TricTrac

Avis 
173328avis
à

Secteurs

BD
Jeu >
Jeux d'extérieur >
Loisir
Sports
Jeux de Société >
Abstrait
Ameritrash
Eurogames >
Types de jeux Européan Games >
Classique
Jeux Européens
Kubenbois
Eurotrash
Figurines
Jeunesse
Jeux à deux
Jeux de cartes
Jeux de Rôle
Party-Game >
Types
Wargame >
Types de wargames >
Fantasy
Historique
Science Fiction
Jeux Vidéo >
Puzzle Game
Jeux Vidéo >
Jeux Vidéo >
Puzzle Game

Sujet de l'article

Analyse
Carnet d'auteur
Concours
Crowdfunding
Curiosite
Description
Economie
Evènement
Histoire
Information
Interview
Jeux d'ailleurs
Partie
Portail
Presse
Prévision
Prix ludique
Reportage
Review
Scoop
Sur les étals
Tric Trac
Vidéo

Type de jeu

Autres
Cartes à jouer
Casse-tête
Jeu de carte à collectionner
Jeu de logique
Jeu en ligne
Jeux à gratter
Jeux de cartes
Jeux de connaissances
Jeux de dés
Jeux de figurines
Jeux de figurines à collectionner
Jeux de guerre
Jeux de lettres
Jeux de pions
Jeux de plateau
Jeux de rôles
Livre dont vous êtes le héros

Type de public

Amateur
Casual
Geek
Passionné

de l'exterieur

Format Rédactionnel

à suivre
Article
Blog
Bloggeur
Contenu de Marque
Dépêche
Dossier
Edito
Enquête
Flash
TT Tv
TTClub
15:57
Lancaster

Lancaster

Par Frère Tuck , 1 sept. 2015 à 15:57
(9,30/10)
Informations sur l'auteur:
25 (8,52/10) 33 0 0 205
Où l'on chambre des Lords

Ça raconte quoi ?

Tu es un seigneur féodal de l’Angleterre médiévale. Tu as soif de pouvoir, de gloire et de faveur royale.

Ça marche comment ?

Très thématique ce jeu : on commence par envoyer nos fidèles chevaliers faire le sale boulot, ensuite on parlemente, pour finir on se remplit les poches. La féodalité dans toute sa grandeur.

Vas-y Mickey, fonce dans le tas !

On va donc envoyer des chevaliers (des tuiles carrées de notre couleur, de puissance 1 à 4) soit dans les provinces anglaises (sur le plateau de jeu), soit dans les combats contre les Français (représentés par une carte tirée au début de chaque gros tour, indiquant la puissance de l’ennemi et les points de pouvoir en jeu), soit dans son propre château (sur son plateau personnel). Les provinces rapportent des ambassadeurs (qui eux-mêmes rapporteront (beaucoup) de points de pouvoir en fin de partie) et divers bonus en fin de gros tour. Les combats rapportent des bonus immédiats aux joueurs qui s’y engagent en premier. S’ils sont victorieux, ils se partageront les points de pouvoir. S’ils sont vaincus, leurs chevaliers sont faits prisonniers. Envoyer ses chevaliers nettoyer les latrines du château est l’option des loosers : cela rapportera un bonus assez restreint en fin de gros tour.

Je crois qu’il faut recentrer le débat.

Comme nous le savons tous, les Anglais sont, depuis la Magna Carta de 1215, les inventeurs du principe de consentement à l’impôt et par la même occasion du parlementarisme. Une fois débarrassés de leurs bourrins de chevaliers, les joueurs vont donc pouvoir parler « intérêt ahum général ahum » entre gens civilisés qui s’y connaissent. Trois lois sont proposées à chaque tour, chaque joueur doit voter pour ou contre, en ajoutant éventuellement des votes supplémentaires pour chaque soutien utilisé (chaque cube en bois dépensé). Ces soutiens sont acquis soit par les ambassadeurs récoltés dans les provinces, soit par des bonus de province. Si la loi est approuvée, elle remplace la plus ancienne, de sorte qu’il y a trois lois en vigueur tout au long de la partie (trois cartes lois sont piochées aléatoirement au début de la partie).

Et le pognon bordel ?

Une phase de gain clôt l’exercice. Rien de spécial à ce sujet. Il est possible, entre autres, d’agrandir son château, d’augmenter la puissance de ses chevaliers, d’en recruter de nouveaux. Et bien sûr, on engrange de la thune (qui sert essentiellement, pour 3 pièces d’or, à cumuler ambassadeur et bonus de province lorsque l’on contrôle une province), des soutiens, et même des écuyers qui viendront aider nos bourrins à ... bourriner encore plus.

La traduction des règles fut visiblement très laborieuse, leur compréhension l’est donc d’autant. C’est d’autant plus dommage que le jeu propose par ailleurs un ratio [complexité des règles / profondeur de jeu] très satisfaisant – c’est même son atout majeur. Une version avec correctif est présente sur ludism : http://regle.jeuxsoc.fr/lanca_rg.pdf

Ça vaut quoi ?

C’est franchement un jeu très agréable à découvrir, et à jouer ; il y apparemment débat pour savoir s’il est aussi agréable à rejouer, mais je gage qu’il recèle un gros potentiel.

L’imbrication thématique / mécaniques de jeu est très bien menée. On a de l’area control avec les provinces et du farming avec l’amélioration du château et la gestion de la troupe des chevaliers et de leurs écuyers. C’est déjà très bien et il y a bien plus !

La manière dont on peut éjecter un chevalier d’une province est génératrice de nombreux renversements de situations et d’effets en chaîne imprévus. Un joueur n’a qu’à envoyer une combinaison de chevalier et d’écuyers plus forte que celle déjà placée pour renvoyer le chevalier adverse dans son château et ses écuyers dans l’autre monde (la réserve commune). Cela signifie que le chevalier évincé pourra revenir dans la partie, soit avec des renforts, soit en s’en prenant à plus faible que lui, et ainsi de suite jusqu’à épuisement des troupes.

Les combats contre les Français ont avec l’extension testée (Lancaster – Heinrich V) une mécanique proche du semi-coopératif très sympa puisque les joueurs qui n’ont pas pris part à un combat perdu sont sanctionnés par une colère du roi (des points en moins à la fin de la partie). Cela incite à tout un tas de fourberies qui réjouissent, bien entendu, la Loy morale.

Le bluff est particulièrement mis à contribution, aussi bien dans la phase proprement politique lors du vote des lois, que lors du placement des chevaliers dans les provinces (le nombre d’écuyers dont dispose un joueur pour prêter main forte à l’un de ses chevaliers est secret).

Notons que la qualité du matériel est au rendez-vous (sens du détail pour les tuiles d’amélioration du château par exemple) et l'extension vient compléter un jeu déjà riche.

15:34
Descent : Voyages dans les Ténèbres ! (Seconde Edition)

Descent : Voyages dans les Ténèbres ! (Seconde Edition)

Par rmiroy , 1 sept. 2015 à 15:34
(8,40/10)
Informations sur l'auteur:
1 (8,40/10) 3 0 0 0
Un bon jeu accessible aux joueurs débutants comme expérimentés

Je ne comprends pas que ce jeu ai une si mauvaise note sur ce site. Ce jeu est plus fluide et facile à mettre en place que la V1.

La V1 était un très bon jeu mais très lourd à mettre en place ce qui le fermait à des joueurs expérimentés.

La V2 est loin d'être parfaite certes mais a le mérite de rendre beaucoup plus fluide et facile à démarrer une partie. J'ai fait le test avec des joueurs qui n'avaient jamais joué à ce type de jeu et sous réserve que le maitre du mal ne soit pas mauvais, ce jeu est extra.

 

Sur le net, on lit beaucoup d'avis indiquant que le maitre du mal est trop désavantagé, mais je pense que ces personnes ne savent tout simplement pas jouer un maitre du mal. De mon côté, même face à une équipe de joueurs expérimentés, je devais me limiter pour ne pas leur rouler dessus systématiquement... et c'est là que le jeu est bon, sous réserve que le maitre de jeu le soit aussi... Si comme moi vous envisager une campagne de Descent V2, comme un bon scénario de film ou de JdR, vous vous arrangerez pour que vos joueurs rencontrent un challenge haletant et élevé au fur et à mesure de la campagne et petit à petit, deviennent plus puissant pour atteindre le sommet lorsqu'il arrive enfin à botter le cul du big boss comme dans un film (Après si vous êtes méchant, vous pouvez facilement leur rouler dessus 100 % du temps mais vous perdrez vos joueurs rapidement).

Les figurines sont belles et comme à son habitude FFG n'est pas avare sur la quantité de jetons... seul bémol le fait de remplacer les Boss et lieutenants par des jetons pour vous poussez à acheter l'extension correspondante.

 

Je conseille fortement ce jeu sous réserve que vous disposiez d'un petit groupe de joueur disponible pour se lancer dans une longue campagne sur plusieurs séances de jeux.

14:40
Dragon'net

Dragon'net

Par claraquentin , 1 sept. 2015 à 14:40
(10,00/10)
Informations sur l'auteur:
1 (10,00/10) 0 0 0 0
Excellent !!!

Ce jeu est génial il a un système permettant beaucoup de possibilités malgré le peu de cartes existantes, la personnalisation des héros par l'équipement, les monstres et les alliés favoris donne vraiment une impression de jeu de rôle.

Même si il est vrai que la qualité du dessin des cartes est très inégal je trouve l'univers bien fait et accrocheur

Son plus gros défaut est surtout d'être quasiment introuvable aujourd'hui donc si certains sont intéressé par des échanges ou pour me revendre leurs cartes je suis preneur yes

Contactez moi à clara.quentin@hotmail.fr

-publicité-
13:50
La Granja

La Granja

Par Faboo , 1 sept. 2015 à 13:50
(9,60/10)
Informations sur l'auteur:
1 (9,60/10) 0 0 0 0
Un beau jeu à découvrir!

La Granja présente une richesse qu'il est difficile d'appréhender dès la première partie (qui risque de comprendre quelques petites erreurs de règle... heart ).

C'est un plaisir de voir sa ferme s'agrandir, ses capacités de production s'accroître, ses petits cochons se reproduire... Les mécanismes de jeu traduisent assez bien ce sentiment.

Les choix pour marquer des points sont multiples. Cette première partie m'a immédiatement donné envie d'en faire une nouvelle pour affiner ma stratégie.

Un beau jeu à découvrir!

 
13:39
Descent : Voyages dans les Ténèbres ! (Seconde Edition)

Descent : Voyages dans les Ténèbres ! (Seconde Edition)

Par lhqb , 1 sept. 2015 à 13:39
(2,30/10)
Informations sur l'auteur:
3 (7,00/10) 64 0 0 82
Voyage dans les ténèbres et pourra même sombrer dans l'oubli...

Avis vraiment mitigé sur la chose... Autant j'ai accroché sur la V1 autant la V2 me laisse perplexe.

Ok c'est plus court, ca c'est pas un mal. De belles figurines, bien relooké par rapport a la V1 ... Mais alors pourquoi cette note ?!!!

En fait ce sont les règles et surtout l'orientation du style qui change... On est beaucoup moins sur du dungeon crawling. Les objectifs de scénario ont pris une place centrale dans le jeu, si bien que l'on se focalise dessus au détriment du combat (qui lui n'apporte rien puisque les heros ne peuvent pas mourir et les monstre reviennent eternellement via un système de "renforts"). Il peut même arriver que héros et monstres se cotoient sans se taper dessus!  ... Et quand on achète Descent c'est pour vivre une aventure épique, pas pour faire une course à la montre à remplir des objectifs (il y a des jeux 100 fois mieux pour ca).

 

Un adorateur de la V1 trés décu

 
13:38
Reliques & Co.

Reliques & Co.

Par Lapinesco , 1 sept. 2015 à 13:38
(7,90/10)
Informations sur l'auteur:
138 (7,05/10) 462 0 0 1K
A reluquer de plus près !

Je copie/colle ma bafouille du forum, feignasse que je suis.

 

Petite/moyenne boite de 20€, un plateau de score (et réceptacle des cartes plongée) assez fin, des dés (7 de mémoire), des jetons dollars, des cubes et des cartes.

Les cartes : le set de 4 pour chaque joueur, les 6 communes (dont les 4 musées) et celles à acquérir (une trentaine sur 5 rangées : A/B/C/D/E).

Le premier arrivé à 20 de réputation déclenche la fin de partie (à la fin du tour), on ajoute les points de majorité sur les 4 musées et pouf on a un vainqueur.

Le jeu est très agréable à jouer (une unique partie pour le moment), très familial, entre Minivilles (même si les cartes ne sont pas déclenchées par les jets, cela m'y fait penser dans le développement de l'expédition) et Praetor.

Un jeu de dés très sympa, on lance ses dés (3 aux départs, il faudra faire évoluer et/ou acquérir d'autres cartes pour monter) que l'on peut ensuite affecter, à ses cartes (4 au départ donc) ou aux communes.
Les points de réputations s'obtiennent via plusieurs moyens : la plongée (de plus en plus chronophage en dés/grosses valeurs, j'ai beaucoup aimé), l'achat de cartes (chaque carte donne des points), l'évolution de cartes (les retourner pour les passer en niv2), le positionnement de cartes dans son expédition (certaines cartes donnent des PV selon les cartes adjacentes).

L'argent est une belle contrainte, car il est important pour acheter des cartes, et les faire évoluer, pour en récupérer : la carte commune (mais c'est du best effort) mais surtout la vente (aux musées et sur une autre carte commune).

Pour vendre il faut avoir des trucs à vendre : 4 types de reliques, 2 que l'on peut récolter avec notre set de base (les parchemins et les os), 2 pour lesquelles il faudra acquérir l'expédition qui va bien (les gemmes et les statues sacrées).
La récolte se fait comme les autres actions, j'affecte le dé qui va bien (chiffre exacte, un "2" par exemple, ou chiffre minimum "3+") et je pose un de mes cubes sur la carte.

Bref, un petit jeu de développement très sympa, on sent monter la puissance de notre expédition : plus d'aventuriers (de dés donc), plus de possibilités de jeu (cartes évolueés plus puissantes et plus permissives) et des effets ++ (relancer un dé, payer moins cher, gagner plus en vendant, etc.), la mécanique est simple mais pas simpliste, il y a de vrais choix, d'axes à se donner.

Il faut surveiller les autres car les points de fin de partie sont attribués au joueur majoritaire sur chaque musée (en nombre de cubes), donc une bonne vigilance est de mise, et la prise des premières positions (vente d'1 relique) peu rémunératrice reste une bonne option à long terme.

De même que son 8minutes revisitait habilement en light la majo/expansion, ici sur un format plus lourd (plus long surtout, partie de 40mn à deux je crois) il arrive à faire un jeu qui tourne tout seul, intéressant et très agréable à jouer.
 

-publicité-
12:37
Rummikub

Rummikub

Par serraangel , 1 sept. 2015 à 12:37
(8,00/10)
Informations sur l'auteur:
412 (6,92/10) 96 0 0 2K
Je bloque là...

Une variante du rami mais avec des chiffres, qui a l'air simple au premier abord mais se révèle diablement prise de tête plus la partie avance. Les combinaisons sont multiples et très subtiles par moment. A ne pas prendre comme un simple jeu familial, même s'il peut se jouer dans ce mode !

 
12:33
Aquaretto

Aquaretto

Par serraangel , 1 sept. 2015 à 12:33
(7,90/10)
Informations sur l'auteur:
412 (6,92/10) 96 0 0 2K
Pingouins, orques, otaries, ours polaires etc

Aquaretto est très proche de son grand frère Zooloretto à quelques différences près, mais l'impression générale reste la même. Il s'agit toujours de faire des familles d'animaux les plus grandes possibles, d'acheter des extensions, de gérer au mieux les camions et de pourrir les autres. On a ici en plus, à partir de 5 animaux identiques, un meeple que l'on pourra placer stratégiquement pour qu'il rapporte des points bonus à la fin de la partie. On est également plus libre de placer ses animaux, et il faut savoir gérer ses sous en achetant ou vendant des animaux.

Toujours aussi familial, accessible même aux plus jeunes, mignon et de format court, avec un minimum de stratégie, à avoir dans sa ludothèque sans hésiter.

 
12:13
Lutèce

Lutèce

Par tapimoket , 1 sept. 2015 à 12:13
(10,00/10)
Informations sur l'auteur:
54 (9,33/10) 122 0 0 605
Petit mais Bon

Lutèce est un subtil mélange de jeu de gestion, de majorité, d'enchères et de bluff. Les règles sont très simples à assimiler et c'est ce qui fait son charme. Il vise, de ce fait, un large public que vous soyez novice ou pas. 

Le principe consiste à acquérir des cartes "peuples" et "bâtiments" pour les assembler ensemble afin d'obtenir des majorités ou des combinaisons qui apporteront des points. Pour obtenir ces cartes, on effectue un choix secret sur lesquels, on peut enchérir... A cet instant, on ne sait pas encore les personnages et les bâtiments choisis par les autres... On a des doutes...on rêflechit, on mise, on bluff.. Parfois à tort... 

 

Il faudra donc faire les bons choix, savoir se retenir sur ses dépenses, bluffer correctement.

 

Enfin, Lutèce est superbement illustré.

 

Un petit jeu très sympa

 

-publicité-
11:44
Le Trône de Fer - JCE

Le Trône de Fer - JCE

Par morlockbob , 1 sept. 2015 à 11:44
(6,50/10)
Informations sur l'auteur:
705 (6,16/10) 3 0 0 4K
Adieu...bonjour

Alors que la nouvelle version revue, corrigée, simplifiée, est sur le point de montrer son nez, la vieille version devient financièrement abordable (a 12 e le paquet pour environ 54 extension/ajout de cartes ça commençait a faire mal).La totale montait à 650 e.Là, on brade les stocks...

Des cartes il y en a , a part la piste des titres, ce sont dizaines( des centaines !) de cartes qu’il va falloir intégrer dans votre deck afin de pouvoir vous battre et vous défendre contre les autres.

3 attaques aux résultat différents suivant les couleurs.

Sans rentrer dans les détails, le jeu est à la fois simple, j attaque/je défends, je gère mes forces...et complexe de part sa quantité de personnages/lieux...

La piste des titres est une trouvaille fort utile pour rééquilibrer les partis en présence, ou faire quelque coups bien sentis, en s’appuyant sur vos complots (sorte d’évènements)

Règles simples mais qui prendront toute leur ampleur en connaissant parfaitement les cartes (siennes et adverses)

Et des cartes, il y en a des dizaines....des centaines.

Un jeu qui va demander beaucoup de temps pour l’appréhender et l’apprécier à sa juste mesure.

Perso, pas envie de me lancer la dedans... 

 

 
11:41
Les Aventuriers du Rail : The Dice Expansion

Les Aventuriers du Rail : The Dice Expansion

Par morlockbob , 1 sept. 2015 à 11:41
(4,30/10)
Informations sur l'auteur:
705 (6,16/10) 3 0 0 4K
les aventuriers du fric

Vous trouvez le jeu de base trop compliqué, cette extension vous conviendra parfaitement. Elle simplifie (trop ?) la mécanique de pioche de cartes et accélère le rythme de la partie. Plus besoin de réellement réfléchir, on lance les dés et on essaie d'optimiser le tout pour réaliser une action. Cela aide pour les grands parcours mais accentue la part de hasard.

Le matériel comprend quelques dés et un magnifique gobelet... pour 20 euros.

bof

 
11:38
Perplexus Epic

Perplexus Epic

Par morlockbob , 1 sept. 2015 à 11:38
(7,00/10)
Informations sur l'auteur:
705 (6,16/10) 3 0 0 4K
comme son nom l indique

Je ne l aime pas trop..de part ses couleurs froides en premier lieu...ça ne me donne pas envie d y aller.

Ensuite il est vraiment difficile, malgré ce que certains ont appelé « des points de sauvegarde », ce qui vous permet de recommencer à d’autres endroits que le départ.

Le souci avec ce genre de jeu est qu’il doit vous persuader que le difficulté peut être vaincue, sinon vous vous lassez.

C’est un peu le cas ici. Il faut une vraie motivation pour aller jusqu’au bout.

Frustrant donc...

-publicité-
10:55
Peloponnes

Peloponnes

Par Frère Tuck , 1 sept. 2015 à 10:55
(9,20/10)
Informations sur l'auteur:
25 (8,52/10) 33 0 0 205
Splendeurs et misères des cités grecques

Ça raconte quoi ?

Tu es à la tête d’une civilisation grecque à la fin de l’âge du bronze. Tu as soif de croissance démographique, d’aménagement du territoire et de gestion des risques.

Ça marche comment ?

Comme un jeu à l’allemande avec des enchères à un tour. Chaque joueur a un départ spécifique en termes de ressources, thunes, population et revenu initial. Le but du jeu est d’avoir le score le plus élevé au bout des 8 tours de jeu, mais attention, on retiendra le plus faible parmi deux décomptes finaux : 

  1. Points des bâtiments et des terrains + (thune/3)
  2. Population x 3. 

L’essentiel du jeu consiste donc dans la construction et dans la maîtrise de la démographie. À chaque tour, on pioche autant de tuiles que de joueurs, tuiles accessibles aux enchères, et on pioche pour la rangée « Conquête » autant de tuiles qu’il faut pour qu’il y ait 5 tuiles révélées au total. Le 1er joueur a alors 3 possibilités : 

  1. Enchérir : il place son jeton couleur et au moins autant de thune qu’indiqué à côté de la tuile convoitée. 
  2. Conquérir : il acquiert directement la tuile de son choix dans la rangée « Conquête » à condition de payer 3 thunes de plus que le coût indiqué. 
  3. Faire fructifier son capital : il touche 3 thunes mais ne construira rien ce tour-ci. 

Les joueurs suivants peuvent faire de même, mais ils ont en outre la possibilité de surenchérir. Dans ce cas, le joueur précédent a le choix : 

  1. Modifier sa cible : à condition d’avoir auparavant misé assez pour pouvoir payer le coût minimal (ou le coût et le surcoût de la conquête). 
  2. Se retirer et toucher 1 thune en compensation pour ce lamentable foirage. 

Car, oui, ce sont bien des enchères à un tour. Il vaut mieux y réfléchir deux fois avant de miser. Une fois les achats effectués, on détermine le nouvel ordre du tour : de la plus forte à la plus faible enchère.

On peut alors construire. Il y a deux types de tuiles : 

  1. Les bâtiments. Ils nécessitent des matériaux de construction. 
    1. On peut et on veut les dépenser : on gagne immédiatement le bonus immédiat et on bénéficiera de son revenu et de son éventuel bonus. 
    2. On ne peut ou ne veut pas les dépenser : on place l’une de ses thunes dessus, on gagne le bonus immédiat, mais on ne profite ni de son revenu ni de son éventuel bonus tant qu’il n’est pas construit. 
  2. Les terrains. Ils ne nécessitent pas de matériaux de construction. Par contre, à part pour le 1er terrain, ils doivent être construits « en domino », c’est-à-dire qu’ils doivent avoir au moins une production (bois / pierre / blé) commune avec le terrain précédent. Si on se rend compte après l’avoir acheté que ce n’est pas le cas, le terrain est défaussé définitivement. Et il n’y a pas de compensation, parce que là c’est un foirage vraiment trop honteux.

On peut ensuite toucher les revenus du tour, d’où un petit moment de poussage de marqueurs sur son plateau individuel mais si vous aimez jouer à Through The Ages, vous trouverez que c’est un tout petit moment.

On retourne enfin 2 jetons Désastre. Tous les désastres se produiront au cours de la partie, et se réalisent dès qu’on révèle le 3ème jeton du Désastre en cause (2 x 8 tours de jeu = 5 Désastres x 3 jetons + 1 jeton « pas de désastre »). Les désastres sont loin d’être négligeables : 

  1. Tremblement de terre : on doit payer 1 bois + 1 pierre par bâtiment, ET perdre les bâtiments pour lesquels on ne peut ou ne veut pas payer. 
  2. Tempête : on doit payer 1 nourriture et 1 thune par terrain, ET perdre les terrains pour lesquels on ne peut ou ne veut pas payer. 
  3. Sécheresse : on perd un tiers de sa nourriture (le blé). Arrondi au supérieur (t’as cru que c’était un jeu facile ??)
  4. Peste : on perd un tiers de sa population. Même remarque que précédemment. 
  5. Déclin : on perd 10 biens de luxe. 

Les biens de luxe sont obtenus dès que l’on dépasse le maximum de l’une des pistes de ressources : 10 pour le bois et la pierre, 13 pour le blé. On peut ensuite se servir des biens luxueux comme bonus à raison de 2 pour 1 ressource ou 1 thune.

Des bâtiments permettent d’éviter les désastres. Ils n’ont pas besoin d’être achevés pour que le joueur bénéficient de cette protection.

Des terrains comportent un symbole « Tour d’approvisionnement ». Il faut alors dépenser 1 blé / population et payer le coût de construction des bâtiments achevés (auquel cas on récupère la pièce qui était dessus). On perd autant de population que le déficit en blé, on défausse les bâtiments qu’on ne peut pas construire.

Ça vaut quoi ?

C’est un jeu de gestion qui permet de remplir très densément un laps de temps trop court pour la plupart des vrais jeu de gestion / civilisation. Les mécaniques sont nombreuses, mais assez simples à appréhender. La difficulté n’est pas dans la complexité des règles, mais bel et bien dans la gestion. Il faut prévoir à la fois les désastres et les tours d’approvisionnement (2 en cours de partie + 1 en fin de partie). Le risque de finir avec un score ridicule de 0 ou 1 est bien réel, d’où une pression assez forte tout au long de la partie.

 
09:24
Flick'em Up !

Flick'em Up !

Par Dorianys , 1 sept. 2015 à 09:24
(7,50/10)
Informations sur l'auteur:
1 (7,50/10) 0 0 0 0
Bang Bang (My Baby Shot Me Down)

Une boite superbe ( a 60 euros heureusement) les batiments sont chouettes le reste est basique

Thème immersif ( un petit Morricone ou un album de Caléxico et des chemises a carreaux et c'est parfait  ) 

On retrouve vraiment son ame d'enfant avec ce jeu et l'idée des scénarios est bien vu 

Bref on s'amuse bien et on on en refait une avec plaisir ( surtout qu'il est simple de se faire des scénarios donc la rejouabilité est bonne) ca fait du bien entre deux jeux plus long ou stratégique .

Juste un petit conseil  mettre de la poudre à  carrom (billard indien) pour que ca glisse mieux et etre plus précis.

 
01:53
CLINIC

CLINIC

Par Xavierécolo , 1 sept. 2015 à 01:53
(7,60/10)
Informations sur l'auteur:
134 (7,59/10) 130 1 14 820
Très bon jeu, qui aurait gagné à avoir un éditeur professionnel

Inspiré de Theme Hospital pour celles et ceux qui ont connu (sans les maladies bizarres, cela dit), Clinic vous place à la tête d'un Hôpital et vous confronte à des choix de gestion : construction, placement des différents modules de l'hôpital, recrutement, gestion des compétences, gestion de l'aggravation du cas des malades non soignés, gestion des places de parkings (à ne pas négliger).

 

C'est vraiment un très bon jeu de gestion, à ne pas mettre entre toutes les mains certes, mais qui devrait ravir les personnes à la recherche de défis de gestion.

 

Dommage que l'auteur se soit édité lui même. La rédaction des règles est en effet parfois un peu ambigüe ou pas très pédagogique et va entraîner des discussions sur leur interprétation, ce que des parties tests avec des publics différents (ou l'expérience d'un éditeur professionnel) auraient dû éviter. Le matériel aurait pu aussi être meilleur, surtout pour le prix. Le jeu est quand même livré dans une boîte à archive ou à pizza, la gélule (qui aurait pu être sympa) est en fait de taille normale ; un éditeur aurait pu obtenir un prix du fabricant permettant un meilleur matériel (et un intérieur facilitant le rangement vu l'importance du matériel de différentes catégories) pour ce prix.

-publicité-
  lundi 31 août 2015
 
22:13
Give Me Five

Give Me Five

Par Blackssad , 31 août 2015 à 22:13
(5,90/10)
Informations sur l'auteur:
33 (6,63/10) 82 9 470 764
Have fun

"Un pyramide en une brique", bref des règles ultra-simples et des parties rapides.

Après, comme beaucoup de jeux d'ambiance, ça prend ou ça prend pas... Tout dépend des joueurs autour de la table. Le jeu peut être parfois un peu répétitif, du coup la rejouabilité est un peu limité mais si on décide juste de se marrer un peu entre amis, et bien on se marre. :)

 
21:47
Chocolate Fix

Chocolate Fix

Par Blackssad , 31 août 2015 à 21:47
(6,40/10)
Informations sur l'auteur:
33 (6,63/10) 82 1 470 764
Bon appétit, bonne reflexion

Un petit jeu de logique sympa, tout beau et qui donne faim. Les mécanismes de logiques s'apparentent un peu à ceux du sudoku mais sans les chiffres. Le jeu est très agréable, il comble aisément un petit moment de creux au cours d'un voyage en train par exemple (surtout grâce à son sac de transport), mais sa durée de vie est assez faible car il n'y a pas beaucoup de niveaux et même si la difficulté est bien croissante, seuls les deux ou trois dernières cartes donnent vraiment à réfléchir.

 
21:39
Edel, Stein & Reich

Edel, Stein & Reich

Par morlockbob , 31 août 2015 à 21:39
(7,50/10)
Informations sur l'auteur:
705 (6,16/10) 3 0 0 4K
ceci n'est pas un jeu sur steve reich ?

J avais oublié ce jeu jusqu’a ce que je le revoie sur une liste.

Bon sang... Ce jeu a tout pour être fui : une boîte laide, un nom a coucher dehors et des cartes aussi sexy qu’un rumsteack.

Pourtant ce jeu est high level. C'est un jeu de majorité, et de guessing a l’heure où on appelait encore ça « deviner ». Etre seul sur un coup rapporte plus et il faut anticiper. Il faut stocker des couleurs de diamants, en abandonner certaines et réussir a négocier (et ça c est pas mon truc, mais là ça va)

Plusieurs décomptes rythme la partie afin d’éviter un effet win/win

Une version adulte de ce nanar qu'est « crossing », plus fine, plus fun..enfin, une fois passée la boîte.

règles en fr, mais pas de VF...

Bon elle est où cette f** liste que je le commande...

-publicité-
21:18
Luna

Luna

Par Sylfraor , 31 août 2015 à 21:18
(9,30/10)
Informations sur l'auteur:
7 (7,41/10) 178 0 0 212
Du placement de Meeple sous la Lune

Bon, le thème, comme souvent chez Feld, c’est un habillement, mais sinon, c’est très « jeu de gestion à l’allemande ». Si vous n’aimez pas placer des ouvriers et choisir des actions pour optimiser des points à gauche à droite, passez votre chemin.

Par contre, si, comme moi, vous aimez vous torturer les méninges pour un coup optimisé, guetter les meilleures opportunités pour arracher une victoire à 2 points près, alors vous aimerez Luna.

Ceux qui connaissent Feld seront un peu déroutés pour ensuite rapidement retrouver leurs marques. Et si le fameux « 1 action parmi 14 » vous effraie, en fait, déjà, il n’y en a que 13 (ouf) et surtout, elles sont assez faciles à comprendre puisqu’elles tournent autour de grandes familles : celles qui bougent des ouvriers entre les lieux, celles qui utilise les ouvriers pour l’effet du lieu et celles qui gravite autour du temple. Le système est finalement limpide après un tour de jeu et après une partie, on a une grande envie d’y revenir pour faire mieux. 

Pour ceux qui connaissent le tout récent, en 2015, La Granja, le marché central de celui-ci est un calque du système de temple de Luna, avec l’accord de l’auteur.

Enfin, un mécanisme intéressant pour la fin d’un tour de jeu, le jeu en comptant 6 : il y a 4 pions bougies sur le plateau. Une action possible, pour un joueur, est de consommer un pion. Lorsque les 4 ont été consommés, par le même joueur 4 fois ou par chacun des joueurs, le tour prend fin. Cela permet de mettre la pression sur les autres, surtout si on a un tout peu optimal avec finalement peu d’actions.

En résumé, ce n’est pas du tout un party game, c’est un jeu pour chauffer du neurone, mais qui fonctionne bien et se démarque de ses petits copains par une mécanique et un équilibrage de qualité.

 
18:11
7 Wonders : Leaders

7 Wonders : Leaders

Par rhossito , 31 août 2015 à 18:11
(10,00/10)
Informations sur l'auteur:
200 (6,79/10) 31 0 0 1K
Pour prolonger (un tout petit peu) le plaisir

Leaders est la première extension de l'excellentissime 7 Wonders. Même s'il ne révolutionne en rien les mécaniques, elle permet de faire durer le plaisir (un tout petit peu en fait). Mais pas que puisque le premier tour de draft avec les leaders donc, va aussi forcément guider notre stratégie pour toute la suite de la partie.

Niveau esthétique c'est toujours aussi beau et les figures historiques se rajoutant à notre cité et à toutes nos cartes bâtiments sont très bienvenues.

 
17:03
Steampunk Rally

Steampunk Rally

Par monkyky , 31 août 2015 à 17:03
(10,00/10)
Informations sur l'auteur:
7 (7,41/10) 0 0 0 63
Les fous du volant!

Bienvenue dans les alpes pour une folle course épique pas comme les autres!

Votre but va être de construire votre bolide et de franchir la ligne d'arrivée.

 

Le jeu se déroule en une série de tours. Chaque tour est divisé en 4 phases:

 

1)Phase de draft: Chaque joueur reçoit 4 cartes, il en choisi une soit pour l'ajouter à son invention (notre bolide de course), soit pour la défausser et récupérer des dés ou des engrenages et passe le reste à son voisin. On continue ainsi jusqu'à ce que toutes les cartes aient été jouées.

Sur chaque carte sont illustrées des vannes, quand vous choisissez une carte "partie de machine" à ajouter à votre invention vous devez respecter la chaîne de connexion des vannes.

 

2)Phase d'allègement: Durant cette phase on a la possibilité de dépenser des engrenages pour diminuer la valeur des dés qui occupent nos "parties de machine" de notre invention.. hé oui une fois un dé poser sur une partie de machine on ne pourra l'enlever qu'en diminuant sa valeur jusqu'à arriver à 0, ou par l'effet de certaines cartes Boost. En sachant qu' 1 engrenage permet de réduire jusqu'à 2 points.

 

3)Phase de course: C'est parti mon kyky! On lance les dés récupérer en phase 1 et ceux stockés sur notre invention. On peut les modifier ou les relancer grâce aux engrenages et on les placera sur différentes cartes "parties de machine" pour activer leurs effets (avancer d'une ou plusieurs cases, obtenir des dés supplémentaires, etc..), on active nos bolides sur la piste mais ATTENTION pas trop vite.. retenez votre machine car il y a des montagnes et elles infligent des dégâts.. et votre invention va souffrir.

 

4)Phase de dommage: Voilà la phase qui fait mal. Pour chaque dégât que les montagnes infligent il vous faudra défausser une partie de machine (soit une carte de votre invention) donc piano piano si vous ne voulez pas faire exploser votre cockpit et vous retrouver en dernière position dans la course.

 

Fin de tour: Tous les dés que vous n'avez pas posé sur votre invention repartent dans la réserve générale à moins que vous ayez une partie de machine pour les stocker.

 

Comment on gagne? le vainqueur n'est pas celui qui aura franchi la ligne d'arrivée mais celui qui aura conduit son bolide habillement le plus loin de la ligne d'arrivée!

 

Conclusion: Un excellent jeu de course aux choix retords et à combo, plein de rebondissements! Pour moi un coup de coeur issu de Kickstarter dont Roxley a mené une campagne exemplaire jusqu'au bout!

Merci aux traducteurs pour la règle et les cartes (qui comportent très peu de texte et un anglais accessible)

 

-publicité-
16:25
Luna

Luna

Par Frère Tuck , 31 août 2015 à 16:25
(5,40/10)
Informations sur l'auteur:
25 (8,52/10) 33 0 0 205
Luna luit peu dans la nuit noire

Ça raconte quoi ?

Euh. Eeeeeeuuuhh (gros effort de remémoration)… Tu diriges un Ordre de Novices qui voue un culte à la Lune en naviguant entre L’Île du Temple et les 7 Îles Saintes. Tu dois convaincre la vénérable Prêtresse de la Lune de choisir ton Ordre pour lui succéder. Tu as soif de sanctuaires, de sagesse, et d’herbes dynamisantes. Jusqu’ici c’est simple.

Ça marche comment ?

C’est du worker placement. Donc à chaque tour, on peut effectuer à l’aide de nos Novices l’une des 14 actions possibles, notamment en les déplaçant ou en les activant sur l’une des 7 Îles Saintes qui ont toutes une spécialité.

L’essentiel est de permettre aux Novices d’avoir une Promotion, revendiquant ainsi l’une des tuiles temples disponibles. Cela leur permet ensuite de bénéficier d’une Sanctification, en gros, l’envoi dans le temple, qui donne autant de points d’influence que le numéro marqué sur la case. Soit entre 1 et 28, les tuiles les plus fortes devenant accessibles au fur et à mesure de la partie. Car oui, le but du jeu est bien de marquer le plus de points d’influence !

Ça vaut quoi ?

De nombreuses autres mécaniques toutes plus originales les unes que les autres viennent compléter ce mécanisme principal, mais toujours dans une logique de worker placement. Résultat : on est très désorienté au début, d’autant que la thématique complètement fantastique n’aide pas du tout à saisir la logique du jeu.

Quand on a joué à Châteaux de Bourgogne, on peut s'attendre de la part de Stefan Feld à un jeu réflexif, mais on est quand même loin de penser spontanément à un tel truc bizarroïde. Bien sûr, Luna est un jeu nettement plus interactif, ne serait-ce que parce qu’il inclut un scoring par majorité. Mais le poids respectif des différents scorings et les implications de chaque coup est assez difficile à évaluer sur une première partie.

À vue de nez, les points engrangés par la sanctification dépassent de loin tous les autres scorings du jeu (majorités auprès de la Prêtresse, Conseil des Prêtres, Novices au Temple…), rendant toutes les mécaniques afférentes quelque peu superflues. On reste donc pour le moment sur un ratio [complexité des règles / profondeur du jeu] assez décevant, mais on se gardera bien de formuler un jugement définitif avant la prochaine Lune.

 
16:02
Euphoria

Euphoria

Par patrice_m , 31 août 2015 à 16:02
(6,50/10)
Informations sur l'auteur:
222 (6,60/10) 182 0 228 2K
Tu doubles, tu triples = tu gagnes !

Au premier abord le plateau parait touffu, dense genre usine à gaz mais en fait les actions dispo sont relativement simples (d'autant plus qu'elles sont quasiment identiques dans les 4 "mondes"). Après quelques tours, le jeu est très fluide et rapide à jouer. Plusieurs manières pour déposer ses précieuses étoiles-points de victoire. La fin de partie peut être assez tendue, on surveille ses adversaires du coin de l'oeil !

 

Pour résumé, Euphoria est un "simple" jeu de pose d'ouvriers. Rien de bien révolutionnaire mise à part l'utilisation des dés. Seul point noir, la surprenante règle permettant d'enchaîner les actions lorsque l'on fait des doubles ou des triples. Enchaîner 2 ou 3 actions (en ayant de la chance) à un moment crucial du jeu peut retourner la partie. Dommage pour un jeu de cette gamme !

 
15:06
Fantasy

Fantasy

Par Ssugoer , 31 août 2015 à 15:06
(2,20/10)
Informations sur l'auteur:
6 (6,40/10) 46 0 0 78
À réserver aux enfants

Un petit jeu pas cher, des cartes très jolies, des règles ultra simples. Mais des parties ennuyeuses, qui se jouent très souvent sur la dernière carte. Mon fiston aime beaucoup, mais il faut dire que comme beaucoup d'enfants, il aime aussi jouer à la bataille...

-publicité-
12:54
Historia

Historia

Par FX , 31 août 2015 à 12:54
(4,20/10)
Informations sur l'auteur:
6 (6,83/10) 27 0 1 64
Une belle petite déception

Avant de commencer, sachez que je n'ai pour l'instant joué qu'une seule fois à Historia, et ce lors d'une partie à 2 joueurs.

La boite nous promettait une belle épopée, traversant les âges pour développer au mieux sa civilisation. Le plateau complexe nous laissait penser que de multiples choix s'offrirait à nous pour arriver à nos fins. Et pourtant, la magie n'a pas opéré.

Tout d'abord, visuellement, je regrette un peu les illustrations plutôt tristes du plateau et des cartes, un peu éloignées de celles de la boite. Il est d'ailleurs à noter que dans notre édition, chaque civilisation est constituée d'un paquet de cartes de couleurs différentes, sauf 2 qui ont les mêmes couleurs, allez savoir pourquoi. Ça n'est pas gênant en soi, mais ça trouble un peu lors de la première installation. La multitude de petites icônes d'actions présente sur les cartes n'est pas forcément rapidement assimilable, mais la  fiche d'aide est plutôt bien réalisée, donc on s'en sort assez bien même lors de la première partie.

 

Concernant le jeu en lui même. La mécanique est plutôt bien pensée, et aurait pu offrir de véritables phases de dilemme s'il ne manquait pas ce "je ne sais quoi", comme on dit en Amérique.

 

En effet, notre partie s'est résumée à un enchainement de tours sans réelle excitation, un joueur suivant l'autre dans son développement, sans qu'à aucun moment nous ayons eu l'impression qu'un autre chemin soit possible. Pour résumer, nous étions face à un plateau comportant une multitude de cases, mais nos pions étaient toujours collés l'un à l'autre, sans le sentiment d'avoir possibilité d'explorer d'autres pistes.

 

De plus, le joueur qui a gagné la partie n'a eu aucun besoin de se servir des cartes "merveilles", laissant donc tout un pan du jeu sur la touche, tout en enchainant les révolutions (fins de tours) dès qu'il en avait l'occasion. Dit comme ça, vous pourriez croire que j'ai joué contre un saboteur, et pourtant non, le jeu ne laissant pas forcément d'autres possibilités.

 

Historia est donc à mon grand regret une déception, tant visuelle que dans sa mécanique de jeu.

 

Pour conclure, on notera aussi l'absence de référence à la religion, qui me semble t-il est tout de même un facteur important dans le développement des civilisations...

 

 

 


 

 
12:48
Fantasy

Fantasy

Par Thedarwin , 31 août 2015 à 12:48
(2,40/10)
Informations sur l'auteur:
1 (2,40/10) 0 0 0 0
La beauté des cartes ne suffisent pas !

Les cartes sont certes très jolies, mais la mécanique du jeu est vraiment nulle ! Les règles sont simples à comprendre mais cela s'avère fort confuses quand on doit réellement les appliquer ! Au bout d'un moment on y comprend plus rien à force de s'échanger des cartes ou son jeu complet. La carte d'annulation (Fée) provoque un bazar absolu! Aucune vraie stratégie ne peut être mise en place car le "pouvoir" de chaque carte peu changer la donne complète du jeu au dernier moment ! Bref... Je suis déçu, le jeu n'est pas du tout fini...

 
12:13
King & Assassins

King & Assassins

Par Frère Tuck , 31 août 2015 à 12:13
(8,70/10)
Informations sur l'auteur:
25 (8,52/10) 33 0 0 205
Où des rois sans aura se font suicider sans ciller par de soigneux assassins

Ça raconte quoi ?

Tu es un roi malaimé. Tu dois traverser la ville sous bonne escorte pour arriver vivant à ton château. SINON tu es une bande de trois assassins cachés dans la foule. Tu as soif de sang, de liberté, et de révolte populaire.

Ça marche comment ?

C’est donc un duel asymétrique de petit format. Au début du jeu, après le placement (fixe) des citoyens en colère, du roi, et de ses chevaliers, le joueur des assassins choisit secrètement trois citoyens pour en faire des assassins prêts à tout. Car rien ne ressemble plus à un honnête paysan qu’un dangereux psychopathe armé d’une fourche ou d’un gros bâton, c’est bien connu.

À chaque tour de jeu, une carte indique le nombre de points d’action disponibles pour le roi et ses chevaliers d’une part, pour les citoyens en colère de l’autre. Le joueur du roi déplace le roi et son escorte de chevaliers, qui peuvent repousser la foule pour éclaircir le passage. Si le symbole « entrave » est visible sur la carte du tour, ils peuvent même arrêter un citoyen. Vu la tête des bâtiments, l’Habeus Corpus n’est pas pour tout de suite.

C’est alors au joueur des assassins de déplacer les citoyens. S’il le juge opportun, il peut révéler un assassin qui aura alors l’opportunité de sortir deux épées courtes de ses poches (aaaa les grandes poches de nos amis les paysans), de tuer un chevalier, voire de se précipiter sur le roi pour lui faire part de son mécontentement. Curieusement, les chevaliers n’ont qu’un point de vie, malgré le seau métallique qu’ils arborent fièrement sur leur tête. Le roi, lui, en a deux, d’où le magnifique jeton de santé du roi (2pv = côté tête de constipé / 1pv = côté tête de constipé cerclée de rouge). Il faudra donc s’y reprendre à deux fois pour en venir à bout. Nul besoin de préciser que la durée de vie des assassins, une fois révélés, est assez proche de celle du piéton aveugle perdu sur une voie d’autoroute.

Bref, si le roi atteint son château, à l’autre bout du plateau, il a gagné ; s’il meurt, ou s’il n’y arrive pas avant la tombée de la nuit (fin de la pioche des cartes action), donc s’il meurt aussi, il a perdu.

Ça vaut quoi ?

N’étant pas plus que ça fan de jeu à deux petit format, j’ai bien aimé, donc c’est que ça doit être un bon jeu !! A son avantage, une mécanique vraiment fluide, avec une part de hasard assez limitée, qui laisse toute leur place à un vrai suspense et à des choix tactiques. Quelques astuces originales agrémentent le tout, comme la possibilité de monter sur les toits des maisons, et d’en faire tomber les citoyens un peu louches (qu’est-ce qu’ils foutent sur les toits, d’abord ?). Plutôt pour finir la soirée en douceur, parce qu’en début de session jeux, ça peut quand même être source de rancune ! Même si, bien sûr, on est tous au-dessus de ça.

-publicité-
11:08
Broom Service

Broom Service

Par morlockbob , 31 août 2015 à 11:08
(5,00/10)
Informations sur l'auteur:
705 (6,16/10) 3 0 0 4K
Broom Sevice

Alors là pas compris ce qu on a pu trouver à ce jeu au point de lui filer un prix. La mine réjouie de mon hôte (et propriétaire de la boîte) me parlant de « malédiction » (la première version) et me vantant le bordel jouissif d’une partie à 5 avait pourtant l’air de bonne augure.

Broom est un jeu de programmation d’actions et de déplacements (cf dragons du mekong (river dragon) / lord of xidit..). On doit récupérer des points en posant des potions, mais aussi en collectant des nuages ou en accumulant des ressources.

Le truc génial du jeu (il y a vraiment de bonnes idées) est qu’une action peut être « brave » et rapporter un max ou  « lâche » et rapporter peu , voire rien. Le pire étant de jouer « brave » et que quelqu’un derrière vous joue la même chose, là c ‘est nada.

On essaie de bluffer, on essaie de deviner ce que font les autres... voilà l’essence de ce « Broom service »

En plus, le jeu (et c‘est très bien) et livré avec des variantes, jetons bonus etc... histoire de multiplier les plaisirs et d’augmenter les possibilités.

Mais même sous forme basique de programmation brave/lâche, ce jeu peut vous taper sur les nerfs, tellement vos plans sont perpétuellement ruinés.

A 3 joueurs, ça m’a gonflé , j’imagine pas à 5...

Mon hôte adore, le jeu a eu le kenner spiel 015...je veux donc bien croire que sur ce coup là c’est moi qui ne suis pas en phase.Mais de là à le mettre dans la catégorie des jeux stratégiques ????

A essayer avant, des fois que nous partagions les mêmes pathologies de rejet des programmations et de la mauvaise gestion de la frustration des PV...

 

 

 
11:05
Perplexus

Perplexus

Par morlockbob , 31 août 2015 à 11:05
(8,00/10)
Informations sur l'auteur:
705 (6,16/10) 3 0 0 4K
Perd pas la boule !

Voilà le genre de casse tête que l’on peut aimer quand on n’aime pas les casses-tête.

Plus dur que le Rookie, l’original n’en est pas moins abordable.

Le parcours se complique vers la fin, mais tel un jeu de plateforme sans sauvegarde, on y revient, encore et encore

Des heures de patience et d’amusement en perspective.

A éviter si vous êtes parkinsonien ou si vous avez 2 mains gauches.

 
11:00
Perplexus Rookie

Perplexus Rookie

Par morlockbob , 31 août 2015 à 11:00
(7,10/10)
Informations sur l'auteur:
705 (6,16/10) 3 0 0 4K
Duplo

Puisqu‘on parle plastique....

Le Perplexus rookie (débutant) est au perplexus basique ce que les Duplo sont aux Lego... quelque chose de gros, facilement manipulable...et réservé aux enfants ou aux adultes en manque de réussite facile. « t as vu chérie j’ai réussi ! ».

Facile... mais chouette principe

-publicité-
10:18
C'est bon à savoir! - Le grand jeu de la Culture Générale

C'est bon à savoir! - Le grand jeu de la Culture Générale

Par Saturion , 31 août 2015 à 10:18
(2,50/10)
Informations sur l'auteur:
1 (2,50/10) 19 0 0 34
Le jeu qui vous rend idiot !

"C'est bon a savoir !" est un jeu sympathique ou l'on doit répondre à des questions de culture général, certaines fois en répondant dans un temps limité par le sablier.

Plusieurs catégories nous sont désigné selon sur la case sur laquelle on tombe en fonction du nombre de points désigné par le dé.

Pardon ?

Un jeu de loi oui.

Jusque ici tout va bien dans le meilleur des mondes, jusqu'au petit hic qui pose LE problème du jeu (pour ma part).

Les questions sont difficiles !

J'adore les jeux de cultures mais je me suis arrêté en seconde alors certaines cartes relèvent parfois (même pour ma part presque a chaque fois) du miracle si je réponds correctement.

(A vrais dire, le fameux pifomètre m'est d'une grande utilité)

 

Voici quelques exemples :

 

- << Penses-tu ! >> (Philosophie et sciences) : On doit cette invention au poète Charles Cros, qui était aussi scientifique. S'agit-il : Du phonographe, du cinéma, de la TSF ?

 

- << Où et quand ? >> (Histoire géo) : Une ordonnance de François 1er, faisant du Français la langue administrative et juridique du royaume, porte le nom de cette ville de l'Aisne dont Alexandre Dumas est natif.

S'agit-il de : Soissons, Saint-Quentin Villers-Cotterêts ?

 

<< Mots de tête >> (Vocabulaire) : Quel personnage balzacien dont les aventures commencent dans "Le père Goriot" désigne un jeune homme ambitieux, arriviste et avide d'ascension sociale : Rastignac, Rubempré, Vautrin ?

 

<< Arts méningés >> (Peinture, musique, sculpture, danse ect..) : "Doré comme un rêve et rempli d'harmonies" selon Victor Hugo, ce palais également célébré par Chateaubriand est un chef-d’œuvre d'architecture arabo-andalouse?

Est-ce : l'Alhambra, l'Escurial, le Prado ?

 

<< Moteur >> (Cinéma) : Palme d'or à Cannes en 1987, ce film de Maurice Pialat est l'adaptation d'un roman du même titre de Georges Bernanos. Quel est-il ?

 

<< Champion du monde >> (Exploits, particularismes et coutumes) : Le premier prix Nobel de littérature fut décerné en 1901 à un écrivain français. S'agit-il : de Paul Claudel, de Sully Prudhomme, d'Anatole France ?

 

Voici pour se qui est des thèmes.

Sachez donc qu'il y a aussi des mimes, intitulé << Chut ! >> ce qui sous-entend que nous ne devons pas parlé,

Comme par exemple une carte ou nous devons faire deviner en mimant un escalator, ou l'indice donné est "C'est reposant !".

Un indice à faire mimer encore plus simple vu que nous ne pouvons parler ! ^^

 

Se trouve aussi la catégorie spéciale << Au trait >> ou nous devons dessiner, ou sur une carte on nous donne "Inventez un rébus pour faire deviner aux autres joueurs ce peintre français : Eugène Delacroix."

Avec comme indice "Sardanapale".

Très simple me direz-vous ? ^^

 

Sans oublier le << Au moins deux >> ou il suffit de donné au moins deux... Sur une carte on nous donne trouvez au moins deux James Bond Girls.

Croyez-le ou non, sur toutes les cartes que je viens de vous citer, seule celle-ci était une question ou je pouvais répondre de par moi-même ! ^^

 

Mais Ce n'est pas tout, le jeu contient également des cartes "Virevolte !"

Je vous en cite une qui résume bien ses cartes :

"Chantez du mieux que vous pouvez GASTIBELZA, le poème de Hugo que Georges Brassens a mis en musique : << Gastibelza, l'homme à la carabine, chantait ainsi : Quelqu'un a-t-il connu dona sabine, quelqu'un d'ici ? Chantez, dansez, villageois ! La nuit gagne le mont Falu? Le vent qui vient à travers la montagne me rendra fou !..."

 

Heu.. Comment dire..J'ai une bonne culture général mais la s'en est trop !

 

Ce jeu est clairement un jeu de société ou l'on peut apprendre de nouvelles choses et enrichir sa culture générale si toute fois on trouve des personnes qui acceptent d'y jouer plus d'une fois alors que la plupart du temps nous avançons seulement a l'aide du dés et non de nos bonnes réponses..

 
09:42
Chicken Caesar

Chicken Caesar

Par Frère Tuck , 31 août 2015 à 09:42
(8,50/10)
Informations sur l'auteur:
25 (8,52/10) 33 0 0 205
Mieux que l'Etat-policier : le régime aux poulets

Ça raconte quoi ?

Tu es à la tête d’une illustre famille patricienne de poulets. Tu as soif d’honneurs, de pouvoirs et de renommée.

Ça marche comment ?

Comme un jeu de placement de poulets (rooster placement board game). Le but est d’accumuler le plus de points d’héritage à la fin de la partie. Le plateau représente les bureaux des coqs en fonction de leur rang et de leur ancienneté : Praetor, AEdiles, Consul, Censor, et, bien entendu, Caesar. On prévoit déjà de la place pour les exilés, pour les morts, mais aussi pour les prochaines recrues, simples Quaestor. Avant de commencer, chaque joueur place en sens horaire puis en sens anti-horaire un coq dans un bureau vacant.

Chaque tour de jeu va suivre les étapes suivantes :

  1. AVANCEMENT & PROMOTIONS (sauf 1er tour). Les coqs cherchent un bon boulot. Cette phase a lieu en 4 temps.
    1. Ancienneté : progression interne à une même fonction.
    2. Élections : progression d’une fonction à une autre. S’il y a plusieurs candidats pour un poste, on vote.
    3. Promotions : les quaestor remplissent les places vacantes chez les praetor et les aediles. Promouvoir l’un de ses coqs est payant, passer aussi, seul promouvoir un coq adverse est gratuit.
    4. Retours d’exil : les exilés redeviennent Quaestor.
  2. ACTION. Les coqs font leur boulot.
    1. AEDILE. Le plus ancien fait la première proposition de taxes (de 1 à 5), dans les limites de +2/-2 par rapport au tour précédent. L’édile suivant approuve, réduit, ou annule la proposition, puis le plus jeune édile fait de même si les deux précédents édiles n’étaient pas d’accord.
    2. PRAETOR. Le plus ancien construit le deck de cartes Praetor en y incluant le nombre de Traîtres indiqués sur la piste de taxe (de 3 à 7). Des cartes Vigiles sont ajoutées de sorte à obtenir un deck de 10 cartes. Il regarde ensuite le deck, choisit secrètement une carte qu’il pose face cachée à côté de l’un des bureaux. Puis il passe le deck au Praetor suivant. Et ainsi de suite jusqu’à ce que les 10 cartes aient été placées (en remplissant les 10 emplacements correspondants sur le plateau).
    3. CENSOR. Il peut exiler un AEdile, un Praetor, un Consul. Ou lui-même, histoire de se mettre à l’abri.
    4. CONSUL. Les joueurs proposent aux consuls de transférer un insigne de leur famille encore non attribué vers un monument de l’un de leurs coqs morts.
    5. CAESAR. Il s’endort sur ses lauriers.
  3. PRIX & RECOMPENSES. Les coqs sont récompensés pour leur boulot.
    1. Chaque coq reçoit l’insigne correspondant à sa fonction. Si un coq reçoit un insigne qu’il a déjà, celui-ci est stocké par le joueur en attendant de pouvoir l’attribuer à un monument.
    2. Les Aediles reçoivent les céréales (taxe – 1) et César touche son pactole (= taxes).
  4. ATTAQUE. Les coqs prient pour éviter les renards que de vils traîtres auraient fait rentrer dans les bureaux. On retourne les cartes Praetor. S’il y a plus de traîtres que de Vigiles, le bureau correspondant subit des pertes (autant que de traîtres en excès). Si nécessaire on procède à un vote pour savoir qui se fait bouffer tout cru. Seuls les traîtres à côté du bureau du Consul sont corruptibles (pour 3 céréales, l’un d’eux s’en va).
  5. USURE DU POUVOIR & AJUSTEMENT. S’il y a des morts, c’est que Caesar n’a pas bien fait son boulot. Il n’a plus qu’à mourir, de honte ou de grillade. S’il n’y a pas eu de morts, mais que le coq Caesar était déjà Caesar au tour d’avant, bravo ! Il a exercé un boulot stressant deux tours durant, il meurt d’une crise cardiaque. Et quand Caesar meurt, son Censor redevient Quaestor. Place aux jeunes ! Si malgré tout Caesar ne meurt pas, il en profite pour augmenter les taxes de 2 niveaux, histoire d’être sûr de mourir au prochain tour…
  6. ACCOLADE. Les coqs prient pour leurs morts. C’est à ce moment que les joueurs qui ont des insignes en excès font des propositions de monuments, en plaçant leurs jetons insignes à côté de leurs poulets morts non encore décorés. Il faudra y rajouter au moins 1 céréale.

Pour les avancements comme pour les attaques, il faut voter. Un marqueur de Suffrage va tourner en sens horaire à chaque vote déterminant le 1er votant.

  1. Les coqs à départager sont placés sur la piste de vote.
  2. Le 1er votant propose l’un des coqs. S’il est à lui, et qu’il s’agit d’un avancement, il doit payer 1 céréale.
  3. Le 2ème votant confirme son choix, ou bien propose un autre coq, ou bien passe. Une proposition est réalisée dès qu’elle est confirmée.
  4. Lorsque toutes les propositions ont été confirmées, le vote prend fin.

Presque tout est négociable, notamment en l’échange de céréales. Les promesses doivent être tenues si elles impliquent un paiement de céréales. Caesar dispose d’un veto (à usage unique) pour les votes.

Le jeu se termine si l’une des 3 conditions suivantes est remplie :

  1. Pas assez de coqs pour remplir les bureaux vacants.
  2. Plus d’insigne pour l’un des bureaux.
  3. Une famille a été exterminée.

On procède au décompte en additionnant :

  • 1 point / céréale.
  • 1 à 3 points / insignes non attribués.
  • Les points des insignes attribués (l’essentiel du score).

Les insignes rapportent d’autant plus de points qu’elles sont de rang élevé et qu’on en a plusieurs exemplaires de même rang (1 Praetor rapporte 1 point, 4 Caesar rapportent 30 points).

Ça vaut quoi ?

C’est un jeu très rigolo qui tient bien la route de la parodie sans faire l’impasse sur les mécaniques de jeu. C’est clairement un jeu de parlote où tout le monde cherche à embobiner tout le monde du début à la fin. Du coup, le jeu est assez peu maîtrisable. En plus des interactions assez difficiles à anticiper, c’est surtout le système de vote qui va poser problème, car tous les joueurs ne prennent pas forcément part au vote (loin de là). Alors que certains joueurs vont prendre part aux votes qui les intéressent ou qui vont leur rapporter de gros pots de vin, d’autres joueurs vont être exclus des votes les concernant ou susceptibles de leur profiter. Reste un jeu très fun et très dense, aidé en cela par la faible durée de vie des poulets dans ce monde « civilisé ».