Monsieur Guillaume

Battlelore : Hernfast & scorne, ça cogne vite !

Battlelore : Hernfast & scorne, ça cogne vite !

Default

Avant-propos introductif du préambule

Richard Borg n’est pas l’auteur d’un jeu. Il est carrément le créateur d’un système de jeu. Ce dernier, appelé Commands & Colors permet de rejouer des affrontements d’armées, historiques ou fantastiques, avec figurines sur un champ de bataille généralement découpé en trois parties, deux flancs et un centre. Une carte est jouée par le joueur actif à son tour, ce qui a pour effet d’activer des unités à tel endroit ou produire des effets particuliers. Ça, c’est pour l’effet Commands. Pour l’effet Colors, les troupes peuvent être de trois « niveaux » possibles, représentant à la fois leur force, leur équipement, ce qui est indiquées par leur couleur.

Default

Les dés, lancés lors des combats, reprennent ce code couleur et permettent d’infliger des touches, entrainant alors la diminution du nombre de figurines restantes dans la troupe, voir son élimination, signifiant souvent un point de victoire pour l’adversaire.

Chaque bataille est un scénario et peut proposer des règles particulières pour rendre compte d’une réalité historique, d’objectifs particuliers ou autres éléments "scénaristiques".

Les différents univers que propose vont de l’antiquité avec la série Commands & Colors : Ancients à la guerre de sécession (Battle Cry), des batailles napoléoniennes (Command & Color : Napoleonics) au japon féodal (Samuraï Battles qui propose même deux systèmes en un avec Konstantin Krivenko).

Dernièrement, il y a même eu un kickstarter pour « The Great War » qui a pour cadre la première guerre mondiale.

Pourtant, ce ne sont pas ces titres qui nous sont les plus connus, n’ayant jamais eu d’édition française. Le jeu phare par chez nous est Mémoire 44 chez Days of Wonder, qui a proposé d’ailleurs à l ‘occasion du 8 mai, 4 scénarios anniversaires à commander, télécharger ou à récupérer sur les salons. Un jeu très pratiqué, y compris en ligne et dont les tournois, championnats et autres suivis ne s’est jamais démenti.

Default

Du développement historique d'après préambule

Default

C’en est encore un autre dont il est question aujourd’hui. Et il aura connu un parcours bien particulier : Battlelore. Initialement sortie en 2006 chez Days of Wonder également, il se présente comme une version médiéval et fantastique du système de monsieur Borg. Ce jeu se présente dans une boite énorme (quel souvenir que de récupérer cette boite dans les locaux parisiens de l’éditeur) et il s‘en suit une palanquée d’extensions où manquent toujours des armées de races différentes.

Default

En 2010, pour cause de gamme trop chronophage à suivre, le jeu se retrouve sous l’égide de Fantasy Flight Games (et donc Edge en français). Il sera ensuite décliné dans l’univers du Trône de Fer : Bataille de Westeros, en étant travaillé par un autre auteur, Robert Kouba : disparition des séparations du champ de batailles, passage au dé à 8 faces, les généraux prennent une importance capitale… En terme de "gameplay", ce jeu est très bon et très plaisant à jouer. Malgré tout, le suivi n’est pas aussi faramineux qu’espéré vu qu’à date, seul trois maisons sont jouables... et les sorties ne se bousculent pas au portillon.

Default

De son côté, Battlelore semble tomber peu à peu dans l’oubli mais pour mieux ressurgir en 2013 dans une seconde édition. Tout est chamboulé car l’univers médiéval fantastique est transposé dans l’univers maison, celui de Terrinoth, celui de Descent, Runebound & co. D'ailleurs, depuis 2012, Descent connait lui-même sa deuxième édition remasterisé avec des améliorations du système de jeu mais la présence d'un kit de conversion permet de rattacher la V1 à la V2. Pour Battlelore, le passage du 20mm au 28mm la rend incompatible avec l’ancienne version. Et si d’autres modifications issues de l’expérience de la gamme impactent réellement le système de jeu, et plutôt pour du meilleur (unités blessées affaiblies, disparition des couleurs d’unités, riposte immédiate, recrutements et scénarios…), c'est en fait un autre jeu que ce Battlelore, seconde édition.

L’intérêt est doublé lorsqu’en fin d’année 2014 sortent les versions pour Smartphones et autres tablettes. Très bien conçue, Battlelore : Command est particulièrement bien noté bien que peut-être un poil chère de prime abord (entre 8 et 10 €). Toute l’installation du plateau, la gestion des figurines et autres petites règles ainsi que la qualité des animations semblent remporter tous les suffrages.

Et nous, dans tout ça ?

Et bien voici enfin que sont annoncées les premières boites d’extensions en français chez Edge… et les suivantes, en anglais chez FFG... pour l’instant.

Default

La boite des Gardiens d’Hernfar, avec ses 34 figurines, constitue une armée à elle seule avec pas moins de 4 nouveaux types d’unités. Les Lanciers de la Citadelle, des Chevaliers Double Haches à double tranchant piétineront (un dégât par drapeau ignoré) vos adversaires dans l’ordre et la discipline. Ces derniers peuvent également charger à travers les troupes ennemies.

Les Golems de Siège avec leur tour sur le dos attaquent à distance et surpassent les Golems de Runes de la boite de base. Avec leur portée de 6, personne n’est à l’abri de leurs 4 dés en combat. Et comme si cela ne suffisait pas, leur taille leur permet d’ignorer les autres unités pour la ligne de vue. Ils sont inamovibles et leur tir de barrage, s’il manque la cible première, leur permet de blesser une unité adjacente.

Default

Nouveauté dans Battlelore, seconde édition, les Incantateurs et leur magie rejoignent le Seigneur Daqan. Ces Mages de bataille, avec un résultat Arcane sur leurs trois dés ne se contentent plus d’insuffler des forces magiques mais récupèrent une carte Arcane, sortilège puissant dont 20 nouveaux représentants sont compris dans cette boite. Ah oui, leur Bouclier Runique protègeront d’un dommage une unité à portée.

Enfin, les Cuirassiers, ces troupes magiques, peuvent bouger à leur activation d’une case de plus pour un point d’Arcane. De quoi compenser leur mouvement d’un hexagone seulement. D’un autre côté, 4 dés en attaque et la capacité d’ignorer une touche par phase d’attaque font que ces automates risquent de ne pas refroidir.

En plus des cartes Références d’Unités, vous trouverez 5 nouvelles cartes Scénario et 16 cartes Déploiement.

Default

Pour moi qui suis plutôt sanglant ?

Les Uthuk Y’llan ne seront pas en reste et la barbarie aveugle et gratuite de la Horde de Scorn vous montreront qu’un pallier infernal de plus est franchi dans le vice.

Les Grotesques lacèreront leurs adversaires qui, sanguinolents, en lanceront un dé de moins en combat. Au lieu de bouger, ils peuvent projeter des bouts tranchants de leurs os à distance de deux hexagones, une attaque à trois dés à distance… du coup, gardez les vôtres !

À leur côté, les Berserkers, à 4 figurines par troupe, sont emplis d’une folie démoniaque. Vous pourrez relancer un dé pour chaque jet de combat qu’ils déclenchent… des fous… dangereux ! Leur allonge est tellement grande qu’ils peuvent même blesser, en plus, une unité adjacente à la cible première.

Default

Les Sœurs de Sang, sorcières de haut niveau, maîtrisent la Magie du Sang (rien à voir avec Korra). Elles siphonneront l’énergie vitale de leur cible pour se soigner et siphonnent également des unités alliées pour blesser davantage encore leurs adversaires... sans compter les 20 nouveaux sorts qui viennent avec !

Pour finir, voici les troupes insectoïdes. Ces Funestes ignorent les restrictions de mouvement du terrain et passent par dessous les adversaires. Une fois au contact, elles immobilisent l’infanterie et la cavalerie adjacente. Ce qui leurs convient parfaitement puisqu’elles pourront les dévorer sur un résultat héroïque des dés d’attaques.

Là encore, le tout est complété par les cartes Unité, Scénario, Arcanes, etc.

Default

Et pour terminer la conclusion...

Les cartes Armée (deux dans chaque boite) permettent d’avoir des idées de déploiements « thématique » et « tactique » offerts par ces extensions. Enfin, de nouveaux terrains viennent rejoindre la tente de commandement de la boite de base. Des barricades aux Aiguilles de Cristal en passant par les Champs de Sang, elles se déploient comme des unités d’armées et compte donc dans le décompte des points de déploiement. Maintenant, bien utilisés, ces nouveaux terrains pourraient faire la différence.

Default Default

Tout ça arrive bientôt et la suite nous a été donnée à voir via le site de FFG : Des Razorwings, des Dragons, des Géants... des petites boites de renforts pour des créatures monstrueuses ! Vous pouvez comptez sur nous pour vous en dire plus dés qu'un bout de VF pointe son nez... et qui sait, peut-être même qu'un article sur la version Tablette et smarphone pourrait voir le jour !

En attendant de nouvelles factions supplémentaires (c'est vrai, quoi, il ne doit pas y avoir que ces deux camps dans Terrinoth...) tremblez avant de vaincre ou de périr, il n'y aura pas d'entre deux !

Default


Les Gardiens d'Hernfar
Une extension de BattleLore Seconde Édition
Par Richard Borg
Illustré par
Publié par Edge Entertainment
Jusqu'à 2 joueurs
A partir de 10 ans
Langue de la règle: Non renseigné
Durée: 60 minutes
Prix: 39,95 €


Default


La Horde de Scorne
Une extension de BattleLore Seconde Édition
Par Richard Borg
Illustré par
Publié par Edge Entertainment
Jusqu'à 2 joueurs
A partir de 10 ans
Langue de la règle: Française
Durée: 60 minutes
Prix: 39,95 €


/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires

Default