arthelius

Critique de Ciao!

Critique de Ciao!

 

Si je vous dis : jeu simple, même très simple, il y a de fortes chances pour que vous donniez comme exemple le morpion ou le shifumi. Et c’est justement de lui dont je vais vous parler, à travers sa nouvelle forme, paru il y a peu chez Gigamic, je veux parler de Ciao !

 

Un principe séculaire

 

Je vous rappelle le principe de base du shifumi. Chaque joueur va avoir à sa disposition 3 formes : la pierre qui bat le ciseau, le ciseau qui bat la feuille et la feuille qui bat la pierre. Dans Ciao nous retrouvons bien entendu ces 3 formes à laquelle viennent s’ajouter de nouvelles règles. La première étant la notion de couleurs : le rouge bat le vert et le jaune, le jaune ne bat que le vert et le vert est le plus faible, ces couleurs passant après le symbole de chaque carte et son pouvoir. Ces couleurs se retrouvant sur tous les symboles (pierre, feuille et ciseau). À cela viennent s’ajouter des pouvoirs, symbolisés par des icônes, un peu à la manière du Uno, ces derniers étant assez proches.

Vous débuterez la partie avec 7 cartes et votre but sera alors de vous débarrasser de toutes vos cartes en suivant les ordres établis et en utilisant au mieux les pouvoirs. Chaque joueur devant à son tour jouer une carte s’il le peut, ou bien piocher une carte. En fin de partie chaque carte non jouée octroiera un malus au joueur en fonction de leurs couleurs. Ainsi, vous pourrez jouer sur plusieurs manches afin de déterminer un vainqueur. Bien entendu il sera possible de jouer sans les évènements avec les plus jeunes.

 

9ba9bb5f52d4ec809457cb7af5f93e3878ba.jpe

 

Un gros mélange

 

Ciao ! est un gros melting pot, si le principe de base reprend celui du shifumi, le pouvoir des cartes n’est pas sans rappeler le Uno et le fait de devoir remercier son adversaire lorsqu’il prend une carte me fait irrémédiablement penser à Hawaïki. C’est donc de ce mélange de jeux qu’est né Ciao !, qui m’a aussi fait penser à Mifuchi, autre jeu basé sur les mêmes mécaniques et symboles. Si vous connaissez l’un d’entre eux (et il y a de fortes chances), vous ne serez pas dépaysé. Bien que possédant des règles simples, se souvenir de tous les points sera un peu complexes au départ pour les plus jeunes (et les autres aussi), entre les pouvoirs, les couleurs et les symboles. Ce qui pourra sembler étrange étant donné le format du jeu.

 

a412c08a4a0a86152bf3d7196c9a89902841.jpe

 

Le matériel reste parfaitement correct, de jolies cartes aux couleurs vives, le tout servi dans une boite métallique pratique à transporter. Rien à redire là-dessus, c’est pour quoi je ne m’étendrais pas sur ce point.

Mais une fois quelques tours réalisés le jeu tourne sans souci, l’intérêt étant de jouer les tours rapidement afin d’apporter du stress à l’ensemble de la table et ainsi profiter de l’ambiance de ce type de titre. Facile à sortir, il saura renouveler le jeu de base en proposant des alternatives amusantes et de nombreux retournements de situation.

 

d1a0c2bc074672c494dcd0f2351eb46ad3ea.jpe

 

Au final

 

Il faut le dire Ciao ! ne propose pas une véritable mécanique originale, piochant de nombreux points de règles dans d’autres jeux, il regroupe et recycle. Mais tout en ayant déjà sur le marché d’autres rivaux du même acabit ce qui était assez risqué pour lui dès le départ. Pour autant il propose une nouvelle alternative pouvant se jouer jusqu’à 6 joueurs ainsi qu’une nouvelle manière de jouer, tout en étant un petit jeu d’ambiance sans prétention, mais sympathique. À découvrir pour qui cherche un jeu rapide accessible à plus grand nombre ou pour voir comment d’une vieille mécanique on peut parvenir à quelque chose de plus moderne. À jeu à offrir pour ceux qui découvrent les jeux de société afin de les amener sur un nouveau terrain tout en les faisant marcher sur un terrain qu’ils connaissent déjà.

 

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires

Default