- Proverbe chinois

Là non. Car « iKnow » est aussi un jeu de placement. Allez je vous explique !

Pendant un tour traditionnel de jeu, il y a un lecteur. Lui ne joue pas, il lit. En plus il choisit la catégorie (People, Planète Terre, Société et Héritage). Je prend une carte au hasard et je lis : Quel célèbre acteur français ?

C’est tout ?

Oui c’est la question à laquelle il va falloir répondre. En fait cette première phase permet de cerner le sujet. Les difficultés des cartes sont variables allant de très simples à… moins simples.

Le joueur à ma gauche, qui vient de prendre connaissance du sujet va désormais devoir placer son pion sur la piste du plateau. Au centre des carrés avec des points. Ces points ce sont les valeurs des indices qui seront donnés avant de répondre. Il peut y en avoir de 1 à 3. Placé sur une case à 3 points vous aurez donc l’indice à 3 points et puis c’est tout. Placé sur une case deux vous aurez l’indice 3 et l’indice 2. Et sur une case à 1 vous aurez les 3 indices. Bien entendu en répondant juste vous gagnerez autant de jetons victoire que de points indiqués sur la case. Moins on a d’indice plus on aura de points. Normal.

Default

Là vous remarquerez qu’il existe plusieurs cases 1, 2 et 3. D’abord ça permet à jouer à plus de trois mais c’est plus fin que ça. Il faut savoir qu’on va demander aux joueurs les réponses dans l’ordre de la position des pions. Imaginons qu’un adversaire malin ou connaissant bien son sujet se place sur la première case à 3 points. Le suivant a tout intérêt à se placer sur la case à trois derrière lui. Parce que le savant va devoir répondre avant lui. Et tout le monde va entendre sa réponse… Si vous pensez qu’il sait mieux que vous, il suffira de répéter et hop ! 3 points sur le pion sans connaître la réponse !

La société de masse ne veut pas la culture mais les loisirs.

- Hannah Arendt

En général donc, celui qui pense être en terrain connu et qui joue en premier se place sur la seconde case à trois points. Si l’envie vient à un autre de le défier, il devra répondre avant. Sinon c’est derrière et ce n’est plus que deux points. Mais avec un nouvel indice.

Très vite le placement se fera en fonction de ses connaissances, de son score mais aussi de la perception qu’on a des connaissances des autres.

Default

Mais ce n’est pas tout. Un fois les pions joueurs placés, chacun va devoir placer un pion de pari. Pari ? Un pion pari doit être placé d’un côté ou de l’autre d’un pion d’un joueur adverse. En fait, on parie sur le fait qu’un conçurent va avoir la bonne réponse ou se tromper. On ne peut pas voter pour soi et voter est obligatoire ! Un bon pari rapportera un jeton, un mauvais en fera perdre un. Bien sûr parier une bonne réponse sur un le dernier jouer alors qu’il a entendu toutes les réponses des autres avant de jouer est moins risqué. Oui mais… il n’y a qu’une place disponible de chaque côté d’un pion joueur. Si la place est prise, il va falloir miser ailleurs.

Default

Vous comprenez donc que connaître les bonnes réponses est toujours un atout mais ne rien connaître et bien estimer ses adversaires permet également de remporter la victoire.

Désormais, celle ou celui qui répond toujours bon aux questions fera gagner des points aux autres. Ce n’est pas de la justice finlandaise ça ?

Voilà ce qui me semble une astucieuse réponse à la fameuse injustice des jeux de questions. Le hasard sera aussi de la partie car les cartes sont de difficulté variables. Le jeu prendra fin dès qu’un joueur atteint le score de 20 points de victoire.

Ce jeu est déjà paru en 2012 en Finlande, la version française devrait être disponible dans l’hexagone mi septembre. Ce n’est pas une simple traduction mais 90% de nouvelles questions plus cohérentes avec la culture francophone. C’est vrai que nous sommes très très en retard ici avec les artistes de variété finnois.

Des questions il en est proposé 1600 dans la boîte. Et avec 4800 indices. Contrairement à ce qu’on pourrait croire ce jeu devrait plutôt se trouver dans les boutiques ultra spés et les chaines spés.

Nous avons testé pour vous et bientôt vous verrez une Tric Trac TV spéciale « iKnow » pour un jeu de question qui a su séduire notre équipe malgré les aprioris.

Et si vous trouvez cette boîte trop monacale, retournez là vous comprendrez pourquoi…

► Site officiel de iKnow (multilingue)


« iKnow »
Un jeu de l’équipe Tactic
Designé par les mêmes
Publié par eux aussi
Pour 2 à 6 joueurs dès 15 ans
Public : Tout
Durée : 45 min
Disponible : mi septembre 2013
Prix : environ 40€


/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (14)

Default
lilikiwi
lilikiwi

Ca me tente aussi...Mais quelqu'un sait-il (ou elle!) comment se procurer les jeux de chez Tactic en Suisse? D'avance merci.

Rastakakou
Rastakakou

Ca fait longtemps que j'ai remisé le trivial pursuit au grenier, ainsi que tous ses congénères, mais là, j'avoue que iknow a piqué ma curiosité : j'ai envie d'y jouer !

Diablange
Diablange

@Rodenbach, oui, tout à fait, mon propos était de dire que même le Trivial, évoqué dans ce sujet comme précurseur, a pris ce virage, ce qui ne me semble pas évident à la lecture... :)

Blodkhag
Blodkhag

ca a l'air vraiment futé d'apres ce qu'on peut en lire dans l'article

c'est nettement moins rebarbatif que le simple triviale poursuite comme mecanique :)

Kerquist
Kerquist

Tactic France, filiale de Tactic Finlande.

Tactic intègre toute la chaine de valeur, de la conception à la distribution, et fait fabriquer la plupart de ses jeux en Finlande.

Hippodragon
Hippodragon

Ha oui ça à l'air très bien pensé d'attirant pour un jeu de quizz. On a une idée de l'éditeur/distributeur en France ?

Chickolito
Chickolito

@naok

Même si sa maîtrise du finnois est bluffante, Bouli Lanners est bel et bien belge (si j'avais loupé le second degré, je m'en excuse...)

naok
naok

@Chickolito

Oui, mais la scène se passe en Finlande, pays de l'entreprise 'Aaltra' où les deux principaux protagonistes du film éponyme se rendent, afin de réclamer dommages et intérêts, et hop !! ;)

Rodenbach
Rodenbach

Trivial Pursuit Casual est tout de même arrivé bien après Gambit 7 et Indix, si ma mémoire est bonne.

Diablange
Diablange

Très bon article cher docteur, comme d'habitude ! :)

Je rajouterais tout de même que le Trivial Pursuit "Casual" exploitait déjà ce genre de ressort : on pouvait parier des jetons sur le fait que la personne devant répondre allait dire juste ou pas, et les jetons pouvaient ensuite permettre de gagner des "camemberts" ou de faciliter la question finale... Non ? :)

Kerquist
Kerquist

Un mélange de Trivial Pursuit, d'Indix, de Gambit 7,... pour une formule apparemment innovante.

Telle que présentée, je trouve moi aussi cette nouvelle formule potentiellement intéressante. Reste à tester les questions et le système de jeu pour savoir si le jeu est aussi convaincant qu'il semble l'être.