Critique de Stellium

Par arthelius

Publié le 23 nov. 2017 • Lecture 3 min.

Critique de Stellium

 

L’origine de la création, non pas de la vie, mais tout simplement celle de la galaxie, rien que ça, voilà vers quoi vous transpose Stellium. Un jeu où vous allez jouer avec les astres pour faire jaillir un monde nouveau, tout en devenant les divinités stellaires de celui-ci. Intrigué par cette introduction un brin mystique ? Dans ce cas je vous invite à me suivre au creux des étoiles.

 

Jouer avec les astres

 

On monte le plateau, on pose une bille de chaque couleur sur chaque cercle, et la partie peut débuter. Chaque joueur prend devant lui une tuile de divinité et les jetons qui y sont associés, et qui permettent de bénéficier d’un pouvoir unique, qui influencera les billes sur le plateau. Le premier joueur pioche alors une bille dans le sac et la dépose où il le souhaite sur le plateau, dans un cercle ou sur un interstice. Il faut savoir par contre que chaque couleur de bille dispose d’un toucher différent : lisse, râpeux, granuleux et irrégulier, en plus de couleurs différentes. Ensuite le joueur peut facultativement utiliser un jeton d’influence astrale. Enfin si la disposition des billes le permet le joueur peut valider l’un de ses objectifs (sauf au premier tour). S’il le fait, il défausse alors toutes les billes de cette constellation sauf une. Enfin, le joueur actif pioche une nouvelle carte Objectif, sachant qu’on ne peut en avoir que 3 en main au maximum. Les points et les conditions d’attribution sont variables selon chaque carte. Dès qu’un joueur dépasse un nombre de points défini par le nombre de joueurs au départ ou si la pioche d’Objectif est épuisée, le jeu prend fin après que chaque joueur ait joué le même nombre de tours.  On passe alors au décompte, le joueur avec le plus de points remporte la partie.

 

Tric Trac

 

Ce ne sont pas des dragon balls

 

Franchement, c’est beau, tout simplement. Cette boite qui avec une simple illustration nous interpelle et nous fait voyager est en parfait accord avec ce que l’on trouve à l’intérieur. Et justement, parlons-en de l’intérieur, dans un thermoformage parfaitement adapté vous trouverez de quoi former le contour ainsi que les tuiles rondes qui accueilleront les billes de couleur enfermées dans un sac noir. Ajoutez à cela des tuiles pour les personnages et des cartes. Ankama c’est avant tout un studio qui produit des jeux vidéo, mais aussi des livres et une série animée. Ils ont de l’expérience dans le graphisme et ça se voit, ça se voit même bien. A mes yeux ils parviennent à apporter un peu de sang neuf dans le milieu du jeu de société à ce niveau. C’est donc une excellente édition que nous avons devant les yeux.

 

Tric Trac

 

Par les météores de Stellium

On attaque maintenant le gros de cette critique : le ressenti et mon avis. Si les règles sont assez simples à comprendre, les actions étant toujours les mêmes, il ne faudra cependant pas oublier les différentes étapes, notamment celle de la défausse des billes et la pioche en fin de tour d’un nouvel objectif. Si l’idée de la pioche tactile des billes est intéressante, elle ne s’avère pas vraiment précise (ou alors je suis très mauvais, mais je n’étais pas le seul lors de mes parties), contrôlée par un timing compté à la bouche assez aléatoire. Et c’est tout bête mais ce souci (qui en est un pour moi et peut être pas pour les autres), à suffit à m’empêcher de scorer, car je tombais souvent sur une bille au hasard, et c’était assez frustrant de voir ce qu’il fallait faire et de ne pas y arriver, et je n’étais pas le seul. Ce n’est pas le genre de jeu où l’on a envie de s’en remettre au hasard, on veut du contrôle. C’est original comme système, mais faillible à mes yeux. Surtout que la lecture des billes et donc des constellations ne sera pas toujours aisée, car après le tour de chaque joueur le plateau change de forme, et le nombre de cartes objectif est assez conséquent sur la table. Difficile de prévoir vraiment ses tours à l’avance. Mais ce sentiment n’était pas partagé par toute la tablée pour le coup, je tiens à le préciser.

 

Tric Trac

 

Pour ceux qui aiment calculer à l’avance le jeu propose une lecture intéressante et agréable à mettre en place par le biais de ces billes. Il n’y a pas vraiment de meilleure configuration, même si à 2 votre tour reviendra plus vite et donc le plateau aurait moins bougé. Les 30 minutes annoncées sont justes tout comme les 10 ans proposés, même si un enfant peu habitué aux jeux aura peut-être un peu de mal à lire le plateau. Stellium est un jeu à sortir à de nombreuses occasions, en famille ou entre amis, aucun souci, il saura faire son effet grâce à son aspect des plus réussis. Il propose un jeu calculatoire de combinaisons servi par un matériel original qui plonge dans l’ambiance.

 

Tric Trac

 

Où sont passés les calots ?

Stellium est un très joli jeu, c’est indéniable, mais à mes yeux il souffre de quelques défauts, le premier étant le hasard qui peut régir certains tirages, le second étant la lecture du jeu au niveau mécanique. Pourtant, il saura trouver son public, j’en suis certain, tout en se montrer ingénieux et original, aucun doute là-dessus, car il n’est clairement pas désagréable à jouer bien au contraire. C’est juste qu’à mes yeux l’expérience n’est pas optimale face à ce jeu de combinaisons où le calcul est roi. N’hésitez pas à le découvrir, car je suis certain qu’ils sauront plaire et ravir les joueurs amoureux de jolis jeux et les autres.


arthelius

Commentaires

Default