Monsieur Phal

As d'Or 2018, de l'intérieur et sur les bords...

As d'Or 2018, de l'intérieur et sur les bords...

Ce matin est tombée l’annonce des nommés pour l’As d’Or. J’ai été pris un peu au dépourvu parce que j’avais zappé l’heure de mise en ligne. Alors j’ai fait vite. Très vite. Du coup, je me dis que je pourrais prendre une petite heure pour dire certaines choses. Parce qu’il y en a des choses à dire. Alors je me colle devant mon clavier et je laisse courir mes doigts sur les touches. J'écris les mots comme ils viennent. Sans recul.

 

Tric Trac

Ne fais pas ci, ne fais pas ça…

Depuis quelques années, le prix organisé par le festival des jeux de Cannes, l’As d’Or/Jeu de l’année est victime de polémiques. De discussions sans fin. Trop de ça. Pas assez de ça. Il faudrait faire comme ceci. Puis comme cela. Ce serait mieux si…

 

Alors l’équipe organisatrice, et les membres du jury essayent de faire au mieux. Je sais de quoi je parle, je suis dans ce jury depuis 2003. Oui, cela fait 15 ans cette année. Ce n’est pas rien. Et même cela a été critiqué, discuté. « Il faut renouveler le jury ! », « il faut éviter les gens qui s’accrochent comme une moule à un rocher ». Je suis d’accord. Tellement d’accord que ce jury a été renouvelé quasi tous les 2 ans depuis que j’y suis. Mais j’y suis encore. Il se trouve que - par affection sans doute, car je n’ai pas de très beaux yeux - les organisateurs veulent que je reste. J’ai beau dire que le « boulot » que l’on m’a demandé au début a été fait, ils me demandent chaque année de rester. Ce « boulot » consistait à faire en sorte que les « joueurs », vous, moi, nous, s’intéressent à ce prix et s’y reconnaissent. Histoire que le secteur se développe et prenne de plus en plus de place dans les loisirs des Français. Je crois que si l’on compare l’impact du prix il y a 15 ans et maintenant, on peut dire que l’équipe organisatrice de ce festival et de ce prix n’ont pas à rougir du travail accompli.

 

Les lignes bougent.

Être membre d’un jury de ce calibre n’est pas facile. Il faut à la fois se faire confiance et se mettre en doute. Il faut écouter son âme de joueur, mais aussi être ouvert à ce qui ne nous touche pas forcément. Et surtout à ce que chacun de nous a à dire. Nous avons une mission, nous devons nous adresser aux autres, à un public qu’il faut définir chaque année. Parce que les attentes ludiques, la culture ludique évaluées à un moment M ne sont plus les mêmes à un moment M+1. Ce qui était expert il y a 15 ans peut l’être moins maintenant. Ou le contraire. Les lignes bougent.

 

Mais les lignes du public ne sont pas les seules à bouger. Le secteur aussi change. Il n’est plus le même qu’il y a 15 ans. Les plus attentifs m’ont déjà entendu le verbaliser, nous sommes en ce moment même au milieu d’une mutation. Et on peut le voir avec la sélection de cette année. Avec les jeux qui sont nommés et ceux qui ne le sont pas.

 

Tric Trac

7  membres du jury à Bordeaux !

 

Le règlement.

La question qui se pose, va faire polémique, concerne les jeux qui ne passent pas par la case boutique. Elle l’est aussi avec les jeux qui sont disponibles, après des efforts considérables des éditeurs, à l’ouverture du salon des jeux de Cannes, mais qui ne sont pas sélectionnés. Pourquoi « 7th Continent » qui est le Tric Trac d’Or 2017, qui est l’un des jeux marquant de ces dernières années n’est pas nommé ! Pourquoi des jeux comme « Décrypto », « Welcome to » ou « Château Aventures » ne sont pas nommé ! Pourquoi « Oliver Twist », « Kingdom Bunny » ne sont pas nommés !

 

J’ai la réponse. Parce qu’il y a un règlement. Que ce règlement a été bougé à chaque fois que nécessaire, et qu’a chaque fois cela fait monter au créneau des gens qui ne font rien si ce n’est critiquer. Qui ne font surtout aucun effort pour envisager, imaginer ce qui est en train de se produire dans le secteur. Ou socialement, culturellement. Parce qu’il y a une industrie, un public et un monde qui se transforment.

 

Prenons le cas « 7th continent ». Si le jury le nomme, si le jury le prime, comment vont faire les visiteurs du festival pour se le procurer ? Ils ne peuvent pas. Tout simplement. L’organisation pourrait faire un prix spécial. Certes. Mais l’industrie veut de la simplicité, de la clarté. Pour les médias généralistes. Trop de catégories, trop de prix et tout le monde est perdu. Il y a 10 ans nous avions une liste de 10 finalistes. Il a fallu faire des catégories. Parce que les éditeurs trouvaient ça plus clair. Nous avons fait un prix du jury, pour éviter la frustration. Mais cela n’a pas été spécialement bien « compris », « accepté ». Alors plus de prix spécial du jury.

 

Et puis il y a les boutiques. Elles veulent que les jeux nommés soient disponibles. L’année dernière, avec « Scythe » la pénurie était là. Quelques années avant, c’est « Skull » qui a posé soucis. « Skull » étant disponible dans les boutiques 1h avant l’ouverture du salon. Alors en 2018 plus de risque. Les jeux qui n’ont pas au moins quelques semaines d’existence en commerce ne peuvent pas prétendre. L’année prochaine leur tend les bras. Peut-être…

 

Et il y a les catégories. Ces fameuses catégories. Éliminant de fait tous ceux qui sont en bordure. Trop ou pas assez. Ces jeux dans une zone de flou quant au public cible. « Mais ce n’est pas expert ça ! » « Mais ce n’est pas grand public ça ! ». « Expert », « Grand public », ces termes n’ont que le sens qu’on leur donne au moment où on leur donne. Valable uniquement durant une courte période. Qu’est-ce qu’un « expert » du jeu ? Perso j’en sais rien. En vérité. J’ai commencé dans le ludique par des jeux que l’on pouvait nommer « expert » et pourtant je n’y connaissais rien à l'époque.

 

Tric Trac

 

Pour comprendre

La vraie question qui se pose est donc de savoir pourquoi et pour qui un prix est organisé. Quels sont ses motivations, son but. Celui de Cannes a toujours été clair. Il est attaché au salon. Un salon qui permet au plus grand nombre de découvrir le monde du jeu. Un salon pour les gens de la région, mais pas seulement. Pour les joueurs, mais pas seulement. Un salon dans lequel les professionnels doivent se reconnaitre. Aussi. Donc les jeux doivent être disponibles à l’achat. Maintenant. Là. Tout de suite. Ce prix doit répondre aux exigences du public et des professionnels. Les uns essayant de séduire les autres, tandis que les autres essayent d’expliquer aux uns par quoi ils veulent être séduits. Et au milieu il y a un jury et des organisateurs. Des gens qui essayent de faire au mieux et qui ne gagnent rien. Keud. Nib. 

 

Le problème, c’est qu’il y a de plus en plus de jeux, de plus en plus d’attentes, de demandes, de propositions. Et chacun, légitimement, se sent prioritaire. Pense qu’il a raison. Mais nous ne sommes pas un. Nous sommes pleins. Multiples. Et nous essayons tous de composer. Industriels, public, jury, organisateurs. Et c’est de moins en moins facile.

 

Question

Tric TracLa question qui est interessante, pour moi, est de savoir pourquoi tout cela a autant d'importance. Finalement. Pourquoi autant de monde s'exprime. Pourquoi autant de monde donne son avis. En bien. En mal. Qu'est ce qui fait qu'un truc qui n'existe pas, que des êtres humains mettent en place, dans l'anonymat le plus total au départ se retrouvent sources d'autant de remarques et de critiques alors même que si on en est là c'est bien que ces gens "qui font" ont "fait" et qu'ils ont essayé de faire au mieux. Comme il fallait... Cette réflexion chez moi est d'autant plus forte que Tric Trac est souvent victime de ce phénomène, en ce moment même sur les réseau sociaux, et que par la même je prends aussi au passage, grand méchant que je suis. Mais rassurez-vous, je le vis plutôt bien. C'est juste philosophique. C'est juste mon intérêt pour les sciences sociales et tout ce bazar qui va avec...

 

Relecture

Bon, je ne savais pas où j’allais aller en posant mes mains sur le clavier. Cela fait 1h que je tape. Je ne me suis pas relu. Je ne sais pas si cela sert à quelque chose. Si cela est intéressant. Clair. Mais j’ai envie de dire que depuis 15 ans que je suis dans ce jury, je n’ai vu que de la bienveillance chez les autres membres du jury et les organisateurs. Je ne sais pas si je serais encore membre l’année prochaine, parce que je vais encore leur dire que je veux arrêter. Et je pense qu’ils vont me faire ce regard qui me fait croire que je suis « important ». Alors mon égo va craquer. Et je vais signer pour une année de plus. Mais si ce n’est pas le cas, je voudrais juste dire que vraiment, les organisateurs de ce prix font leur maximum pour faire un truc bien. Oui. Faire un truc bien. C’est leur seul moteur. Le secteur se transforme, le public aussi, il va donc falloir encore se poser des questions… Ce que nous avons commencé à faire.

Je vais m'arrêter là. J'ai le sentiment d'avoir encore 1000 trucs à dire du coup. Je reviendrais plus tard... Peut-être...

 

Quoi qu'il en soit, on se voit à Cannes... Pour les résultats !

 

► Pour lire l'annonce des nommés, cliquez ici !

 

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

1Je n'aime pas

Commentaires (78)

Default
Purple Brain
Purple Brain
Merci. Et je n'ai pas de problème au fait qu'Oliver Twist ne soit pas sélectionné. La liste est réduite et beaucoup de très bons jeux sortent chaque année. J'espère seulement que l'un des critères n'a pas été le fait de considérer Oliver Twist comme une réédition de Sobek. Au regard du travail que nous avons fourni sur ce jeu, auteurs, illustratrice et éditeur, je pense que l'on dépasse largement le cadre des nombreuses "simples" localisations plutôt omniprésentes. De même, si Oliver Twist est une réédition de Sobek, Twin It est une réédition de Twin It l'affiche. Bref, je me fais peut-être un film.
En tout cas, cette liste est logique et il y a forcément des choix draconiens à faire.
Merci d'être là.
Tom Vuarchex
Tom Vuarchex
Ah, manifestement, tes arguments ont touché. Il paraît que toute la sélection est annulée et que tout le processus repart de zéro pour en faire une nouvelle ^^
Purple Brain
Purple Brain
Ouf ! J'ai cru que c'était pour de vrai dis donc. Je trouvais aussi qu'il manquait des jeux distribués par Morning !
Turtle
Turtle
Merci Mr Phal pour ce petit ressentit sur ce prix, je voudrais juste pointer une petite chose (de mon humble avis personnel), en effet le secteur change, si on compare mon budget jeu, il a explosé ces 5 dernières années et a énormément évolué : si j'achète encore des jeux en boutique (principalement des extensions de jeu comme les contrées de l'horreur ou smallworld, mais aussi quelques jeux qui me plaisent énormément), la plus grosse part de mon budget part aujourd'hui dans des jeux issus du crowdfunding, ce qui a aussi, de fait, augmenté considérablement mon budget jeu ! Je ne dis pas que j'achète moins de jeux en boutique mais bien que j'achète désormais beaucoup de jeux en crowdfunding.
Je ne vais pas expliquer le pourquoi du comment parce que cela serait long. Mais aujourd'hui, bien que je joue encore à beaucoup de jeux vendus en boutique, que ce soit en les achetant, chez des amis, ou au bar à jeux (bon moins depuis quelques mois vu que je ne suis plus en France), ceux là me parlent moins que les jeux disponibles via le crowdfunding. Et c'est un fait, le secteur évolue et le crowdfunding permet l'émergence de nouveau "format" de jeux !

Or, Cannes est aujourd'hui un festival (et donc l'As d'Or, un prix) qui a un certain poids (en tout cas c'est comme cela que je le perçoit, certes moins que Essen mais bien plus que PeL), et exclure les jeux de crowdfunding c'est les laisser dans l'ombre. Je ne rentrerais pas dans le débat industrie VS CF parce que pour moi ils ne sont pas incompatible. Aussi je trouve que ne pas donner de visibilité à des jeux comme the 7th continent (qui se retrouve, de fait dans mon top 3) est punitif ! Je comprend bien l'aspect "oui mais les gens vont en entendre parler et ne pourront pas se le procurer" mais en l’occurrence, il a eu droit à une nouvelle campagne ! les jeux qui fonctionne en générale se voient retirer (via un crowdfunding ou un modèle alternatif en boutique). Du coup sans les mettre en compétitions avec les 3 catégories existantes, je pense que rajouter une (ou 2) catégories spéciales corwdfunding apporteraient de la visibilité à de véritables pépites et pourquoi pas aiderait les boites qui les éditent à se faire une idée du public qu'ils peuvent toucher avec une réedition du jeu.

Je voudrais en profiter pour remercier toute l'équipe de TT (je en l'ai jamais fait, désolé) déjà parce que j'utilise le site depuis des années (promis dès que je rentre en France je m'abonne) mais aussi parce que, justement, depuis quelques temps vous permettez d'offrir une certaines visibilité sur ces jeux en crowdfunding (je crois que vous avez justement commencé avec the 7th continent, pour la petite histoire je n'ai découvert ce jeu que quelques mois après la campagne kickstarter et j'ai attendu quasiment 2 ans désespérément une nouvelle campagne !)
LeGrub
LeGrub
J'ai du mal à comprendre que la création d'une 4e catégorie "projets participatifs" n'ait pas été acceptée par l'organisation. Cela aurait permis de couvrir la totalité du monde du jeu d'aujourd'hui, en conservant la spécificité du prix principal dont la finalité est de promouvoir un jeu disponible en boutique.

Au-delà de l'aspect "lisibilité" qui est évoqué, cela démontre surtout, pour moi, qu'une sorte de "guerre" vient de se matérialiser sous nos yeux (même si on la sentait bien depuis quelques mois au fil des interventions des uns et des autres sur différents médias (sites, blogs, radios, ...)) entre les tenants de l'édition et de la distribution qu'on pourra caricaturer de "à l'ancienne" et ceux qui prennent le chemin du financement participatif en toute autonomie.

Car, dans la démarche de démocratisation du jeu voulue par le FIJ depuis le début, il me semble qu'informer le grand public de ce nouveau mode de production et de distribution prendrait tout son sens. Or, là, ce n'est très clairement pas le cas.

Mais bon ... Qui aurait cru il y a 5 ans que l'aspect "concurrence" de notre commerce se verrait surtout entre ces 2 camps plutôt qu'entre les éditeurs/distributeurs eux-même.
Monsieur Phal
Monsieur Phal
Cher Monsieur Legrub,

Et comment voyez-vous l’organisation d’une catégorie « participatif pas en boutique  » en moins de 1 an ? Parce que l’année dernière il y avait des Jeux KS sélectionnés il me semble. Ce phénomène annoncé est très très récent tout de même. Donc il aurait fallu créer une catégorie pour combien de jeux concernés cette année ? 3 ? 4 ? 2 ? Juste pour 7th continent peut être ? J’ai expliqué pourquoi il n’y a plus de prix spécial. Peut être mal finalement. Il n’a jamais été dit que l’organisation n’avait pas accepté une catégorie spéciale. Pour accepter ou refuser il faut qu’il y ait proposition, or nous en sommes cette année aux constats. Simplement... :)
LeGrub
LeGrub
Si l'on prend Scythe par exemple : la problématique n'a pas été que le jeu soit issu de KS (si je crois me rappeler en gros mais vous me corrigerez) mais, à nouveau sur cette notion de "disponible en boutique" : car je crois que le jeu n'était plus disponible en boutique au moment du prix (alors qu'il l'a été avant, puis imbroglio et sold out, puis disponible après chez un autre éditeur ... etc ... Alors qu’intrinsèquement le jeu remplissait tous les critères à mon avis (édition de qualité, jeu apprécié ...). Après, comme tout lauréat d'un prix, on peut aimer ou pas etc .... bien entendu

Je crois me souvenir également que les mots "Jeu de l'année" ont fait l'objet d'une discussion quand le logo a été refait : certains souhaitant les enlever ... d'autres les garder : on note que, toujours, les mots As d'Or et Jeu de l'année restent bien jumelés. Pour moi, comme dis plus bas : en refusant à une partie de la production d'avoir juste la possibilité d'être sélectionnée, on ne peut plus communiquer autour de la notion de "Jeu de l'année", notion à laquelle je donne une certaine universalité. Pour moi, cette notion devrait disparaître et ne laisser que "As d'Or".

Je crains que le constat que vous évoquez ne soit déjà fait par certains depuis 2 ou 3 ans et j'ai l'impression que justement, plus qu'à un rapprochement, on observe des prises de position aboutissant à une scission entre ces 2 branches que sont une édition traditionnelle disponible en boutique et une édition via le financement participatif : et ça peut se comprendre car, comme dans tout secteur commercial, eu égard aux sommes en jeu, il y a un certain lobbying qui s'exerce. M Henry en parlait très bien ces derniers mois par rapport à Conan justement. Je crains que l'As d'Or ne soit en ce moment pris entre le marteau et l'enclume : impatient de voir quel sera son avenir sur ce plan.

Reste qu'au final, cette année, comme je l'ai déjà dit, il est dommage que le public que l'As d'Or souhaite éduqué d'année en année ( http://www.festivaldesjeux-cannes.com/asdor/introduction ) n'ait au final aucune idée de ce qui peut se passer en dehors des boutiques avec, notamment, l'existence du 7th Continent par exemple, qui il me semble, remplissait, parfaitement les critères qui nous sont donnés dans la présentation du prix. Après, oui, il faut lire le règlement etc ... je suis certain que le public qui entre dans le festival et qui s'enquière du prix lisent le règlement ... :)

Mais il faut relativiser : Le débat (il en fallait un :) ) qui est ouvert cette année (car ce n'est pas une polémique pour moi mais bien une discussion sur l'avenir de notre secteur en pleine évolution) est un débat qui ne semble intéresser que le groupuscule de joueurs avertis que nous sommes et dont le grand public n'aura sûrement jamais connaissance.

Le gagnant (Azul ou Flamme Rouge :-p ) sera un bon gagnant !
Monsieur Phal
Monsieur Phal
Cher Monsieur Legrub,

Bon, j’ai lu mais je n’ai pas trouver de réelle réponse à ma question. Pas grave :) comme vous dites, on aura de toute façon de bons gagnants :)
LeGrub
LeGrub
Question sur les catégories ? Désolé, je pensais que vous n'attendiez pas de réponse particulière car vous enchainiez tout de suite après sur les explications de l'article.

Pour y revenir : A vrai dire, J'avoue que je n'en sais rien (mais en même temps je n'ai jamais dit que c'était facile ! :-) ). Une serait déjà bien. Reste à savoir effectivement qui sélectionne, qui peut être sélectionné (jeu français, étranger ? etc ... ) La difficulté de la réponse est à la hauteur du champ des possibles qu'a ouvert le financement participatif auprès des auteurs.
Tout en ne pouvant que constater l'évidente difficulté de faire cette sélection, je ressens malgré tout cette année, alors que ça toque fortement à la porte de notre secteur depuis 4 ou 5 ans, comme une volonté manifeste de ne surtout pas essayer/commencer, notamment face à ces jeux qui atteignent plusieurs dizaines de milliers d'€ (voire centaines, voire millions) de financement (attention, je ne dis pas qu'un financement à millions fait que c'est un jeu "bon", voire "sélectionnable", voire "primable").
C'est un ressenti, forcément subjectif.
Est-ce dû aux antagonismes commerciaux qui se sont créés entre les circuits commerciaux traditionnels qui ont une forte influence sur la tenue de ce salon et les auteurs qui utilisent seulement la plateforme participative ? C'est une question qui ne peut être écartée mais une réponse affirmative peut tout a fait se comprendre et se concevoir. Il n'y a pas de méchants et de gentils dans cette situation.

En conséquence, ce qui pour moi se cristallise sur la sélection, c'est ce sentiment de non-retour parfaitement assumé de ne favoriser que la sélection des jeux sortis en boutique ( oui ... je sais ... c'est dans le règlement etc ... :-) ), presque comme une porte que l'on claque au nez si on considère l'aventure de Scythe l'année dernière. Je le conçois parfaitement dans l'objectif affiché, d'autant plus que des jeux issus du financement participatif peuvent être sélectionnables j'imagine s'ils remplissent cette condition de disponibilité, mais pour moi ça éloigne un petit peu le FIJ dans sa démarche de montrer toutes les facettes de notre secteur ... mais peut-être ai-je mal compris l'ambition du FIJ depuis ses débuts. Peut-être le prix "As d'Or" a -t-il pris trop d'importance par rapport au Festival lui même (les réactions des éditeurs, un peu amères l'année dernière notamment, montrent bien déjà, rien que sur le circuit traditionnel, que la pastille "As d'Or" a beaucoup d'importance).
Reste qu'à la fin, très peu de communication sur l’essor des financements participatifs auprès du public du FIJ, alors que ça pourrait amener des contributeurs potentiels aux futurs projets. Cela pourrait être aussi un moment pour promouvoir Ulule notre plateforme européenne Etc ...
Le financement participatif n'est pas l'alpha et l'omega du secteur bien entendu mais son absence résonne terriblement malgré tout, d'autant plus cette année avec ne serait-ce que l'évocation quelque part dans la communication du FIJ de cette merveille ludique et réussite commerciale française (Mode Subjectif ONbien entendu :-)) ) qu'est le 7th Continent puisque tout le monde l'évoque.

On remarquera que le cinéma est face aux mêmes problématiques face à la concurrence des médias télévisés qui produisent "pour eux-mêmes" du contenu cinématographique hors des clous traditionnels.

Les bouleversements actuels auxquels nous sommes entrain d'assister ne sont pas terminés.
Libraman
Libraman
Si je puis me permettre, j'espère que le choix d'un prix dédié uniquement au jeu financé/distribué par Ks ne sera pas fait car il ne me semble pas pertinent. En effet, c'est le jeu qui est juger, sa mécanique, son immersion, ses qualités... pas son mode de financement/distribution. En fait je ne vois pas l'intérêt d'une tel typologie et le fait de ne pas faire de différence (avec Scythe par exemple) permet de justement couvrir tous les jeux quelques soient leur "business model". Ne pas prendre le 7th Continent est peut-être dommage, quoique le jeu a rencontré un tel succès déjà qu'il a probablement couvert une large partie de son public, mais les choix devait déjà être cornélien n'est ce pas, peut être que je vais l'acheter finalement ce fameux Azul.
Benisa63
Benisa63
Je pense que les jeux financés par des campagnes participatives doivent être éligibles aux 3 prix existant : leur mode de création n'a pas à influencer pour les sélectionner ou non.
En revanche, j'approuve totalement la vision de dire qu'un jeu qui de façon certaine ne sera jamais disponible à l'achat n'a pas à être primé : le but d'un festival est ouvrir le loisir du jeu de société au plus grand nombre. Comment justifier à des nouveaux joueurs potentiels que le festival prime un jeu qu'ils ne verront certainement jamais et surtout qu'ils ne pourront pas acquérir ? Pour moi on ne peut pas.
7th continent, MBP et d'autres sont d'excellents jeux, mais leur mode de commercialisation (que je respecte et comprend totalement) ne leur permet pas d'être nommés pour moi.
ericbad
ericbad
"La critique est aisée et l'art est difficile".

Alors faire est vivre et le reste n'est que vent...

Le travail de l'As d'Or n'est plus a réfléchir ou démontrer alors laissons le exister tout simplement tel qu'il est : et c'est le plus beau!
bgarz
bgarz
Bel article et belle analyse de l'évolution de l'As d'Or au fil des années.
Je rejoins Chakado concernant le règlement pour les prix décernés sur le salon : à Cannes c'est un salon tout public ouvert gratuitement à tous (plutôt famille) avec des joueurs qui découvrent les jeux modernes. Les organisateurs privilégient depuis des années la mise en lumière des nouveaux jeux en étant à l'écoute des éditeurs et des boutiques.
Il est inconcevable qu'un joueur lambda qui prend plaisir à jouer à un jeu primé à Cannes ne puisse pas se l'acheter immédiatement sur le salon. Sinon il ne fera pas forcément l'effort de se rendre dans une boutique spécialisée ou sur le net comme les passionnés que nous sommes et on l'aura perdu...
Acathla
Acathla
Merci pour cet article.

J'avoue avoir un peu de mal a comprendre certains mécontents parce que après tout pour l'As d'or, IL Y A UN RÈGLEMENT connu de tous (joueur, auteur, éditeur...). C'est un peu come un jeu, changez vous les règles du jeu pendant une partie ?
ce n'est pas fair play....

Apres le jeu, pourquoi pas....reste a savoir qui a la possibilté de le changer ce RÈGLEMENT.
LeGrub
LeGrub
Pour ma part, si on écarte un jeu sous prétexte qu'il n'est pas disponible dans un certain canal de distribution , alors 'As d'Or' perd son universalité et ne devient que l' "As d'Or - Jeu de l'année des jeux disponibles en boutique". Ce n'est pas un problème en soi, tant que tout le monde en est bien informé.

Donc ce que ce prix apporte en autorité/crédibilité auprès d'un public néophyte, il le perd auprès du public averti, qui, sans remettre en cause les qualités des jeux sélectionnés, saura que la liste est incomplète, voire par certains côtés "discriminante". Mais, c'est le règlement donc pas de soucis.

Ce prix est donc "un" prix ... mais n'est pas "le" prix qui peut récompenser une œuvre dans son ensemble, quelle que soit les finalités et sans forcément y chercher une finalité mercantile.

Au final, ce qu'on constate, c'est qu'aujourd'hui, un des jeux qui a apporté une des mécaniques les plus innovantes de ces dernières années et dont le succès a été flagrant commercialement dans le secteur d'activité du jeu (secteur que certains souhaiteraient placer intégralement comme " domaine culturel" à part entière) n'a donc aucune chance d'être récompensé par le prix le plus visible auprès du public en France. Le domaine du jeu n'est donc pas culturel, mais commercial (avec la TVA qui va avec ... :-) ) ... et l'As d'Or n'est pas l'Oscar, le Molière ou le César qu'on aurait aimé qu'il soit.
jéjé
jéjé
Primer un jeu que l'on ne peux pas acheter aurait était un plus gros problème que l'universalité d'une récompense qui est de toute façon idéaliste.
Chakado
Chakado
Ben t'as tout compris, en fait. L'As d'Or ne prétend pas à l'universalité, et est un prix plutôt à l'adresse du public néophyte et non à un public averti.
Suffit de le savoir et tout fait sens.
(Pour le public qui vient à Cannes, ça aurait vraiment été très difficile de comprendre qu'on ne peut pas se procurer le jeu primé. C'est davantage une question de lisibilité qu'une question commerciale).
Il s'agit bien d'un prix pour aiguiller le public et non d'un César d'Honneur pour récompenser l'ensemble d'une carrière.
LeGrub
LeGrub
Le problème est que ce n'est pas ce que je comprends dans la communication de l'As d'Or ces dernières années : j'ai l'impression que la communication va plutôt dans le sens d'être un prix incontournable, au-dessus de tous les autres. (Je n'ai pas lu le règlement de l'As d'Or ... tout comme la plupart des gens pour qui le logo As d'Or - Jeu de l'Année et la communication mise autour suffisent)
Qu'il se restreigne à une disponibilité en boutique pour moi lui enlève de sa superbe.
Non pas que les jeux primés seront mauvais, mais ils ne seront peut-être pas le "jeu de l'année" si une partie de la production n'est pas prise en compte.

On peut pousser à l'extrême : est-ce que le vainqueur du prix a une obligation de production ? Dans le sens où,s'il n'en produit que 3000 boîtes et ne compterait pas en produire plus une fois les 3000 boîtes vendues : que se passerait-il ?

Pour information : Serious Poulp a quand même communiqué dans le sens où le jeu sera très légèrement surproduit et disponible dans la boutique de leur site. Par contre, il n'y aura pas de réédition une fois le stock épuisé.

Au final, le seul résultat est que le public néophyte, justement, celui qui ne lit pas ces lignes, n'aura finalement aucune connaissance du style de jeu qu'a apporté le 7th continent, ni de son mode de distribution.

C'est dommage car, dans 1 ou 2 ans, SP va remettre le couvert, sur KS, dans un autre univers ...
Acathla
Acathla
Il est intéressant de changer de point de vue... le règlement de l'As d'or est connu alors pourquoi reprocher au jury/organisateurs (a voir lequel décide du règlement...)... les éditeurs/auteurs qui choississent de passer par KS savent que leur jeu ne sera pas sélectionné, ils ont fait ce choix avec les "bons" et les "mauvais" côtés .
LeGrub
LeGrub
On peut polémiquer des heures sur celui qui aurait dû être sélectionné ou pas, primé ou pas etc ... (cf années précédentes) ... mais c'est une autre problématique que de réserver cette possibilité de sélection qu'à une partie des jeux mis en vente en 2017.

Dès lors, c'est l'appellation à côté du sigle "As d'Or" qui me gêne : en refusant une partie de la production, on ne peut plus communiquer autour de la notion de "Jeu de l'année". Pour moi, cette notion devrait disparaître et ne laisser que "As d'Or".
zooseb
zooseb
Dire d'un jeu "il est super, jouez-y" et ne pas pourvoir y jouer, c'est stupide. Donc je suis pour le nouveau règlement.

Je crois que le FIJ donne son prix principal pour faire connaitre le jeu de société dit moderne. Pas pour dire qui est le meilleur. C'est de la pub. Peut-être le prix expert aurai pu être plus libre.
Acathla
Acathla
Pourquoi serait ce l'As d'or qui refuserait une partie de la production et non une partie de la production qui refuserait par ces choix de participer a l'as d'or ? C'est un concours...
Monsieur Guillaume
Sincèrement, vous pensez réellement que la dénomination "jeu de l'année" que ce soit pour le prix As d'or-Jeu de l'année ou "Spiel des Jahres" ait une réelle prétention exclusive à signifier que c'est le "meilleur" jeu de l'année, in extenso, comme une sorte de vérité ultime décidé par un petit paquet de gens quelqu'ils soient, en considérant la totalité des Jeux édités de toutes les façons possibles ?... sincèrement ?...
Personnellement je ne le crois pas, gardant la particularité du prix, du jury, du moment, du pourquoi et du comment en tête pour comprendre la sélection et les primés... et donner aux prix leur relief et leur relativité.
Monsieur Phal
Monsieur Phal
Cher Monsieur,
« Jeu de l’année » ne veut pas dire meilleur jeu de l’annee, sinon on l’appellerait « Meilleur jeu de l’année » ! :)
LeGrub
LeGrub
Vous conviendrez que la nuance est, tout du moins, subtile, surtout à destination du public visé ! :-)
Stefmoutarde
Stefmoutarde
Eh leGrub! Je te propose un truc! Monte ton propre jury, ta propre récompense, avec tes propres critères comme ça on pourras aussi donner notre avis 😉
Sans rire je pense que tu tiens des idées intéressantes qui pourraient faire un autre prix. Vu le nombre de jeux qui parraissent y en aura pour tous les goûts et toutes les orientations politiques! 😀
Libraman
Libraman
Excepté qu'un prix n'a d'intérêt que la notoriété et le sérieux qu'on lui accorde. A ce sujet je décerne, avec un jury autorisé, le prix "Le meilleur jeu badass de l'année 2018", les nominés sont Le Flambeur, Monopoly, Hôtel, Scotland Yard et Destin. On me chuchote à l'oreille que l'on ne voit pas le rapport...
Stefmoutarde
Stefmoutarde
Entièrement d'accord mais c'était sous entendu dans mes propos. ;)
VoitureBille
VoitureBille
Et comment ! qu'on va se voir à Cannes, je n'y vais que pour ça......enfin presque !
kranmaga
kranmaga
L'humain ne cessera jamais de se plaindre et l'étude sociale qui en résulte pourrait nous tenir en haleine toute une vie!!!

Peut importe que les gens nous méprises, après tout on ne peut et (veut?) pas plaire à tout le monde!

Il y a aujourd'hui des dizaines de prix ludiques plus ou moins grand public!

Les principaux détracteurs des AS D'OR sont soit des distributeurs déçus par les résultats (car ont connaissance des impacts de vente) ou des joueurs qui se ferment dans une forme d'élitisme déconcertant (et vraiment ridicule)!!!

L'AS d'OR a évolué et doit aujourd'hui toucher un public large qui ne veut pas chercher pendant 10ans un jeu dans une boutique!

Merci pour cet article, car que l'on vous aime ou pas Mr Phal (ici n'est pas le propos), cet article démontre que vos détracteurs ne vous touchent pas forcément vous, mais plutôt ceux qui travaillent avec passion autour de vous!
le trappeur 59
A part ça..j adore votre Photo Mr Phal .