arthelius

Critique de Révolution le jeu

Critique de Révolution le jeu


Ce n’est pas en rouge que vous ferez la révolution, mais en rose saumon, en attendant le grand soir, c’est pas mal aussi. Le blocage, la violence ou la propagande seront vos armes pour renverser les dictateurs, mais ils sauront les retourner contre vous également. Prêt à prendre les armes ?


Viva la revolucion


Chaque joueur prend un personnage et les points de vie qui sont indiqués sur la carte, on mélange ensuite la pile de cartes à dos noir et chacun en reçoit 4. On mélange aussi la pile des cartes Pigeons Déchaînés, de même pour les Dictateurs dont on tire une première carte pour débuter la partie. À votre tour, vous pourrez jouer une carte de votre main afin d’aider à renverser le dictateur, dont il faudra parvenir à surpasser le score dans l’une des trois catégories : blocage (jaune), violence (rouge) et propagande (bleu). Puis on lance le dé afin de savoir si notre action a réussie ou bien si nous devons encaisser un malus, la prison, une blessure, la pioche d’une carte Pigeons Déchaînés ou l’échec de votre action. Si vous êtes en prison, vous aurez alors le choix de perdre 1 PV pour en sortir ou bien de tenter de faire un 5 ou + au dé. Le fait de battre le dictateur sur son point fort entraînera la pioche d’une carte Pigeons Déchaînés avec application immédiate de son effet négatif. La partie prend fin lorsque les joueurs sont parvenus à battre autant de dictateurs qu’il y a de joueurs. Un mode Expert propose de jouer avec des traites à la solde des dictateurs parmi les joueurs.

 

Tric Trac


Toujours le point levé


Amel Bent n’aurait pas renié le design de la boite de jeu, qui sur fond noir arbore un point levé. À l’intérieur on conserve cette esthétique noire, classe et efficace, les cartes étant de différentes couleurs selon leurs effets. L’ensemble étant illustré par des tableaux de maitres tombés dans le domaine public, malin d’un point de vue financier et intéressant pour découvrir une partie de ces tableaux, par contre cela diminue forcément la cohérence du jeu, en lui donnant un côté D’art d’art, l’émission de Frédéric Taddeï. Pas inintéressant si l’on prend Révolution comme un support pédagogique, moins si on le considère avant tout comme un jeu. Mais bon, je chipote, car l’ensemble est vraiment de qualité, même si j’aurai aimé des règles un brin plus claires. L’ensemble est esthétique et pour un premier jeu c’est vraiment du bon travail. 

 

Tric Trac


Camarades de jeu avant tout


Je pense cerner la volonté de l’éditeur et de l’auteur, qui est de proposer un jeu accessible à tous pour vulgariser la révolution et mettre en avant les différents dictateurs qui ont parsemé notre histoire, sans toutefois les nommer ni en prendre des trop contemporains. Sur ce point c’est réussi, le thème ressort sans pour autant cimenter l’expérience de jeu, grâce aux textes qui parsèment les cartes, mais qui sont toutefois adoucies par la présence d’illustrations au style non-homogène. Cependant, le jeu est hyper léger, l’action à chaque tour reste sensiblement la même et ne propose d’un choix limité de tactique. Même si cela est plus approfondi en mode Expert avec la présence de « traîtres ». Il faut dire que le hasard du dé pourra faire grincer des dents, on comprend la volonté d’ajouter du hasard comme dans la vraie vie, même cela empêche aussi un équilibrage précis. Du coup, les tours s’enchaînent et se répètent, la menace n’inquiète jamais et les parties se terminent sans grands encombres. Et bien entendu la courbe d’apprentissage ne s’élève jamais, car l’ensemble est régi par le hasard de la pioche. Du coup pour les novices à la recherche d’un jeu au thème original, ça fera l’affaire, mais moins pour des joueurs avertis, surtout que l’ensemble reste assez sage et pas assez subversif, un léger comble pour un jeu sur la révolution. Par contre le fait de pouvoir y jouer jusqu’à 6 est un avantage, et rendra le jeu plus intéressant en mode Expert. L’âge proposé est de 14 ans, au niveau mécanique vous pourriez y jouer bien avant cela, surtout en mode coopératif, je pense que cette restriction provient du sujet même si celui-ci ne me pose aucun véritable problème pour des enfants, à partir du moment où ils ont l’âge d’entrer au collège par exemple, bien au contraire. Enfin, pour la durée d’une partie, cela va de 15 à 45 minutes, selon le mode de jeu et le nombre de joueurs. 

 

Tric Trac

Tric Trac


On range les drapeaux


Révolution n’est pas une révolution ludique, tant pis. Ce n’est d’ailleurs pas grave, car je pense que ce n’était clairement pas son but premier, qui était de mettre entre les mains de néophytes un jeu au sujet peu courant afin de les sensibiliser. Les joueurs expérimentés, resteront très certainement plus de marbre devant le manque d’originalité et de challenge surtout, même si le mode Expert propose une alternative intéressante mais pas assez poussé à mes yeux. Pourtant, la présence des points de vie par exemple démontre l’expérience dont dispose l’auteur, qui malheureusement n’a pas osé aller encore plus loin. Par contre on pourra souligner l’excellent travail d’édition, même si encore une fois à mes yeux, j’aurai aimé un jeu également plus engagé sur son aspect graphique, même si le choix des œuvres est réussi. Un jeu à découvrir, vraiment pour se faire un véritable avis et ne pas passer à côté d’un titre qui attire l’œil malgré tout.

 

De plus si vous voulez découvrir la campagne Ulule pour leur nouveau jeu sur le climat : Klimato c'est par ici : https://fr.ulule.com/klimato/

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

1Je n'aime pas

Commentaires (2)

Default
morlockbob
morlockbob
Pour une fois Arthelius sera plus négatif que moi (le virus surement). Le jeu n'est certes pas une révolution et on n y jouera pas des heures mais si vous la jouez role play vous pouvez vous taper une bonne tranche de rigolade. Se joue bien à 4. Traitre obligatoire. (voir avis)
arthelius
arthelius
Hé oui comme quoi je ne suis pas toujours sympa. ^^
Je suis d'accord il faut beaucoup jouer roleplay, à 4 et avec un traître sinon je trouve ça trop léger.