Monsieur Guillaume

BTG : Pas le site, hein, l'éditeur !

BTG : Pas le site, hein, l'éditeur !

Et oui, un nouvel éditeur vient d'arriver du côté de la Normandie. Son nom : Bad Taste Games... déjà tout un programme ! Nous retrouvons Frédéric Bizet, rédacteur en chef de l'ancien magazine Jeux en Boite, déjà croisé sur les salons, festivals, ici et là, à la tête de BTG, marque commerciale de Robinwood Corporation.

 

4fe69f96e2bcc06e38882ac648c237826c25.jpe

 

Le premier jeu annoncé sera pour le premier trimestre 2016 et aura pour nom Guildes. Bon, l'avantage, c'est que l'auteur du jeu n'est autre que Frédéric lui-même, ce qui simplifie les décisions d'éditions. Les illustrations commencent à être montrées, et le travail de Romain Gaschet se dévoile via les réseaux sociaux.

 

b67ad0069026ba08d57aefe7ff6053f7638f.jpe3601d0553bc3896c6dfce389584a901780d1.jpebf9c992f031681cbacf48da0f61060078df7.jpe

 

Guildes vous place en période électorale dans la cité de Portyl. Vous allez chercher l'appui des puissantes guildes de la ville pour garantir votre victoire à l'élection. Au cours de trois tours, avec du draft (bien à la mode, décidément) à chaque début de tour, vous allez sélectionner vos cartes, sachant que vous ne les jouerez pas toutes... un peu de rétention d'informations ne fait jamais de mal ! Bien sûr, la milice, c'est un peu différent, mais les militaires, il faut savoir les gérer. 

 

Les aléas de la campagne sont représentés par des cartes Évènement. En plus de donner le sens du jeu, elles en modifient les règles. À vous donc de savoir profiter des opportunités ou faire le dos rond aux embûches !

Votre sympathie auprès des guildes (et surtout votre position par rapport aux adversaires) vous rapporteront des voix qui, cumulées, vous apporteront la place suprême au conseil de la ville... ou pas ! 

 

5fe409769eacbb16108d904f054479b42b55.jpe

 

Quoi de mieux pour une nouvelle structure que de commencer par un financement participatif, ce qui sera le cas en début d'année 2016. Il sera ensuite temps de se pencher sur le jeu pour vous en dire plus et qui sait ? Peut-être même qu'une Tric Trac TV sera tournée !

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires (9)

Default
macnulty
macnulty
On peut croire en son jeu et aller sur une plateforme de financement participatif. Parce que cela permet de toucher un public que l'on aurait pas eu autrement, d'avoir une avance de financement et une estimation du nombre d'exemplaires du premier tirage.
eldarh
eldarh
Ouaip. On vend de la préco quoi.
macnulty
macnulty
C'est pas faux.
tihroflan
tihroflan
Et bah moi, j'accroche pas trop à l'esthétique du bouzin :(
johan
johan
En tous cas, les graphismes donnent envie!
ehanuise
ehanuise
Publier un jeu de cartes demande des investissements aussi, notamment en termes d'illustrations. On passe très rapidement le cap des montants à 5 chiffres, et pour une structure qui se met en place c'est conséquent.
Et pour ce qui est d' "être un vrai éditeur", quel est le métier de l'éditeur ? Le financement n'est qu'un aspect mineur du métier de l'éditeur, non ?
La recherche de bins jeux, leur développement, le travail de direction artistique, le suivi de production, la diffusion/promotion, est-ce que ce ne sont pas plutôt ces aspects qui définissent ce qu'est un éditeur ?
ThierryLefranc
"Quoi de mieux pour une nouvelle structure que de commencer par un financement participatif"
Peut-être être un vrai éditeur... Croire en son produit et prendre des risques.
Le prétexte évoqué pour des jeux comme "Conan" étant de dire que le jeu édité "normalement " serait trop cher à la vente. Mais là, il s'agit, semble-t-il, d'un jeu de cartes.
Ary Le Rouge
Ary Le Rouge
Sans prétendre connaître le milieu de l'édition, si l'éditeur doit avancer 5000 ou 8000 euros par prêt bancaire et que le jeu se plante, l'éditeur l'a dans l'os et peut fermer boutique aussi vite. Alors qu'avec un KS ou autre il sait d'avance si des gens croient ou non en son produit. Et si c'est le cas et que le KS marche bien avec le fond de trésorerie il pourra faire son boulot d'éditeur en prenant le risque d'éditer des jeux.
Virgile de Rais
Oui ca semble simple quand ce n'est pas ton argent propre Thierry , après il reste de jeunes éditeur qui prennent encore ces risques avec réussite ( Runes édition par exemple) mais lancer sa structure d'édition par un kick starter ou autre me semble pas trop bête perso.