TricTrac

Avis 
169609avis
à

Secteurs

BD
Jeu >
Jeux d'extérieur >
Loisir
Sports
Jeux de Société >
Abstrait
Ameritrash
Eurogames >
Types de jeux Européan Games >
Classique
Jeux Européens
Kubenbois
Eurotrash
Figurines
Jeunesse
Jeux à deux
Jeux de cartes
Jeux de Rôle
Party-Game >
Types
Wargame >
Types de wargames >
Fantasy
Historique
Science Fiction
Jeux Vidéo >
Puzzle Game
Jeux Vidéo >
Jeux Vidéo >
Puzzle Game

Sujet de l'article

Analyse
Carnet d'auteur
Concours
Crowdfunding
Curiosite
Description
Economie
Evènement
Histoire
Information
Interview
Jeux d'ailleurs
Partie
Portail
Presse
Prévision
Prix ludique
Reportage
Review
Scoop
Sur les étals
Tric Trac
Vidéo

Type de jeu

Autres
Cartes à jouer
Casse-tête
Jeu de carte à collectionner
Jeu de logique
Jeu en ligne
Jeux à gratter
Jeux de cartes
Jeux de connaissances
Jeux de dés
Jeux de figurines
Jeux de figurines à collectionner
Jeux de guerre
Jeux de lettres
Jeux de pions
Jeux de plateau
Jeux de rôles
Livre dont vous êtes le héros

Type de public

Amateur
Casual
Geek
Passionné

de l'exterieur

Format Rédactionnel

à suivre
Article
Blog
Bloggeur
Contenu de Marque
Dépêche
Dossier
Edito
Enquête
Flash
TT Tv
TTClub
18:22
Z first impact Opus 1 Chapitre 1

Z first impact Opus 1 Chapitre 1

Par Ellendyle , 26 févr. 2015 à 18:22
(0,70/10)
Informations sur l'auteur:
1 (0,70/10) 0 0 0 0
Un gros loupé...

Je suis surprise de la virulence de certain par rapport au materiel, cartes et figurines que je trouve honnetes surtout vu le prix.

C'est vrai que c'est pas le top, certaines sont tordus, mais la premiere impression est quand meme bonne et j'ai vraiment beaucoup aimé le plateau, par exemple.

J'ai quand même été passablement agacée par la disparité entre les visuels de dos de boites et le contenu! Messieurs, ça ne se fait pas...

Mais impossible de ne pas me greffer au concert de reproches par rapport aux regles, imbuvables, la mecanique du jeu est tout simplement impratiquable. J'ai lu sur le forum ce qui etait suggeré, aller reimprimer ses propres règles etc. De qui se moque t'on? Les auteurs etaient pas aptes a leur redaction. Je ne me vois pas aller jongler entre la FAQ et mes propres interpretations.

J'espère que ça leur servira de leçon si il y a une suite...

16:46
Peloponnes

Peloponnes

Par eipi , 26 févr. 2015 à 16:46
(9,00/10)
Informations sur l'auteur:
52 (8,23/10) 52 0 0 316
Une histoire de tuiles

Dans ce jeu, on commence par développer peinard sa petite cité grecque. On acquiert des territoires aux enchères, on produit des ressources, on construit des bâtiments, on accroît sa population.

 

Evidemment, qui dit enchères dit gestion d'argent et compétition acharnée pour les meilleures tuiles, ce qui rend les choix cruciaux et parfois difficiles. Mais ce n'est pas tout. Très vite, notre relative tranquilité sera bouleversée par diverses catastrophes. Impossible de ne pas en souffrir, le but sera alors d'y être préparé aux mieux, afin de s'en tirer avec moins de dégâts que ses camarades. Sans compter qu'il faudra régulièrement nourrir sa population, ce qui peut vite devenir compliqué lorsqu'elle commence à devenir nombreuse. Comme le jeu est somme toute assez court, tout cela s'enchaîne très rapidement, et l'anticipation aidera tout autant que l'adaptation.

 

Un jeu où on lutte pour éviter que soit détruit ce que l'on a bâti, voilà qui est intéressant, même si ce n'est pas nouveau. Pas nouvelle non plus, mais tout aussi intéressante, est la manière de compter les points. Une cité peuplée mais méconnue ne rapportera pas grand chose, tout comme une cité prestigieuse mais vide. Tout est dans l'équilibre, et celui qui aura développé au mieux ces deux aspects parallèlement emportera la victoire.

 

J'ajouterai également que j'aime beaucoup la présence des cités de départ, qui fait que chaque joueur ne partira pas avec les mêmes avantages. Cela permet des stratégies différentes à chaque parties, et évite donc de rendre leur déroulement trop stéréotypé.

16:43
Elysium

Elysium

Par rammillica , 26 févr. 2015 à 16:43
(7,50/10)
Informations sur l'auteur:
50 (6,81/10) 76 0 0 360
A défaut d'un jeu maousse costaud, l'Olympe a accouché d'un jeu divertissant

 

♫♫♫ Elysium, Elysium
Elysium cherche-moi des poux,
Brise-moi quelques synapses,
Et frustre moi un peu
On a treize quatorze dieux dans nos Cieux ♫♫♫

 

Elysium est le dernier jeu des Space Cowboys (après Splendor et Black Fleet). pour joueurs confirmés à experts pour des durées de partie de 90 min (120 min pour une première partie avec explication de règles.

 

Face à l'engouement général et à la notoriété des éditeurs, il est particulièrement difficile de donner un avis critique à propos de ce jeu. Autant le dire tout de suite, le résultat, après une partie, a été pour moi en deça de ce que je pouvais espérer et en deça des premiers avis dithyrambiques que j'ai pu lire ici ou là. En toute objectivité, Elysium est à mon avis un jeu solide, agréable, possédant de nombreuses qualités mais pas la GROSSE PERLE et la GROSSE BOMBE ludique pour gamer de ce début d'année.

 

Tel un Diogène moderne, j’ai essayé d’analyser ce jeu en faisant fi de l’attente et de la notoriété des éditeurs. Détaillons un peu les différents aspects.

 

L'aspect éditorial : (08/10)

 

C'est du solide. Les Space Cowboys font bien le métier comme d'habitude, c'est bon de le rappeler, même si ici je n'ai pas été particulièrement sublimé par rapport à d'autres éditeurs.

 

Les + :

 

  • La communication autour du jeu : un peu too much parfois mais il faut bien avouer que le site web consacré au jeu est super bien réalisé, la règle est très bien décrite par Mr Croc également. C'est bien que l'objet culturel "jeu" bénéficie des mêmes atouts que d'autres objets culturels en termes de communication

 

  • Un jeu fabriqué en EU (Allemagne) : c'est déjà ça !!!

 

  • La qualité des cartes : ergonomiques et très maniables (car toilées)

 

  • Les règles très bien écrites, agréable à lire avec un petit encart -'ce que vous allez oubliez'- très bien pensé

 

  • L'ergonomie des cartes (les icônes et les différents effets des cartes sont clairs

 

  • Un prix adapté au matériel

 

Les - :

 

  • Les illustrations et le fait d'avoir choisi un illustrateur pour une famille de Dieu qui m'est apparu un peu futile. En effet, les illustrations sont réussies mais je n'ai pas été sublimé (ni ma table de jeu non plus) par celles-ci compte tenu que c'est un argument marketing des Space Cowboys. Sans doute est-ce dû au thème hélléniste du jeu, qui a explosé dans le secteur culturel moderne et qui me laisse donc de plus en plus froid !

 

  • Les totems de couleurs, autre élément marketing, n'apportent finalement pas grand chose au game play (côté matériel j'ai préféré les jetons poker de Splendor)

 

L'aspect stratégique : (07/10)

 

Ah le premier jeu expert des Space Cowboys, on peut donc sans crainte mettre ses mains dans le cambouis de la carlingue sans avoir de reproches "oui mais c'est un jeu familial, tu comprends, il faut une mécanique pas trop exigeante". Allons-y

 

Pour moi, un jeu comme Elysium qui a un système de cartes avec des activations de pouvoir (instantané, activation) m'évoque immédiatement Magic (qui a à peu près labouré tous les sillons de ce que l'on peut faire avec un pur jeu de cartes). Comme Seasons par exemple, je m'attends donc à avoir des sensations proches (mais pas identiques) et la plus-value de ce type de jeu provient des systèmes qui sont développés autour des pouvoirs de cartes. Ici, il faut reconnaître plusieurs nouveautés et spécificités appréciables :

 

  • la gestion d’achat des cartes et de prise des quêtes, emmenant pas mal d’interactions entre les joueurs, avec un système de colonne, des plus astucieux. Contrairement au classique « coût de mana », on peut incliner une colonne d’une autre couleur que celle qui est requise pour prendre une carte ou une quête

 

  • le dilemme entre garder une carte pour bénéficier de son pouvoir ou la faire passer dans son Elysium pour marquer des points (et perdre son pouvoir)

 

  • la gestion de l’argent, qui est l’unique moyen de faire passer des cartes de son domaine dans son Elysium

 

Ce que j’ai apprécié :

 

  • La tension autour de la prise des cartes et des quêtes. Même si j’ai connu des dilemmes ludiques plus difficiles dans ma vie, le choix de la colonne à défausser est assez difficile et demande souvent de nombreuses prises de risques. Ce système de paiement de cartes est très intéressant. C’est THE IDEA du gameplay.

 

  • La possibilité de faire des « coups tactiques » bien sentis grâce aux pouvoirs de certaines cartes et à leurs enchaînements. Je parle bien de coups tactiques.

 

  • Une prise en main relativement facile et une fluidité réelle dès la fin de la 1ère manche, si tenté que l’on soit un peu gamer.

 

  • Une bonne rejouabilité. Les différentes familles de cartes et l’arrivée aléatoire des cartes susciteront des parties différentes et des adaptations quasi constantes

 

 

  • Les différents sets de dieux de départ proposés qui a priori (je n’ai pas testé toutes les possibilités) participent à la rejouabilité et orientent les parties selon le type de partie souhaité.

 

Ce que je n’ai pas trouvé dans ce jeu :

 

  • Une bombe ludique en puissance : pas d’innovation majeure. Ok, le jeu tourne bien, il est plutôt plaisant, il a des bonnes idées mais je n’ai pas pris de claques par rapport à mon passif de joueurs. Je peux concevoir que ce jeu soit adapté pour des gamers plus occasionnels qui n’ont pas connu la fabuleuse richesse de Magic. Les pouvoirs des différentes cartes sont assez classiques.

 

  • Une thématique forte en lien avec la mécanique du jeu : la thématique du jeu fonctionne mais est clairement plaquée à la mécanique. Payer de l’or pour écrire des légendes ???... Mhhhh… De plus, pas vraiment de saveur quant à l’écriture des légendes. Ca ressemble plus à une salade de Point de Victoires qu’une véritable construction de stratégies. Au final, c’est à celui qui reconstituera le plus de familles de couleurs et/ou de valeurs et plus ou moins vite que les autres, pour ramasser les points

 

  • Des combinaisons de cartes (combos) qui feraient pâlir Richard Garfield lui-même. Plus que des combos, j’ai pu asséner des petits coups, assez plaisants mais assez peu spectaculaires

 

  • Une lisibilité stratégique claire : à part faire deux trois coups, prendre au nez et à la barbe quelques cartes à ces adversaires, les faire râler avec des cartes agressives, il est assez difficile de lire le jeu adverse et de semer des embûches eu bon endroit et au bon moment. De plus,  le jeu est vraiment trop équilibré, encore une fois, les joueurs se tiennent en très peu de points... et il est bien difficile d’expliquer sa victoire et/ou sa défaite en fin de partie

 

  • le supplément d’âme qui en ferait pour moi un hit qui se détache de la masse des jeux astucieux et solides que l’on voit régulièrement dans nos étagères. Le timing de la partie m’a particulièrement déçu (tout ça pour ça !!)

 

Conclusion :

 

Elysium est un bon jeu mêlant opportunisme et gestion de cartes, qui ne fera sans doute pas l’unanimité dans la communauté des joueurs.

Il contient de très bonnes idées et des qualités indéniables, qui suffiront à ravir les néophytes (et c’est un point fort, ce n’est pas une insulte) mais qui laisseront les gamer, aux bagages ludiques un peu plus conséquent, un peu moins enthousiaste et élogieux.

Il se peut que mon avis varie légèrement avec le temps et après l’accumulation de parties avec des configurations différentes mais je peux d’ores et déjà dire (j’ai consulté mes augures ludiques) qu’il ne sera pas à l’instar de 7 Wonders ou de Dominion une révolution ludique.

J’y retournerais volontiers mais l’envie de multiplier les parties n’est pas présente. Une assez grande déception par rapport à l’attente et aux promesses.

 

Mention bien (15/20), sans plus.

 

-publicité-
16:32
Z first impact Opus 1 Chapitre 1

Z first impact Opus 1 Chapitre 1

Par racinedutronc , 26 févr. 2015 à 16:32
(0,00/10)
Informations sur l'auteur:
1 (0,00/10) 0 0 0 0
La pandémie devient mondial....ah bon?

Les pandémie sont des "épidémies a l'échelles du monde" elle sont donc forcément mondiale... la première ligne de la quatrième de couverture vous montre déjà le niveau des créateurs du jeu...

j'ai créé un compte ici juste pour évité que d'autre joueurs ai la mauvaise idée d'acheter ce jeux.

 (je crois d'ailleurs que les critiques positives ne peuvent venir que de proche des créateurs ou éventuellement de zombies...)

les (-)

 -les figurines sont totalement débiles, et de qualité médiocre, surtout pour le prix

 -le plateau est pas clair, même avec une loupe, case pas visible, tuile de bâtiment difficilement identifiable, a vouloir être trop immersif on l'est pas du tout... en résumé: on voir rien tellement tout est petit.

les (--)

Les rêgles...

1) sur le fond:  un vrai bordel, même avec leur "V2", c'est vraiment un jeu créé par des gens totalement inapte a organisez un propos et a le rendre cohérent.. le résultat est injouable même avec des gens de bonne volontés. le peu d'élement d'immersion présent sont faux...

2)Sur la forme:  c'est hiddeux ( non mais vous avez vu la qualité des dessins 3D !!!c'est d'une nullité..mon neveu fait mieux...avec gimp) l'immersion est complêtement flingué rien qu'en lisant les rêgles on pouffe de rire (ou on pleur quand on a payer pour), l'illustrateur est un zombie ça fait pas un plis. sinon les exemples sont pas clair et les illustrations et shémas souvent peu clair ou érronées.

les (---) la réalité augmenté

ou nullité augmentée? on se fou carrément du monde là... 5 minutes pour jeté un dés a votre place??...

les (+)

La boite masque bien la nullité du contenu

on peu filer les zombies à sa gamine de 5 ans pour qu'elle joue avec.

 

ps: si un auteur lit mon commentaire; il peu être fier, avoir voler autant de gens avec un jeu aussi mauvais  vraiment fallait osez, genre "les miracles de kickstarter" je dirais.

 

 

 
15:41
Dead of Winter

Dead of Winter

Par sarevo , 26 févr. 2015 à 15:41
(10,00/10)
Informations sur l'auteur:
2 (10,00/10) 1 0 0 8
"Qui est-ce qui a mis des ciseaux dans le moteur?!?!"

Bon je sais pas si ça vaut vraiment la peine de donner mon avis sur un jeu qui a reçu déjà pas mal de publicité, mais peut-être que ça pourra convaincre les derniers réticents à l’essayer ! (Et en plus c’est mon avis, alors c’est clair qu’il est intéressant)

 

Petite précision : Dead of Winter est un jeu semi-coopératif. Pour ceux qui (comme moi avant de découvrir ce jeu) ne connaissent pas, voilà le principe. Tous les joueurs ont un objectif commun qu’ils doivent remplir avant la fin des tours de jeu ou que le moral de la troupe n’atteigne zéro. En plus, chaque joueur a un objectif personnel qu’il doit réaliser, en plus de l’objectif commun, pour gagner la partie. Toutefois, parmi les joueurs peut se trouver un traître dont l’objectif est de réduire le moral de la troupe à zéro en remplissant son propre objectif perso.

 

Aspects qui me plaisent :

 

- le fait de pouvoir choisir sa durée de jeu en fonction de l’objectif et les niveaux de difficulté qui sont plutôt équilibrés.

 

- la profusion de personnages jouables : de l’étudiant à l’infirmière, en passant par le scientifique et la cuisinière, on rejoue rarement avec les mêmes. En plus, chaque perso est bien cliché et possède un avantage qui lui est propre.

 

- les cartes « Croisées des chemins » : il s’agit de cartes qu’il faut piocher avant que chaque joueur ne joue. Si, pendant son tour, ce joueur remplit les conditions énoncées sur la carte (ex : « Si le survivant se déplace au poste de police »), alors les effets de la carte s’appliquent et mettent en principe le joueur face à deux options, l’une avantageuse mais dangereuse, l’autre plus sûre mais moins favorable, voire carrément néfaste. Je trouve que ces cartes amènent une tension supplémentaire au jeu en tant qu’on craint constamment (en tous cas autour de notre table de jeu) qu’une de nos actions l’active.

 

- le mécanisme de l’objectif personnel. Il a notamment l’avantage d’éviter le diktat du joueur despote qui aurait tendance à donner des « conseils » aux autres joueurs. La partie est souvent ponctuée par des « Ah mais pourquoi t’attaques un zombie sans arme ? » « Ben euh parce que j’ai envie voilà laisse-moi tranquille. ».

 

- l’aspect de gestion. Entre la gestion de la colonie (nourrir les survivants, nettoyer la décharge, empêcher les zombies d’entrer), la gestion des crises (une nouvelle carte crise est tirée à chaque tour de jeu et doit être résolue avant la fin du tour, sous peine de gros désavantages au tour suivant), l’objectif commun, notre objectif perso et l’éventualité d’un traître, on s’ennuie pas !

 

- le mécanisme du traître : je le trouve vraiment efficace. Un joueur peut facilement pourrir une partie, souvent sans attirer les soupçons des autres (par exemple en faisant de la rétention de cartes nécessaires ou en apportant des cartes inutiles à une crise, face cachée naturellement). En effet, il arrive qu’un joueur fasse des actions qui nous semblent étranges voire carrément louches, alors qu’il cherche en fait simplement à remplir son objectif personnel mais pas à nous entuber (promis !). Il arrive d’ailleurs assez souvent qu’on repousse volontairement la réalisation de l’objectif commun parce qu’il nous manque une dernière chose pour remplir notre objectif perso. Selon les cartes tirées, il peut même arriver qu’il n’y ait pas de traître, ce qui nous empêche pas de bien flipper pendant toute la partie et d’accuser tout le monde, y compris la mère de la voisine. A l’inverse, surviennent également de magnifiques twists de fin de partie qui permettent au traître de rire diaboliquement en se moquant des pauvres fous qui lui ont fait confiance durant toute la partie.

 

- la tension et l’ambiance. La tension vient principalement de la combinaison entre les deux points précédents. Savoir qu’un éventuel traître se cache parmi les joueurs alors qu’il y a autant de choses à régler, et ben ça réveille. Un climat constant de suspicion règne, largement alimenté par l’objectif personnel de chacun. On y ajoute le « dé risque », 1d12 que l’on doit lancer chaque fois qu’on se déplace sans carburant ou qu’on attaque et qui, selon le résultat, peut causer une blessure, une engelure ou la morsure d’un zombie. Et c’est sans compter le côté « huis clos » de la petite ville isolée par une tempête de neige qui s’ajoute à l’atmosphère.

 

- jouer avec Sparky, le chien cascadeur.

 

Aspects qui me plaisent moins :

 

- l’inégalité entre les différents objectifs personnels. Sur la base des quelques objectifs personnels avec lesquels j’ai déjà joué, je dois admettre que certains sont quand même largement plus simples à réaliser que d’autres. Malgré tout, cet aspect ne me dérange pas particulièrement (c’est le jeu ma pov Lucette).

 

- l’agencement entre les règles du jeu et les cartes « Croisées des chemins » : il est parfois difficile de savoir comment résoudre certaines actions au regard des événements causés par les cartes « Croisées ». « Est-ce que mon action de fouille s’interrompt ? La carte me laisse l’option de ne rien faire, est-ce que ça implique d’abandonner l’action en cours ? Si un déplacement cause l’activation d’une carte, est-ce que je lance quand même le dé de risques avant ? » J’ai trouvé pas mal de réponses à mes questions sur des forums, mais le manque de clarté reste un point négatif à mon avis.

 

- ne pas jouer avec Sparky, le chien cascadeur.

 

En bref : probablement un de mes jeux préférés, que ce soit en pur coopératif ou avec un traître éventuel. Je le conseille vivement à ceux qui aiment bien l’amusement et le bonheur.

 
12:39
Colt Express

Colt Express

Par serraangel , 26 févr. 2015 à 12:39
(8,20/10)
Informations sur l'auteur:
363 (7,01/10) 79 0 0 2K
Attention au sheriff !

A l'ouverture de la boîte, on pressent de l'originalité et un côté décalé. Une fois le train et les petits cactus (qui ne servent à rien d'autre qu'à la déco) mis en place, on trépigne d'impatience. Vite, allons attaquer ce train ! Le jeu est basé sur de la programmation collective, c'est à dire qu'on empile nos cartes l'un après l'autre sur le même tas. Bien sûr, il faudrait idéalement se rappeler ce que les autres ont joué, pour éviter de donner des coups de poings dans le vide ou de prendre un trésor inexistant. Mais à chaque manche (il y en a 5) intervient un événement qui va venir chambouler le bon déroulement du jeu : il faudra jouer une carte face cachée, ou deux de suite, ou penser au dernier mouvement pour éviter de se prendre un tunnel dans la gueule. Très dynamique, drôle et interactif, j'adhère.

-publicité-
11:33
Cthulhu Wars

Cthulhu Wars

Par Gedric Fox , 26 févr. 2015 à 11:33
(9,80/10)
Informations sur l'auteur:
5 (8,18/10) 69 0 0 94
Pourquoi tant de haine ?

Etre fan de Lovecraft et de tout le marketing FFG n'explique pas pourquoi j'aime autant ce jeu.

Véritable révélation du monde Kickstarter pour moi, ce jeu est une parfaite réussite de stratégie et de coup dans le dos. Un jeu qui fait ressortir votre côté fourbe avec délice.

Je ne reviens pas sur les mécanismes du jeu, mixte de "Chaos dans le vieux monde" (affrontement entre joueurs et asymétrie des pouvoirs de faction) et de "Diplomatie" (déplacements d'armées sur une carte du monde et énorme aspect de négociation avec les autres joueurs) pour m'attarder sur le côté adictif du jeu.

Après une partie ( 1h 1h30 à 4 joueurs) on a surtout envie d'en refaire une autre avec une autre faction pour mieux en comprendre les avantages et désavantages.

 

Ajoutons que les figurines sont belles ET utilisables pour les jeux FFG (horreur a Arkham, Demeures de l'épouvante) et JDR et vous avez une belle réussite.

Un MUST pour moi et vivement juillet pour bénéficier des extensions !

 
11:30
Lobo 77

Lobo 77

Par morlockbob , 26 févr. 2015 à 11:30
(6,10/10)
Informations sur l'auteur:
530 (6,03/10) 3 0 0 3K
LoBO mon fils !

Un petit jeu  de cartes plein de hasard, de "la bonne carte au bon moment" dans la grande famille du "Uno" "pieds dans le plat" ...etc...avec cette petite subtilité (qui marche tout le temps mais quand on le sait) de ne pas poser des 11/22/33/...77.

incontrôlable, rapide...pour l'apéro. 

il ne brille pas par son originalité mais reste, après toutes ces années, très honnête

  

 
11:24
The Big Idea La Science-Fiction Médiévale

The Big Idea La Science-Fiction Médiévale

Par morlockbob , 26 févr. 2015 à 11:24
(9,00/10)
Informations sur l'auteur:
530 (6,03/10) 3 0 0 3K
valeur ajoutée

Le sous titre donne le ton :passé vs futur avec toutes les contradictions qui vont en découler...

Une extension indispensable pour créer des inventions qui partent dans tous les sens en mélangeant le moyen âge, le moderne et la SF.

 

-publicité-
11:21
The Big Idea

The Big Idea

Par morlockbob , 26 févr. 2015 à 11:21
(7,70/10)
Informations sur l'auteur:
530 (6,03/10) 3 0 0 3K
Commerce de proximité

Resorti des placards, ce jeu est, après d’autres essais dans le même style, un des meilleurs de sa catégorie. Les dessins y sont pour beaucoup par ailleurs et le mariage des différentes cartes généralement toujours très drôle.

Il s’agit ici de vendre des inventions incongrues (des photocopieuses à fée par exemple).

Comme d’hab avec ce genre de jeu, il s’agira de le sortir avec une assemblée de beaux parleurs sous peine d’un ennui profond.

La tchatche rien que la tchatche façon « la vérité si je mens ».

 

 

 
09:42
Pan t'es mort!

Pan t'es mort!

Par morlockbob , 26 févr. 2015 à 09:42
(6,70/10)
Informations sur l'auteur:
530 (6,03/10) 3 0 0 3K
LaPAN cretan

PTM est il un jeu ?.... dans le sillage de japoniaiseries genre « mange moi si tu peux",  on va dire que oui.

1 phase : recuperer des cartes en  gagnant le pli

2 phase  ;retourner les cartes symbolisant le revolver et sa roulette russe.

 

Si vous avez récolté des cartes à la première phase, vous pouvez acheter le droit de passer, ou remélanger la pile... ça peut être utile (sauf si malgré tout la malchance est avec vous) 

 

C est très ...rien.... car oui,rien ne permet de savoir si la première carte ne sera pas celle qui vous enverra « ad patres »

 

Bref....dans la logique de « choisit un doigt » ... » "perdu fallait dire annulaire", PTM est idiot, mais avec une bonne tablée peut procurer sa dose de rigolade... 

 
09:37
Pix

Pix

Par bunnypookah , 26 févr. 2015 à 09:37
(6,50/10)
Informations sur l'auteur:
130 (7,20/10) 53 0 0 710
Le PiXtionary du geek

Pix propose un Pictionary version grospixels (le pixel est la contraction de PICture ELement, soit l'élément de base d'une image numérique, et le gros fait référence aux jeux vidéos des débuts, dont les graphismes étaient composés de peu de pixels, sous forme de gros carrés particulièrement visibles). Le matériel fourni est parfaitement adapté (des supports magnétiques et des pixels aimantés - 20 de couleur noire et 1 de couleur rouge par joueur, ainsi qu'une flèche rouge) et au premier abord l'exercice semble difficile... ce qu'il est effectivement ! Les auteurs se sont montrés impitoyables sur les mots à trouver et à raison, car le jeu n'a rien d'insurmontable. D'une part l'expérience aide et les joueurs deviennent de plus en plus inventifs. D'autre part le déroulement de la partie prend en compte cette difficulté. Les joueurs sont répartis en équipes, dont la distribution change à chaque manche. Au cours d'une manche chaque équipe aura à faire deviner un premier mot en temps limité (pour gagner du temps toutes les équipes préparent leurs dessins en même temps), puis un second. C'est le joueur d'une équipe qui a utilisé le moins de pixels qui le premier montre son 'œuvre'. Si le mot est trouvé le dessinateur ET l'auteur de la proposition gagnent chacun un point. Sinon le second dessinateur de l'équipe en nombre de pixels montre à son tour son dessin et ainsi de suite. Si après passage de tous les équipiers le mot n'a pas été trouvé un indice est donné et seul l'auteur d'une éventuelle proposition gagnante marque alors un point. La partie se déroule en 8 ou 9 manches selon le nombre de joueurs et à l'issue le joueur avec le meilleur score est déclaré vainqueur. Pix est sympathique et l'idée vraiment originale, par contre le jeu se révèle assez vite lassant du fait de son principe même, plutôt contraignant.

-publicité-
09:37
Uluru

Uluru

Par morlockbob , 26 févr. 2015 à 09:37
(7,30/10)
Informations sur l'auteur:
530 (6,03/10) 3 0 0 3K
CA vole haut

Un matériel de toute beauté graphique pour accompagner le rêve des oiseaux australiens.

Jeu abstrait de placement

Chaque joueur possède un plateau personnel. Un objectif est proposé et les joueurs dans un temps limité doivent placé leurs pions en respectant les désirs des oiseaux. « pas à côté de celui là « en face de celui ci »...etc...

Simple dans l’idée, tordu dans la réalisation, il faut aimer le conceptuel

Perso je n y arrive pas, mais je trouve quand même à ce jeu plein de qualités.

A essayer avant voir si vous avez l esprit aérien ou terre à terre

 

 
09:28
Golden Horn

Golden Horn

Par morlockbob , 26 févr. 2015 à 09:28
(4,60/10)
Informations sur l'auteur:
530 (6,03/10) 3 0 0 3K
sans tambours ni trompettes

GH marque surtout à l’ouverture de la boîte par son matériel de bâteaux 3d à monter. Ensuite, on pose la route maritime et c est parti....

Au bout de quelques tours on s’aperçoit que Colovini s’est auto copier en s’inspirant fortement d’un de ses hit « cartagena » qu’il a un peu pimenté. Le fait de perdre un tour pour récupérer des cartes(ici obligation de retour au port), d’avancer en jouant à saute moutons suivant les couleurs (et non les symboles)...donne un air de déjà vu....

Mais là où la simplicité de « cartagena » remplissait son office, la pseudo complexité de GH est juste lourde... sans parler des pirates qui vous délestent de vos marchandises à distance.

Oui, c est un jeu d’opportunisme, d’optimisation de ses déplacements...mais c’est surtout un jeu qui à l’air d’avoir été fait par dessus la jambe (de bois).

On voit bien l’idée...elle ne correspond pas au résultat.

Pas un naufrage, mais un jeu bâclé? 

un peu cher pour ce qu'il propose

 
09:03
La Boca

La Boca

Par bunnypookah , 26 févr. 2015 à 09:03
(7,00/10)
Informations sur l'auteur:
130 (7,20/10) 53 0 0 710
Une variation intéressante sur le jeu de construction

La Boca est le jeu parfait pour se détendre entre deux jeux plus exigeants, avec un principe original et un format maîtrisé. Chaque défi fait intervenir une équipe de circonstance (chacun des deux partenaires marque le même score) et la partie se termine quand chaque joueur a fait équipe avec tous les autres à deux reprises. Le joueur ayant totalisé le plus haut score est alors déclaré vainqueur. Un défi consiste à réaliser le plus rapidement possible une construction en trois dimensions à l'aide de divers blocs de couleur, selon un schéma figurant sur une carte piochée à chaque défi. L'originalité est que la carte comporte deux faces dont chacune montre la projection plane de la construction du point de vue d'un des deux équipiers (qui ne connaît évidemment que son propre côté). Il s'agit donc d'un exercice de vitesse (le temps d'exécution est chronométré et donne le score), d'abstraction (pour imaginer ce qui est perçu par son partenaire et le moyen de ne faire apparaître que la partie souhaitée d'un bloc) et de communication (puisque la construction doit satisfaire simultanément les exigences de la carte du point de vue de chaque équipier). Le principe est vite redondant mais fonctionne bien sur le temps d'une partie isolée. L'aléa existe (certaines constructions sont nettement plus difficiles à réussir que d'autres) mais il est en partie dilué par la valse des équipiers et le nombre de défis réalisés dans une partie. Après l'intérêt pour La Boca dépend en grande partie de la capacité d'abstraction des joueurs, certains étant totalement hermétiques à l'exercice.

-publicité-
06:44
Le Défifoo Noir

Le Défifoo Noir

Par Eleantis , 26 févr. 2015 à 06:44
(0,00/10)
Informations sur l'auteur:
1 (0,00/10) 0 0 0 0
Quelle déception !

Certains l'ont déjà dit, c'est une pâle copie des Loups garous dont le "moteur" est apparemment dans le domaine public. Ce n'est donc pas un plagiat à proprement parler, mais ce que je reproche à l'éditeur et à l'auteur est de ne pas être clair dans la description : en lisant la "4ème de couverture", il est question de murder party et d'enquête, on ne s'imagine pas une seconde acheter les Loups garous.

Du coup, ce jeu n'a d'intérêt que si vous ne connaissiez pas les Loups Garous de Thiercelieux.

 
03:13
Loup Garou Pour Une Nuit

Loup Garou Pour Une Nuit

Par Mistersims , 26 févr. 2015 à 03:13
(9,40/10)
Informations sur l'auteur:
408 (7,39/10) 283 0 48 3K
Mascarade + Loups Garous = Bijou

Les loups garous, ont connait. On y a tous joué, éperdument, il y a quelques années. Depuis il fait toujours la joie des enfants et des soirées à nombreux. Un classique.

 

Loups Garous pour une nuit est une épure du Loup Garou. Une nuit, un jour, un vote.

Tout le sel du jeu vient de la nuit mouvementée et savamment orchestrée. Tout comme dans Mascarade, bien des rôles permettront aux villageois de permuter des rôles, de changer le sien, de prendre des cartes du rebus... Bref, l'incertitude plane sur le village au lever du jour.

Ai-je changé de rôle ? La Voyante est elle en jeu ? Mon partenaire loup garou à t'il changé de camp ?

 

Ici, ce n'est pas la révolution ludique, non, c'est juste un bon coup de dépoussiérage. Le genre de cure de jouvence qui fait que on voit bien vite qu'il ne fait pas doublon avec son aîné.

 

Typiquement le genre de jeu dont on ne fait pas une partie. Non, on en fait 4, 5, d'affilé. C'est rapide, très malin, rempli de vrai morceau d'humanité comme seul le Loup Garou peut en produire, le côté élimination en moins.

 

Une réussite à conseiller vivement à tous les amateurs de Love Letter, Nosferatu et autres Loups Garous revisités. 

 
00:12
Elysium

Elysium

Par Mapipuun2 , 26 févr. 2015 à 00:12
(10,00/10)
Informations sur l'auteur:
21 (7,71/10) 107 0 0 222
Aux Champs Elysées TADAM TADAMMM

Des mécanismes simples, des combinaisons simples, une bonne part de hasard qui ne permet pas à un joueur de se détacher: le mélange réussi pour faire de ce jeu un excellent dérivatif de 7 Wonders. Les combinaisons de cartes dans son domaine y sont d'ailleurs beaucoup plus efficaces et constructives tout en étant assez difficiles à réaliser (une proba simple: 1 chance sur 5 de tirer nos cartes au 1er tour).

Une rejouabilité très bien pensé:choix de 5 sets de cartes sur 8.

Un placement Famille++/Expert- qui marche bien pour des joueurs près à jouer plusieurs parties d'affilé: seule obligation pour  plus ressentir le sel de la victoire que le désarroi d'un tirage poussif... 

LE jeu parfait pour une soirée Compétition.

-publicité-
  mercredi 25 février 2015
 
21:58
Elysium

Elysium

Par lanigonus , 25 févr. 2015 à 21:58
(5,20/10)
Informations sur l'auteur:
29 (8,19/10) 68 0 0 219
Un jeu où les Dieux régresse...

Nombre de parties jouées : 5

Matériel réussi. Illustrations des cartes jolies. Les pions sont de bonnes qualités. 

Juste les petits plateaux personnels que je trouve assez fragile.

Sinon pour revenir au jeu lui même, je ne comprend la ferveur autour de ce jeu. 

Le jeu se passe en 5 tours. Très très court. Frustrant même. 

C'est un jeu où à chaque tour chaque joueur est obligé de prendre 3 cartes parmi les cartes présentes sur la table. Or le but de ce jeu est de faire des combinaisons de famille de Dieu (même couleur) ou des combinaisons de Dieu différents mais de même valeurs. 
Donc en 5 tour, tenter de mettre en place une stratégie pour maximiser ces points de victoire en fin de jeu pour récupérer telle ou telle cartes est illusoire à mon sens.

Au début de la partie on prend 5 famille de Dieu de 21 cartes chacune pour constituer une pioche de 105 cartes au total.
Au début de chaque tour on met en place un nombre de carte équivalent au triple du nombre de joueur + 1. Il est aisé de comprendre que même à 4 joueurs, la chance du tirage des cartes est important. A comparaison, je trouve que dans Splendor, le hasard est moins présent. 

Chaque carte possède un pouvoir oui certes, mais ces pouvoirs se retrouvent d'une famille de Dieu à un autre... Donc peu de pouvoir et influencent que peu la partie.

Pour moi c'est un jeu où on prend des cartes plus pour les éventuelles combinaisons qu'on essaiera de faire plutôt que pour leur pouvoir. Dommage. 

Au final je trouve que ce jeu est un mélange de Zéro, d'un jeu de famille avec la qualité du matériel d'un Splendor mais pour un prix de 45€ quand même... 

 

Toutefois je précise que ce jeu est a essayer, il vous plaira peut être. 
Pour ma part il sera vite retirer de ma ludothèque pour partir sur des jeux plus soutenu pour un prix équivalent.

 

 

 

 

 

 

 
21:30
Dino Twist

Dino Twist

Par Poppi , 25 févr. 2015 à 21:30
(8,80/10)
Informations sur l'auteur:
12 (8,45/10) 33 0 0 111
Dynamic Jurassic

Voici un jeu familial très sympa avec une mécanique originale et bien huilée. Des dinos, certes on en voit pas mal, mais les illustrations colorées et attachantes plairont aux petits comme aux plus grands. Mention spéciale aux bébés dinos "crocs" mignons.

La règle est simple et très accessible, pour une prise en main rapide. La mise en place également. On appréciera les différents niveaux de difficulté s'adaptant à tous les âges, pour des parties simples ou vachement plus retorses. Avec juste ce qu'il faut de frustration lors de certains duels et des événements qui viendront renverser la situation, décidément, ce petit jeu a tout d'un grand !

 
18:57
Le Fantôme des MacGregor

Le Fantôme des MacGregor

Par dabiglulu , 25 févr. 2015 à 18:57
(7,50/10)
Informations sur l'auteur:
3 (8,33/10) 0 0 0 0
bon suaire à tous !

récupéré d'occaze, c'est un super jeu de programmation bien marrant et rapide pour petits et grands. Le graphisme est un peu vieillot mais bon rien de bien grave. On stresse de se faire attraper par le gros fantôme et on est obligé de bien faire attention à sa main pour ne pas se retrouver bloqué devant une porte. Il y a aussi une part de bluff non négligeable. Vraiment très sympa.

-publicité-
18:51
Libertalia

Libertalia

Par eipi , 25 févr. 2015 à 18:51
(8,00/10)
Informations sur l'auteur:
52 (8,23/10) 52 0 0 316
Pavillon noir

Guessing et anticipation sont les maîtres mots de ce jeu. Partir chacun avec (presque) le même set de cartes et essayer de les jouer au mieux, voilà le défi qui nous est proposé ici. Alors je dis "presque", parce que la manière de départager deux personnages identiques, si elle a surement été pensée pour être équilibrée sur l'ensemble des cartes, peut de fait ne pas l'être sur une partie, en fonction des cartes utilisées. Et pour certains personnages, ça peut avoir une importance vraiment... Importante.

 

En ce qui concerne les effets des cartes, on a vraiment de tout. Des avantages immédiats ou différés, des paris, des agressions directes contre les autres joueurs, on ne manque de rien. Et surtout pas de combos intéressants. Mais tout ça doit bien entendu être mis en relation avec le niveau des personnages, et les butins auxquels ils nous donneront potentiellement accès. On est donc sans cesse obligé de jouer sur deux tableaux à la fois, de jongler entre les deux.

 

Sinon, le jeu en soi est vraiment beau, et l'atmosphère piraterie bien présente. Les personnages sont parlants, même pour les personnes les moins familières avec ce type d'univers, et leurs effets sont cohérents avec leur nom et leur fonction, ce qui est assurément un plus en terme d'immersion. L'ambiance autour de la table suit également, surprises et fourberies sont de mise.

 
18:40
Blue Moon Legends

Blue Moon Legends

Par dabiglulu , 25 févr. 2015 à 18:40
(10,00/10)
Informations sur l'auteur:
3 (8,33/10) 0 0 0 0
encore!

belles illustrations, jeu d'affrontement, règles simples et évolutives en fonction de votre niveau de connaissance du jeu. Possibilités de faire des combos, différentes façons de gagner face à l'adversaire. Les parties sont courtes (45 minutes pour la première). 8 races jouables avec de réelles différences entre elles. Je n'étais pas trop fan de jeux de cartes mais là je suis bluffé. En plus il y a 3 jolies figurines de dragons et un plateau de jeu un peu moins joli mais pratique pour placer les cartes. 

 
18:31
Game of Thrones : Westeros Intrigue

Game of Thrones : Westeros Intrigue

Par dabiglulu , 25 févr. 2015 à 18:31
(7,50/10)
Informations sur l'auteur:
3 (8,33/10) 0 0 0 0
thématique faible mais jeu très sympa

j'ai craqué sur ce petit jeu de placement, c'est un jeu apéro franchement sympa et un tactique. il ne faut pas en attendre grand chose c'est du placement et du calcul de cartes mais au final on enchaine les parties, ça se joue vite et on passe un moment sympa. 

-publicité-
18:08
Mange moi si tu peux

Mange moi si tu peux

Par G_Delcourt , 25 févr. 2015 à 18:08
(7,60/10)
Informations sur l'auteur:
2 (7,35/10) 180 0 0 223
Pierre - papier - ciseaux : sont les noms des 3 cochons

Ce jeu est sympathique à condition de savoir à qui il s'adresse : les enfants et éventuellement les adultes bienveillants.

Peu ou pas de stratégie, un zeste de bluff, de la chance (surtout) et de l'ambiance (quand même).

Sorte de Cash&Guns pour les petits à qui il plaira assurément.

A noter les graphismes qui sont ... succulents

 
17:45
Korsar

Korsar

Par Lunedejour , 25 févr. 2015 à 17:45
(0,70/10)
Informations sur l'auteur:
1 (0,70/10) 8 0 0 9
Un jeu à saborder...

2 parties à 2 joueurs et aucun intérêt constaté.

Le jeu est sûrement sympa à plusieurs ou par équipe, mais il est clairement inutile d'indiquer sur la boîte qu'il se joue à 2 car c'est l'ennui garanti.

Les parties sont molles, il ne se passe pas grand chose car chaque bataille est gagnée en un seul tour : aucun surprise, le résultat du combat est immédiat.

 

A choisir, Camelot tient mieux la route pour un jeu similaire joué à 2.

 

 

 
17:08
Star Realms

Star Realms

Par Ah! Lex , 25 févr. 2015 à 17:08
(8,00/10)
Informations sur l'auteur:
2 (9,00/10) 0 0 0 26
La star du deckbuilding

Ce jeux est la parfaite combinaison entre Magic et Dominion.

Vous aimez ces deux jeux mais vous leur trouvez des défauts ? Et bien foncez sur star realms pauvres fous !

Il y a trop de qualité pour toutes les énumérer. Son seul défaut est pour moi le design global du jeu et ses illustrations.

-publicité-
17:02
Original Mölkky

Original Mölkky

Par azds , 25 févr. 2015 à 17:02
(1,30/10)
Informations sur l'auteur:
21 (5,81/10) 66 0 82 293
Fallait y penser

Cette variante, qui se joue avec des pieds de lit Ikéa renouvelle agréablement les mécanismes de la pétanque, mais les vrais initiés lui préfèrent la petschka, variante estonienne avec des lapins (morts).

Je trouve que l'ergonomie de ce jeu est désastreuse, le petit rondin n'est pas pratique en main, ça vole mal, ça roule pas, les quilles sont chiantes à faire tenir sur un terrain très cabossé, on passe son temps à aller chercher le bout de bois.

 

Bref, autant jouer aux fléchettes avec des aiguilles à tricoter ou au bowling avec un pavé.

 
16:29
Harbour

Harbour

Par Jiheffe , 25 févr. 2015 à 16:29
(8,70/10)
Informations sur l'auteur:
1 (8,70/10) 9 0 0 28
Très bon petit jeu

Plusieurs parties jouées sur la version print'n'play proposée lors du Kickstarter, et une partie jouée sur la version finale. 

Produit final : 
Toute petite boite, très bien présentée avec son vernis sélectif.
Le matériel est de bonne qualité, et les cartes (joueurs et batiments) sont très nombreuses, assurant un certain renouvellement au jeu.
Les pions ressources avec autocollants sont très agréables à manipuler, et les meeples personnalisés très sympa.

Le jeu est intégralement en anglais, mais les mécanismes sont aussi présentées sous forme d'icône sur chaque carte. Et par ailleurs le vocabulaire est assez simple et répétitif. Joué avec des ados qui commencent l'anglais, ça ne pose pas de réel problème si un des joueurs maîtrise suffisamment pour comprendre et expliquer les règles.

Jeu : 
Principe simple : en se positionnant sur des bâtiments, on acquiert des ressources (poisson, bétail, pierre, bois) que l'on stocke chez soi.
Quand on en a assez, on peut acheter les bâtiments en revendant ses ressources.
Les bâtiments que l'on possède donnent des petits bonus.
Le premier joueur qui possède 5 bâtiments clôt la partie, et on compte les points (valeur des bâtiments plus différents bonus).

La revente des ressources change leur valeur sur le marché, ce qui donne une modification continue du ratio stock/valeur de chaque joueur, demandant de s'adapter en permanence. De plus, on ne peut pas se rendre sur un bâtiment occupé par un autre joueur. Et certains bâtiments donnent des ressources aux autres joueurs.
Il y a donc une certaine interactivité. 

La part de chance vient du tirage initial du personnage/bâtiment (mais que l'on peut aussi choisir si on se met d'accord entre joueurs), et du tirage de nouveaux bâtiments au cours du jeu. Ce n'est donc pas vraiment un mécanisme du jeu (pas de jet de dés par exemple)  à part entière, mais une façon de renouveler le jeu à chaque partie. 

Avis personnel : 
J'avais beaucoup aimé la version print'n' play, la version finale très bien présentée ne m'a pas déçue. J'adore le mécanisme gain de ressource/ achat de bâtiments qui me rappelle un peu "Les bâtisseurs-Moyen age", mais avec une dose d'interactivité en plus.
Du tout bon. 

 
14:43
Hanabi

Hanabi

Par rammillica , 25 févr. 2015 à 14:43
(10,00/10)
Informations sur l'auteur:
50 (6,81/10) 76 0 0 360
Hanabi, Hanabaffe ludique : quand le minimalisme se conjugue (réellement) avec la profondeur ludique

Hanabi,  voici ma perle du minimalisme moderne contrairement à la pelletée de jeux minimalistes "asiatiques" de ces deux dernières années (Love letters, Brave Rats, Sushi Go...) dont la vacuité (la pauvreté dirait les moins mauvaises langues que moi)  presque systématique hérisse mes petits poils ludiques.

Mais pourquoi Hanabi ressort du lot particulièrement me direz-vous, et pourquoi suis-je convaincu que ce jeu, en particulier, est un des rares jeux "modernes" qui pour moi a le potentiel de traverser les âges et les générations ? Commençons par le début.

 

Principe du jeu :

 

Hanabi est un jeu coopératif pour 2 à 5 joueurs (la configuration 3 et 4 joueurs étant optimale selon moi) d'une durée de 30-40 min, qui s'explique en 2 temps 3 mouvements, en se payant le luxe d'être accessible pour des joueurs novices de tout âge (de 8 à 88 ans).

Le but du jeu est de réaliser 5 feux d'artifices (1 de chaque couleur) avec une puissance maximale de 5, en jouant des cartes de sa main. On commence par la carte 1 puis 2 puis 3 etc... L'astuce principale provient du fait que l'on ne joue pas avec les cartes révélées mais en les montrant en permanence aux autres joueurs de l'équipe.

 

A son tour, un joueur doit faire une action parmi les trois suivantes :

 

  • Jouer une carte et compléter si possible un feu d'artifice. Si la carte n'est pas adaptée, elle est défaussée et l'équipe perd un point de vie (3 points disponibles pour l'équipe pour toute la partie, si plus de point de vie, fin de partie) puis repiocher une carte (sans la regarder évidemment)

 

  • Donner une information à un autre joueur en montrant toutes les cartes ayant la même valeur OU la même couleur, en dépensant un jeton bleu (8 disponibles). Le joueur ayant pris connaissance de ces informations peut ensuite réorganiser son jeu pour se souvenir de ses propres cartes.

 

  • Défausser définitivement une carte pour regagner un jeton bleu (et repiocher une carte)

 

Quand on pioche la dernière carte de la réserve, on arrête la partie et on compte ces points en comptant la plus haute carte de chaque paquet (soit potentiellement 25 points).

 

La deuxième astuce provient de la distribution des cartes. Dans le jeu, on sait dès le début qu'il y'a pour chaque couleur 3 cartes 1, 2 cartes 2,3,4 et une seule carte 5, ce qui emmène la possibilité de faire des déductions sur ces cartes.

 

C'est tout ! Pourquoi tant d'éloge, pourquoi est-ce une perle ludique ? Outre son accessibilité à à peu près tout le monde, il existe moult raisons... J'y viens

 

  • Tout d'abord pour le côté pratique : le prix du jeu. Modeste (voire modique) : 10 € seulement pour un matériel qui tient la route. Les cartes, qui nécessitent d'être beaucoup manipulées ne s'abîment pas facilement.

 

Et du côté ludique, une myriade de points forts :

 

  • Ce jeu tire sur de nombreuses fibres ludiques : mémoire, déduction, prises de risque, psychologie (la fameuse "gestion de l'humain" est ici pleinement développé), le timing, l'adaptation, la stratégie, de la tension ...

 

  • Cette petite boîte contient "différentes lectures de jeu" qui en fait un jeu aussi intéressant pour les experts que pour les novices, pour le jeune public comme pour les plus vieux briscards. On peut jouer à Hanabi "en toute légèreté" en découvrant par soi-même les différentes subtilités du jeu ou en toute concentration pour les plus compétiteurs puisque chaque prise de parole et chaque décision sont "presque toujours" décisives si on veut approcher des 25 points. C'est là la première force du jeu : ce jeu a une courbe d'apprentissage qui nous pousse à enchaîner les parties.

 

  • Une rejouabilité illimitée : la sortie des cartes est aléatoire ce qui permet de générer une infinité de possibilités. Du coup, aucune partie ne se ressemble... contrairement à la majorité des jeux dits minimalistes (on fait facilement le tour de Love letters ou de Brave Rats en seulement 2-3 parties, avec Hanabi après une vingtaine de parties au compteur j'en suis loin)

 

  • Une portée aussi bien créative que récréative. Créer ses propres codes, tenter de subtilement informer ses équipiers... qu'est-ce que c'est jouissif ludiquement !!!! Où sont les sensations et le plaisir intellectuel dans le fait de deviner une carte adverse ou pointer du doigt une carte adverse ?

 

Conclusion :

 

Hanabi est une bonne grosse baffe ludique, comme on aimerait en prendre plus souvent, qui mérite amplement son Spiel '13. J'espère que l'on en parlera encore dans 20 ans, tellement il a le potentiel d'atteindre un public très large.

 

 Il incarne, selon moi, ce que peut être un jeu minimaliste : peu de matériel, peu de règles mais une réelle profondeur ludique. Félicitations à l'auteur !!

-publicité-
14:24
Uluru

Uluru

Par bunnypookah , 25 févr. 2015 à 14:24
(7,50/10)
Informations sur l'auteur:
130 (7,20/10) 53 0 0 710
En Australie les animaux font des rêves étranges et emberlificotés

Uluru est l'exemple même du jeu conceptuel, basé sur une idée simple et élégante. Sans doute n'amusera-t-il pas un joueur au-delà du moment plaisant de la découverte, mais en revanche il fonctionne très bien avec les enfants (d'autant que les cartes demande sont classées par difficulté) et en famille. Et le matériel est vraiment magnifique. Chaque joueur dispose d'un plateau individuel avec huit emplacements, sur lequel il va devoir placer autant d'oiseaux de couleur distincte. Chaque manche se déroule en temps limité et tous les joueurs jouent simultanément. Sur le plateau centrale huit cartes demande sont révélées pour la manche en cours, associées à chaque couleur d'oiseau. La carte indique le rêve de cet oiseau, c'est-à-dire la manière dont il veut être placé sur le plateau individuel (untel en face de tel autre, ou à côté, ou surtout pas à côté, ou à tel endroit du plateau, etc). Les joueurs doivent placer les oiseaux de manière à satisfaire leurs rêves (ce qui n'est pas toujours possible). A la fin du temps tout oiseau non placé ou mal placé 'rapporte' une pierre à ce joueur. La partie s'achève une fois la pioche épuisée, le joueur ayant le moins de pierres étant vainqueur. Mon seul petit reproche concerne les cartes de niveau 5, dont les exigences sont vraiment trop alambiquées.

 
14:03
Et Toque !

Et Toque !

Par bunnypookah , 25 févr. 2015 à 14:03
(7,50/10)
Informations sur l'auteur:
130 (7,20/10) 53 0 0 710
De la mousse de roquefort à la crème de guimauve ? Bon appétit !

Et Toque! reprend à son compte le principe de Dixit de fort belle manière, même s'il n'est digeste qu'à petite dose ; vraiment j'étais plutôt dubitatif a priori et je ne pensais pas autant apprécier. Le matériel est agréable et bien pensé : un menu vierge dont la surface est effaçable et qui sert de support magnétique. Les ingrédients se présentent sous la forme de pièces aimantées et des feutres permettent d'inscrire les éléments de liaison sur le menu. Chaque joueur dispose d'un stock de 12 ingrédients avec lesquels composer un menu sur un thème qui lui est propre. Les thèmes sont ensuite mélangés et le but est d'associer correctement chaque menu à son thème. Chaque joueur peut ensuite défausser tout ou partie des ingrédients inutilisés, complète son stock à 12, pioche un nouveau thème et c'est reparti pour un tour. Le principe est limité (et donc répétitif) et le jeu s'apprécie sur le pouce, mais quel plaisir il y a à composer un menu à partir d'ingrédients invraisemblables et d'essayer de faire ressortir un thème ! Aussi improbable que cela puisse paraître le principe fonctionne et il en ressort parfois une étrange poésie.