wence

FIVE TRIBES À L'HONNEUR

FIVE TRIBES À L'HONNEUR

Le numéro de novembre de Plato magazine (n°71) réserve sa une à Five Tribes (Days of Wonder) de Bruno Cathala. Mais vous nous connaissez, et nous vous connaissons: laisser le joueur sans goodies peut être lourd de conséquence. Alors oui, nous y avons joint un petit quelque-chose pour Five Tribes (la carte Djinn Dhenim pour Five tribes) mais aussi trois petits quelque chose pour Wakanda (Blue Orange)… trois jolis petits coyotes en bois. De quoi rassasier votre appétit ludique?

Default

Nous en doutons. Alors, nous avons quand même songé aussi à glisser du contenu rédactionnel dans le magazine. En voici un aperçu…

Les jeux c’est du sérieux

Le commerce équitable l’est-il réellement ? Pour ou contre la préférence nationale dans la fabrication des meeples (en véritable sapin du Jura) ? La relance européenne au travers de la production massive de figurines de zombies, utopie ou avenir ? Si vous ignorez la provenance de vos jeux et que vous en êtes fier, passez votre chemin : ici, on ne joue pas avec l’économie !

Jeu de rôles, jeu de société: quand l’union fait la force

Depuis déjà un certain nombre d’années, certains éditeurs partent en exploration à la recherche de nouvelles sensations avec un objectif très précis : dénicher des perles ludiques qui établissent des passerelles entre le jeu de société et le jeu de rôles. Longtemps présentées comme étant des styles opposés, mais pas incompatibles, les deux écoles partagent pourtant des affinités : on s’installe à une table, on jette des dés, on consulte des fiches, on passe du temps à élaborer des plans pour triompher. En bref : on s’amuse et on s’évade.

Space hulk: dans l’espace, personne ne vous entendra crier… votre frustration

On ne va pas revenir sur la qualité de cette énième réédition de Space hulk. Ce vétéran des wargames dans l’espace opposant les Terminators de l’Empire et de visqueux aliens nommés Genestealers a largement fait ses preuves par le passé. Parvenant à générer une tension permanente pour les deux camps grâce à un système de règles facile à comprendre et efficace, Space hulk demeure une référence en la matière.

Dungeon twister: dix ans déjà et toujours vert

Visiblement, ce qui fait vibrer Chris Boelinger n’est ni la comptabilité précise des marchandises contenues dans un entrepôt dans l’Angleterre industrieuse du 19e siècle, ni la reconstitution réaliste des batailles napoléoniennes, ni l’invention d’une autre variante du whist. Son style, ce serait plutôt la profusion de projets que, faute de mieux, l’on qualifiera de… différents.

Concours: 3 boîtes de Five tribes à gagner.
Résolvez le problème ci-dessous
en suivant l'énoncé publié page 18 de Plato 71.

Default

En couverture: Five tribes

À la croisée de plusieurs chemins, au fin fond du désert des Mille et une nuits, Bruno Cathala propose une version désensablée du vénérable awalé, mâtiné d’un soupçon d’enchères et de fourberies.

Bien débuter à Five Tribes

Quel souk ce plateau : trente tuiles variées et, sur chacune, trois personnages de différentes couleurs, placés au hasard. Et non contents d’être assortis de manière anarchique, tous ces bonshommes ne vont pas manquer de bouger. Inutile d’essayer de contrôler tous les individus parmi cette foule et comprendre où ils vont aller, quelques conseils et astuces devraient ici vous aider à y voir plus clair.

Rencontre avec Bruno Cathala

Douze années séparent Guerre & bêêêh de Five tribes, douze années pendant lesquelles Bruno Cathala s’est forgé une réputation au fil de ses soixante-cinq jeux et extensions publiés chez la plupart des éditeurs francophones du milieu. La cinquantaine naissante, il est aujourd’hui l’auteur français le plus prolifique et probablement le plus reconnu. Véritable touche-à-tout de l’objet ludique, il porte d’innombrables casquettes, riche de son expérience allant de feu Jeux Descartes jusqu’aux jeux dématérialisés. Depuis cet été, ce ne sont pas moins de trois titres majeurs signés ou cosignés de sa main qui sont disponibles sur les étals. Rencontre avec un homme aussi attachant qu’accessible pour revenir sur sa carrière, les (r) évolutions de la décennie écoulée, mais également partager sa vision de celle à venir.

Designer diary: Wakanda

Wakanda est le dernier jeu de Charles Chevallier, sorti chez Blue Orange à l’occasion d’Essen 2014. En parallèle de la même démarche de la part de l’éditeur, parue sur Tric Trac, l’auteur revient dans Plato sur l’histoire du jeu.

Analyse: D’où vient ce Barbarossa?

L’annonce de l’édition française de Barbarossa a engendré des débats animés sur Internet et au sein de la rédaction de Plato, sur les thèmes «ils sont fous ces Japonais!», et autres «peut-on rire de tout?», mettant à rude épreuve le concept de relativisme culturel: tantôt pour défendre, tantôt pour condamner l’initiative des éditeurs ou, plus généralement, les tendances des Japonais à utiliser des signifiants problématiques comme supports visuels de leurs jeux.

Analyse: Peut-on jouer de tout?

Cela semble évident: oui, il est possible de jouer à tout. C’est le propre du jeu, comme du rire, que de pouvoir aborder tous les sujets, même les plus durs. Dans un jeu, on fait semblant: la violence ou le malsain n’y sont pas réels. Il peut même permettre d’extérioriser ou de verbaliser des émotions difficiles à évoquer dans la vraie vie. Considéré comme mode d’expression créatif, il semble autorisé à garder le champ libre. Pour autant, c’est aussi un objet de consommation, qui doit suivre la loi du marché s’il veut se vendre. Alors, tous les sujets se prêtent-ils au jeu ?

Rencontre avec Tom Lehmann

Inutile de tergiverser, Tom Lehmann est un grand monsieur du jeu de société. Au cours de l’un de ses (trop) rares passages à Paris, le papa de (entre autres) Race for the galaxy a bien voulu nous accorder un peu de son temps pour partager sa vision du marché du jeu et du financement participatif, mais aussi évoquer la sortie prochaine de Roll for the galaxy. Moments choisis.

Designer diary: Bruxelles 1893, l’extension, étape 3

Un architecte ne dessine que rarement pour lui-même. Finalement, la valeur de son travail ne se mesure pas à son autosatisfaction, mais bien à l’appréciation de son œuvre par le monde extérieur. Les passants pourront admirer l’intégration de la façade dans la rue, mais surtout ce sont les habitants du lieu qui auront le dernier mot. Alors quoi de mieux, pour Étienne Espreman, que de faire valider son jeu par le meilleur et le pire jury : les joueurs.

Rencontre: dans le donjon avec Jon Peterson

En matière d’histoire du jeu, il faut souvent se résoudre, dès lors que l’on a une certaine exigence, à passer par la langue anglaise. C’est souvent dans cette langue que l’on retrouve les références bibliographiques les plus nombreuses et pointues, les auteurs semblant avoir les opportunités éditoriales pour creuser des sujets marginaux. Après les Anglais David Parlett et John McLeod, qui documentaient l’histoire des jeux de cartes, l’Australien Steward Woods qui s’intéresse aux «eurogames» et leurs usages sociaux, le cycle continue avec une nouvelle salve d’informations. Celle-ci nous est parvenue depuis les États-Unis: sept cent vingt pages extrêmement denses et exhaustives, des illustrations noir et blanc, une méthodologie radicale dans la définition de son objet. Forcément, cela nous a donné envie de rencontrer l’homme qui était derrière ce travail un peu fou: retracer les débuts du jeu de rôles. Jon Peterson, l’auteur de Playing at the World, nous présente ici sa démarche et les principaux apports de son ouvrage.

Sortie de table: le Cornhole

Vous aussi vous pensez que le pop-corn a définitivement altéré le plaisir des cinéphiles de bon goût, en plus d’avoir surchargé le tissu adipeux de nos enfants ? Réjouissez-vous, voici un bon moyen de violenter gentiment quelques grains de maïs en guise de revanche légitime. Le Cornhole, aussi appelé Corn toss, Bean bag ou encore Bean toss, est un loisir essentiellement pratiqué aux États-Unis, mais qui s’implante petit à petit sous nos latitudes au gré des salons ludiques d’importance respectable.

Le cahier de chroniques ludiques:

  • 18 soldats du feu (Asmodee)
  • Barbarossa (Play Win)
  • Camel up (Filosofia)
  • Carnival zombie (Albe Pavo)
  • Copa (Steffe Spiele)
  • Enigma (Filosofia)
  • Five tribes (Days of Wonder)
  • Fish fish (Gigamic)
  • Gare au chacal (Malitris Éditions)
  • Il était une forêt (Jeux Opla)
  • Illegal (Ludicaly)
  • Kanoshita (Try Good)
  • Labyrinthe flash (Ravensburger)
  • Mimtoo famille (Cocktail Games)
  • Mucca pazza (Zoch, Gigamic)
  • Ready to rock (autoédition)
  • Romans go home (Lui-même)
  • Ruins explorer
  • Savannah café (Morapiaf, Gigamic)
  • Space walk (Morapiaf, Gigamic)
  • Vaca loca (Zoch, Gigamic)
  • We will wok you (Pagasus Spiele, Gigamic)

Pour vous abonner, c’est ici.
Pour acheter ce numéro 71, c’est ici.

Date de parution prévue: le 21/11/14.

Default

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires

Default