Docteur Mops

Ankh-Morpok : Quand Wallace se lâche

Ankh-Morpok : Quand Wallace se lâche

Voici venir les vacances et si vous ne l'avez pas encore fait (c'est à dire peu d'entre-vous en fait), vous pouvez vous réservez la lecture des Annales du Disque-Monde de Terry Pratchett. Grand humoriste loufoque de la fantasy, ses fans chantent ses louanges et un homme qui a écrit sur les gnomes ne peut être que sage et talentueux.

Treefrog Games la maison d'édition de Martin Wallace nous avait annoncé la sortie d'un jeu tiré de cet univers fantastiquement drôle, signé de la main même du maître.

Surprise ! Martin Wallace qui s'était spécialisé dans les jeux de gestions trop bien avec des thèmes particulièrement anérectogènes nous prend cette fois à contre pied en tapant dans ce qui se fait de plus délicieusement délirant.

Est-ce un tournant dans son œuvre, une opportunité de licence à succès ?

Ne vous attendez pas à du gros jeu d'ambiance de je-me-tape-les-mains-sur-les-cuisses-en-hurlant car l'objectif est de prendre le contrôle de la gigantesque et odorante cité de Ankh-Morpork.

Default


Pour cela vous avez un plateau représentant les quartiers de la ville et surtout des cartes. Des cartes ? Eh! Oui! Il faut croire que le brillant anglais est dans sa période cartes avec la sortie presque simultanée de "A few Acres of Snow" qui tire pour sa part plus du côté boardwargme.

"Ankh-Morpork" est à l'évidence un jeu de cartes où chacun possède un objectif secret à atteindre pour gagner sauf celui dont l'objectif est de tous les faire échouer car un bon traitre dans un jeu ça vous mets de l'ambiance comme il faut.

Les objectifs sont limités car il n'en existe que 7. Assez peu donc pour faire quelques pronostics sur ce que cherchent à faire vos adversaires afin de leur glisser quelques bâtons dans leur disque-monde.

Default


Les cartes vous indiquent quelles actions vous pouvez effectuer quand vous les jouez. Vous n'êtes pas tenu de toutes les faire mais celles que vous choisirez devront impérativement se résoudre dans l'ordre indiqué.

Comme tout le monde n'est pas bien fluent en anglais, voilà que Iello après avoir touché le gros lot avec le Spiel des Jahres 2011 avec "Qwirkle", annonce leur nouvelle collaboration avec l'éditeur d'outre-manche pour annoncer une sortie francophone à la rentrée.

Il faudra patienter un peu. Juste le temps de lire ou relire les bouquins.
C'est pas bien comme planning ça ?

"Le Disque-Monde : Ankh-Morpork"
Un jeu de Martin Wallace
Illustré par Peter Dennis, Ian Mitchell, Paul Kidby & Bernard Pearson
Publié chez Iello & Treefrog Games
Distribué par Iello
Pour 2 à 4 comploteurs d'au moins 12 ans
Dispo en septembre 2011 pour on ne sait pas encore combien

Default

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (19)

Default
Modeste et Génial

J'ai un peu peur que ce jeu ne soit pas fait pour moi. La seule fois où j'ai joué à un jeu de Wallace qui avait un thème "fun", j'ai été profondément déçu. C'était Runebound.

J'attendrai des retours positifs et constructifs avant de le commander.

Donc pas de préco de ce jeu pour moi.

Bushinone
Bushinone

@bones84 : Non, et étrangement, il sera disponible en VF (septembre) avant de sortir en VO (Essen)

bones84
bones84

Vu le début du mot, il n'y a pas que l'âme qu'il a du rendre :p

Quant au jeu, il est dispo en VO? :D

mvorko
mvorko

anérecto.... là mon dictionnaire a rendu l'âme ???

brenze
brenze

@Manu le vendéen

Au risque de passer pour un podoclaste, je ne savais pas que le xyloglotte était maintenant dans le dictionnaire :p

cdelaforge
cdelaforge

Énorme impatience de ma part également ! Ce jeu n'a pas le droit de me décevoir, c'est totalement interdit.

DocGuillaume
DocGuillaume

Reprends tes cachets Naok !

;)

naok
naok

Constatonnement étonnant, cela fait deux fois aujourd'hui qu'il m'a été donné de me remémorer un jeu du siècle dernier nommé 'Hoax', bien que dans le cas présent le chemin m'ayant conduit à cette source pourrait bien paraître, si, du moins, par un malheur fortuit, il me venait l'idée d'en faire état, quelque peu anourocéphale et propice à moult manifestations d'un certain comportement communicatif et néanmoins réflexe phylogénétiquement ancien durant lequel l'acuité auditive diminue et mettant en oeuvre entre autres organes pas si anodins qui sont les muscles ptérygoïdiens externes ainsi que parfois les glandes lacrymales si tant est évidemment et je l'espère pour vous que vous ne soyez pas atteints de la maladie de Parkinson, je parle de bâillements bien sûr, suivis, l'heure tardive aidant, d'un bouleversement sans précédent concernant le cours du silicium sur le marché boursier... Mais, au point où j'en suis de ma bibliopotamie, et quitte à rendre le lectorat encore présent totalement aspermogène, il me semble que je pourrais tout autant continuer et divulguer en partie la chose en soumettant au raisonnement inductif des personnes ici présentes qui en seraient, par chance, dotées, quelques exemples savamment choisis d'éléments qui seraient au nombre de sept exactement et que l'on s'évertuerait malignement à conserver cachés : les sept plus laides merveilles du monde, dont mon cousin Quentin qui a une bouche si grande et des bras si longs qu'il peut jouer du trombone par l'autre côté, les sept péchés capitaux placés en Suisse, mais surtout leurs codes d'accès, les sept émeraudes du chaos, particulièrement la dernière, les sept *bip* de l'Hydre de Noirmoutier, les femmes des sept Samouraïs, hééé oui..., les photos d'enfance des sept mercenaires aussi, qui le doigt dans le nez, qui le doigt dans l'oreille, etc. Et j'en passe...

En guise de conclusion n'ayant pourtant aucun rapport avec le nombre 42, je dirai que la folie du monde inventé par Terry Pratchett ne me semble pas être la caractéristique propre à être mise en tête d'affiche pour ce jeu, qui reste malgré tout, même allégé, du Martin Wallace. Mais faut-il s'en plaindre vraiment?...

XRippe
XRippe

Franchement, associer les noms de Pratchett et de Wallace ne me serait jamais venu à l'esprit, mais pourquoi pas !

Grosse impatience...

Hem
Hem

Roh ce jeu je l'attends :) Merci Iello :)