Monsieur Guillaume

Chawaï : Le chat Pacha pêcha !

Chawaï : Le chat Pacha pêcha !

Bruno Faidutti, et ce, depuis des années, réussit le petit tour de force de faire éditer plusieurs de ces jeux chaque année, ce qui en fait à la fois un des auteurs les plus prolifiques tout autant qu'un des "auteurs historiques" de jeux de sociétés. Tenez, si nous prenons seulement cette année, et en espérant ne pas en avoir oublié un ou deux sur les différentes sorties chez des éditeurs non-francophones, voici la liste des jeux faiduttiesques, seul ou en co-création : Small Detectives chez les Pixies, Secrets avec Eric Lang chez Repos Production, Nutz chez Blue Orange, King's Life avec Gwenaël Bouquin (Pandasaurus Games), Kamasutra (Vice Games et chez Pixies pour la VF), Junggle avec Anja Wredde chez Z-Man Games... sans oublier la quatrième et luxueuse édition de l'inusable Citadelles... et bientôt Dragons chez Matagot... wahoo ! Quel rythme !

Tric Trac

Qui va à la pêche se repaît !

Mais cette liste, déjà gargantuesque, n'est pas complète sans la dernière boite qui marque également le retour de l'éditeur Superlude : Chawaï. Les illustrations de l'immanquable Paul Mafayon ont transformé les pigeons et autres moineaux parisiens en ronde autour d'une vieille dame du prototype en pêcheurs Chawaïens en pleine plongée dans l'eau bleu azur afin de préparer le festin de poissons de la fête en l'honneur de Chaloha, le kiti kité de la mer !

Tric TracChaque joueur, de 3 à 6 possibles, démarre la partie avec ses 12 cartes, de -1 à -12 pour indiquer la profondeur de plongée. Plongée qui permet, à chaque tour, d'aller à la pêche de 3 poissons piochés aléatoirement parmi 36... d'ailleurs, ça doit être bien pensé puisque 12 tours à 3 poissons, ça fait bien 36 ! Et ces poissons ont des valeurs qui vont de -15 à +15 plus quelques autres surprises... les intérêts convergents pour tel ou tel poissons vont générer automatiquement quelques tensions... ludiques ! Allez, on retient son souffle et on plonge.

Tric Trac

Après avoir donc pioché et placé les trois poissons du tour sur le plateau-lagon, chaque joueur, parmi les cartes qui lui restent en choisit une secrètement et la joue. Simultanément les cartes sont révélés et les trois profondeurs de pêche sont résolues : Celui qui joue la carte la plus forte prend le poisson le plus profond, le deuxième plus profond prend la carte poisson du milieu et celui qui joue la carte la plus faible prend la carte qui est en surface...

Tric Trac

C'est bien gentil tout ça, mais les égalités ? Là intervient le tiki Chaloha, placé entre deux joueurs et évoluant de place en place en sens horaire à chaque tour. En sens horaire (par la gauche), le départage des égalités pour la carte en surface se fait alors qu'en sens anti-horaire (par la droite donc), le départage des égalités pour le fond ou le milieu du lagon. Le Tiki ayant à gauche une main vers le haut (la surface) et sa main droite vers le bas (les profondeurs), le coup est vite pris.

Tric Trac

 

Seulement voilà, les intérêts vont diverger, en plus du départage des égalités, lorsque des cartes étranges apparaissent sous l'eau : En dehors des chardines (valeur de 1 à 5), des poissons-tigres (de 6 à 9) et des thons-empereur (de 10 à 15), il y a également des Lanternes de mer au nombre de trois. Leur photophore permet à celui qui en récupère un de regarder, seul, l'identité de la prochaine carte qui le remplace et qui sera jouée face cachée. 

 

Viennent ensuite les méduses... quatre à raison de -10 pour deux d'entre elles et -15 pour les deux autres... Pas de quoi pavoiser à les récupérer... enfin, bon, ça dépend ! Si vous en récupérez trois, elles seront défaussées par faveur de Chaloha. Ça devient presque un sous-objectif pour ceux qui les pêchent... amenant parfois un autre joueur à se sacrifier en riant pour empêcher ça.

Tric Trac

Enfin, sept goélands survolent la zone de pêche et à leur récupération vole la carte poisson au sommet de la pêche du malheureux... qui du coup, devient heureux si la carte poisson au sommet de sa pêche est une méduse... Effet "bande" et "triangulation" au menu.

À l'issue des 12 tours, on fait les comptes et au plus haut total de points est remis le titre de Roi de la fête.

 

 

Ch'est un bon chat, cha, madame !

Impossible de ne pas penser au Stupide Vautour (sauf, bien sûr, si vous ignorez ce jeu des années 80) d'Alex Randolph. D'ailleurs, Bruno Faiduttisur son blog, en parle comme d'un objectif lorsqu'il a crée Chawaï : retrouver modernisé ce qui fait le plaisir de Stupide Vautour.

Tric Trac

Et objectif atteint, peut-on affirmer. Effectivement, Chawaïa une "immédiateté" dans sa mise en place et ses parties, en même temps qu'une fluidité qui procure un plaisir instantanée et l'envie de remettre le couvert après une partie désastreuse où l'on a joué ses cartes en perpétuelle désynchronisation de "double guessing" et d'évaluation. Double guessing pour deviner ce que va jouer l'adversaire, y compris en prenant en compte les égalités, pour prendre de vitesse les autres joueurs à la bonne profondeur (et ce n'est pas toujours le plus profond qui est le plus intéressant). Évaluation pour gérer ses cartes et savoir éventuellement sacrifier une pêche ou deux pour tirer partie des autres.

Tric Trac

En même temps, plus vous serez de joueurs et plus l'intuition viendra à la rescousse pour contrebalancer le bazar des multiples cartes jouées à chaque tour. Nous jouerons alors nos cartes pêcheurs avec notre "pif" (ça sent l'poisson par ici dirait Ordralfabetix) tout autant qu'avec nos tripes. Vous comprendrez alors aisément que les aficionados du "tout contrôle rigide" et les mauvais perdants n'auront pas les bases suffisantes pour y prendre plaisir. Ce n'est pas grave, les parties sont courtes et ils pourront toujours s'amuser de l'ambiance qui s'invite bien aisément autour de la table.

Les illustrations de chacun des chats pêcheur de Paul Mafayon sont agréables et bien typés, laissant à chacun son préféré...

 

Bref, une belle boîte au rapport qualité/prix/amusement complètement positif et qui, lorsqu'on connaît l'idée de départ de Bruno Faidutti ne laisse qu'un seul regret : Ne pas pouvoir jouer à Chawaï dans son thème initial : Les pigeons parisiens ! Peut-être trop franchouillard, soit, mais tellement rafraichissant et tellement dans la mécanique... après tout, ma foi, qui sait ? Peut-être qu'une édition spéciale pourrait voir le jour si le jeu fonctionne... et c'est tout le bien qu'on lui souhaite tant on s'y amuse.

Tric TracTric Trac

Hey, Saumon !! Fais gaffe, y vont t'fumer !!

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires

Default