Derniers commentaires

  • Il ne serai pas vraiment déconnant de voir effectivement des productions revenir en occident. Voir même une boîte comme cmon s'offrir sa propre unité de production ( je repense à cet article qui annonçait que cmon avait une trésorie de quelque chose comme 5 millions de $)
  • Tiens cela me fait penser que je n'ai pas reçus mon Tokaïdo collector que j'ai kickstarter et que mon magasin de jeux de société peu le commander pour moins cher et le recevoir avant moi.....
  • Cool ces problèmes de production de fig!
    Les éditeurs vont peut être revenir sur la manie de rajouter des figs pour tout et pour rien, alors que ce n'est pas toujours nécessaire et que cela gonfle le prix et l'encombrement pour jouer avec des bouts de plastique tout moches si non peints...
  • Sympa comme idée - dommage que je ne puisse pas venir à Cannes.
  • Un autre truc qu'on risque de voir arriver ce sont de nouvelles méthodes de production. En industrie quand on fait un moule pour du plastique c'est pour faire plusieurs millions de pièces. Avec nos dizaines ou centaines de millier de figs pour un tirage, en jeu de société on a l'air riquiqui à côté ^^
    Les méthodes d'impression 3D commencent à devenir dispo en industrie pour de 'petites quantités' (de 10 à 900k unités), qui tombent pile poil dans les besoins pour le jeu.
    C'est récent, ca commence juste, et ca pourrait ouvrir desnouveaux canaux. J'ai vu ca en parcourant le site du fabricant de presses à injection : http://www.arburg.com/en/products-and-services/additive-manufacturing/
    En gros c'est un peu le même principe que les imprimantes 3D de bureau à filament, sauf qu'ils utilisent des billes de plastic standard (les mêmes qu'en injection). La résolution n'est pas encore la mais dans une ou deux générations de machines... Idem pour les machines à poudre (laser sintering) et à résine, c'est encore limité aux prototypes mais ca évolue très très vite.
    Si les figs reviennent plus cher mais qu'on évite les 8-15k$ de frais de moule, pour tirer 5-20k figurines ca demande réflection.
  • Il reste pas mal de plasturgistes en europe (injecteurs). En industrie classique, il est assez fréquent que les pièces soient injectées sur les presses "ici" avec des moules fabriqués "là bas" (asie etc). Vu que c'est automatisé, le cout/pièce est très proche.
    Ce serait faisable avec des figs.
    Sauf que tu ajoutes de la main d'oeuvre : dégrappage (en général un moule te sort pas une pièce/fig toute seule, mais plusieurs attachées à une grappe, qu'il faut détacher délicatement avec des petits doigts humains), et éventuellement assemblage (pour les figs en multi-pièces, c'est encore des petits doigts humains délicats avec des tubes de colle). Donc les pays à bas coût de main d’œuvre ont encore je pense un avantage compétitif non-négligeable.
    Mais effectivement comme dit Eric plus haut, si le "kiloplastic" se développe encore, il est envisageable que les gros fabricants EU & US investissent dans de l'outil de prod local (et développent les compétences qui vont avec, because ça s'improvise pas). On verra.
  • Le crowdfunding permet à de nouvelles maisons d'éditions d'exister comme celle de Jamey Stegmaier aux Etats-Unis. Les créateurs de campagnes de Crowdfunding annoncent des dates de livraison souvent trop optimistes pour optimiser le nombre de contributeurs surtout pour celles qui prévoient une livraison pour le sapin de noël... Je crois que KS ne fera rien au nom de la neutralité de leur plateforme. Ce sont aux contributeurs de jouer la carte de l'intelligence collective pour y voir plus claire sans s'énerver ou se fâcher. J'ai contribué à 11 jeux de société qui ont réussi leurs campagnes de financement participatif et j'ai bien reçu ces onze jeux. Mon premier critère, c'est l'adéquation de l'expérience du créateur avec la taille de son projet. Je conseillerai aux créateurs d'une première campagne de crowdfunding de commencer avec un jeu au nombre de composants le plus limité possible. Je pense à un créateur breton dont le premier jeu est un simple jeu de cartes et qui a livré exactement à la date promise le jeu conforme à sa description.
  • Bonjour, excellente idée de faire participer des inconnus sur un jeu de cet envergure.

    Moi je propose un jeton qui pourrait se trouver dans les 2 catégories et qu'on pourrait nommer MOLBUS.

    Molbus "copie + ou -"

    Permet à son possesseur de marquer le même nombre de points que le meilleur score du stage autre que son son propre score, autrement dit, même si le possesseur obtient le meilleur score sur le stage, il devra obligatoirement prendre les points du joueur qui en aura obtenu le plus en dessous de lui.

    Ce jeton pourrait être utilisé pour soit même, au risque de l'utiliser et d'obtenir un score inférieur à son propre score mais aussi de l'utiliser en augmentant ses chances de marquer des points sur le stage.

    Ou alors ce jeton, pourrait être donné à un de ses adversaires afin de lui faire marquer le même nombre de points que celui qui en aura le moins sur ce stage, autrement dit, le joueur qui a donné le jeton pourrait faire exprès de mal jouer le stage pour que le joueur qui se retrouve en possession du jeton soit obligé de faire un petit ou un score nul, ce qui bien sûr sera pénalisant pour le joueur qui a donné le jeton si il décide de mal jouer car lui aussi obtiendra un petit ou un score nul.

    Mais ce jeton qui aura été donné en tant que malus pourrait devenir un bonus au joueur qui en hérite si son score est inférieur au joueur qui en a marqué le moins sur ce stage puisque son score ne compte pas
  • "Force est de constater que la grogne monte chez les pledgeurs. De plus en plus. Mais c’est finalement leur faute. "
    Exactement. Il faut acheter les jeux qui sortent et laisser les éditeurs faire leur travail.
    "Financement participatif". Mon œil. Pré-commande à l'horizon infini. Si le jeu sort un jour, on aura bien le temps de se le procurer. Et les figurines en plus ou autre suppléments on s'en fiche. Ou alors le jeu n'est-il suffisamment intéressant qu'il faille cela ?
    Et si des jeux ne doivent pas voir le jour car ils ne trouvent pas de moyen de financement, on s'en fiche.
    Il y a déjà tellement de sorties par an...
  • Bonus: "L'aimant"

    Même principe que la banane, le jeton est lancé sur le tableau d'un adversaire, qui aura pour obligation de relier son tracé à un point identifié sur une des bordures du jeton. Cela fonctionne pour les tracés comme pour les cercles, mais non pour les cibles.
  • Article très intéressant. Vous soulevez le vrai problème : la saturation de la production ludique actuelle et qui est la conséquence de la profusion de jeux (KS ou pas, avec ou sans figurines d’ailleurs).
  • Je dois avouer que je ne comprends pas pourquoi les joueurs râlent des délais des jeux via la participation.
    J'ai participé et je participe encore à quelques projets ciblés (jeux et cd). Il s'agit de création et je préfère un projet bien abouti avec un délai nécessaire qu'un projet bâclé. De toute façon si nous souhaitions ce même jeu pledgé, il ne serait pas disponible plus tôt en boutique, alors patience pour une belle expérience.
    De plus la participation apporte, l'information sur les phases de création comme sait si bien le faire partager l'équipe du jeu V-Commandos.
    Je ne pense pas que l'ère des figurines est à son apogée. Elle permettent plus d'immersion à mon sens.
    Par contre je crois que l'avenir sera aux figurines pré-peintes de belle qualité.
    C'est bien de se projeter dans des figurines grises, mais c'est mieux quand elles sont peintes.
    Je trouve les jeux globalement pas très chers par rapport à d'autres loisirs étant donné le nombre d'heures d'utilisation que nous en faisons.
    Je suis d'avis que les clients sont prêts à payer un jeu plus cher s'il est encore plus beau.
  • J'ai ma méthode quand je soutiens un projet. Je l'oublie et comme ça je ne pense plus aux délais et un jour j'ai une surprise dans la boîte aux lettres! Tellement d'autres jeux à jouer avant...
    Sinon l'article est très intéressant. Merci
  • Crasse : "+ loin"

    Le joueur doit joué debout et à 50 cm de la table.
  • Ah Kickstarter et ses promesses mirifiques !!!

    Un peu le Uber du jeu de société, où comment manger le grain des éditeurs à bas coût. J'espère seulement une chose c'est que cet embouteillage ne va pas gêner les "vrais" éditeurs qui ont pignon sur rue, et qui paient ses employés en CDI, ces charges etc etc et qui prennent de vrais risques tous les jours... je ne parle pas des petites boutiques et du milieu de la distribution qui emploient du monde (n'oublions pas que l'on paie un jeu aussi pour ses aspects).

    Malheureusement, quand on parle de Kickstarter, on parle plus souvent d'affaires de gros sous, des SG (je vous renvoie à la vidéo bien choquante de Monolith en train de s'extasier devant des chiffres qui grimpent sur un écran d'ordi comme tout trader de Wall Street). Rajouter à celà le flou autour du modèle économique de ce mode de financement. Le plus pernicieux, pour un joueur et un passionné de la chose ludique comme moi, est la mise en avant des figurines avant la mise en avant des règles et du système de jeu (peut-on encore parler de jeu ou simplement de plasticophilie ?).

    Quand on parle éditeur, on par le nombre de boîte, gamme de jeu, n'est-ce pas un peu plus humain qu'une somme d'argent sur un écran d'ordinateur ? L'édition est un métier, au sens noble du terme, vouloir le révolutionner à tout prix n'est pas la solution, et peut être dangereux.

    Loin de moi d'enterrer le financement participatif mais il faut savoir l'utiliser à bon escient. Je trouve l'intérêt de ce mode de financement vraiment intéressant dans certains cas notamment les campagnes de Asyncron Games (Fief, eFreedom) qui proposent des jeux extrêmement ciblés, vraiment très risqués et qui veulent s'assurer d'un certain nombre de boîtes vendus pour lancer l'aventure dans les réseaux plus traditionnels. Bref, du microwfunding.

    Le macrowfunding (Exploiden Kittens, Conan, 7th Continent...) et le crowfunding pour le crowfunding (Zombicide) n'est à mes yeux plus quelque chose de participatif au sens étymologique (« prendre part à ») mais plus un mode de vente ("être client de"). Il ne faut pas s'étonner que les clients se rebiffent là où les participants sont plus tolérants.


    Et puis de toute façon le Kubenbois vaincra !!!!
  • Je n'ai qu'une chose à dire : Urgence !!!
    Mais c'est excellent de voir un "party game" original comme celui-ci, sortir. Là, rien qu'à l'explication, on sent que l'ambiance va être au rendez-vous. Merci merci merci !!! Et voilà, je craque. Le goodies idéal dans la boite serait Monsieur Guillaume, son rire et sa bonne humeur, dont je suis fan. (ou peut-être une application "Monsieur Guillaume" :D )
    Bravo pour ces bonnes idées à l'auteur. Il y a un truc qui tourne pas rond dans nos têtes hein ! ^^
  • Je ne crois pas que la croissance des jeux de plateau avec figs soit portée par une poignée d'acheteurs compulsifs qui remplissent leurs étagères, mais plutôt par l'élargissement du public. Avant, les jeux de figs étaient un type de jeu qui ne se vendaient qu'auprès d'un public particulier (les warhammer et autres). Tandis que des jeux comme Zombicide ou X-Wing ont intéressé un public de joueurs de JdP "standards", en prenant le meilleur des deux mondes : les regles fun et faciles d'accès d'un côté, l'immersion et la qualité du matos de l'autre. Le public s'est élargi et de plus en plus de gens ont un jeu avec des figs dans leur ludothèque. Voir plusieurs, sans redondance : prenons ces 5 jeux : Zombicide, Blood Rage, Conan, Scythe, X-Wing : ils n'ont absolument rien à voir en terme de gameplay !
  • Et la boutique à Goodies sait-on quand elle arrivera à nouveau ??
  • Il est noté que la version japonaise est a partir de 10 ans. La version française donne 8 ans. Est-ce dû aux illustrations très enfantine de la localisation ou une volonté éditoriale/marketing d'attirer les plus jeunes à jouer avec leurs parents (ce qui est louable :)) ? Mini Games a une charte colorée que j'apprécie, mais pour le coup, quand je vois le style jap, j'ai un pincement au cœur comme avec Love Letter.
  • Mois ce que je me demande, c'est est-ce que cette jusqu'où va croître cette demande de figurine en plastique ? Je pense que celle-ci sera bien plus portée par les jeux des éditeurs qui ajoutent toujours plus de pions en plastique sculptés de qualité sur des quantité de jeux de plus en plus importantes. Bien plus que par les projets Kickstarter Kiloplastic qui pour moi vont finir par s’essouffler (ce n'est qu'un avis je peux me tromper).

    Je me dis quand même que dépenser plusieurs centaines d'euros dans un jeu, la plupart ne le fera pas tous les ans. Et même si le monde du jeu est en croissance, le nombre de joueur pousseur de figurine restera toujours à la marge des jeux qui font pouet-pouet.

    Bref, quand les joueurs auront un, deux ou N jeux à 100€ (ou beaucoup plus) sur les étagères, il sera tant d'y jouer non ? A moins que nombreux soient ceux qui peuvent entreposer des centaines d'euros sur des étagères (ou dans des cartons) juste par collectionnite.

    Voilà, du coup je me demande jusqu'où ça va croître... mais il y a surement de la place pour une usine ou deux pour sûr.
  • Je trouve cet article hilarant tellement il résume d'une manière enfantine que "KS = figurines" ! Mais le financement participatif ne se résume pas uniquement à cela. Oui le participatif a très clairement encombré les chaînes de production de figurines. Mais non de non, arrêtez de tirer à boulets rouges sur le crowdfunding en étalant à tout va cette petite théorie tout droit sortie de la maternelle. Le participatif a ses désavantages tel qui a été expliqué dans ce sujet (qu'on aurait simplement pu expliquer en deux lignes). Mais pourquoi ne jamais parler de tous ces beaux projets issus du participatif ? Ces petites pépites ludiques qui n'auraient jamais vu le jour sans cette vilaine "pompe à fric" ! On oublie bien trop vite les 10tk, IKI et autres Evolution. Je suis personnellement exaspéré de constater que de tels sujets peuvent encore être résumé d'une manière si simpliste et réductrice.
  • Voila, l'autorégulation normale du marché a enfin touché ce secteur des KS à figs. Il était temps, cela va faire un peu le tri.

    Quand à augmenter la capacité des usines, c'est un pari important, car si l'on regarde la courbe du succès des KS à figs, n'est on pas arrivé au sommet? Le soufflet ne va-t-il pas retomber pour finir par se stabiliser. Quand tous les gros pledgeurs auront rempli leur étagères / caves/ combles de figs de Conan, Star wars, et autres... que se passera-t-il? Je suis pas sûr que le marché conservera un tel rythme de croissance ou un tel volume de pledges.
  • Et puis on pourra lire "La fabrique du monde" de Sophie Van Der Linden sur le bonheur de travailler dans une usine là-bas (certes dans le textile, mais l'arrivée des commandes, les délais à tenir, tout ça doit être semblable).
  • En fait, M.Phal explique bien que ce n'est pas un probleme de KS ou de SG, mais bien plus globalement le succès des jeux avec des figurines, quel que soit leur mode de financement et de vente, et les capacités de production insuffisantes. Avant Zombicide, qui aurait parié que des jeux à 80€ remplis de figs se vendraient comme des petits pains à des joueurs lambda? Pas grand monde, mais ceux qui l'ont anticipé et monté leurs usines en Chine peuvent se frotter les mains aujourd'hui.

    De manière encore plus générale, je dirai que c'est un effet collatéral de l'amélioration des éléments de jeux, avec remplacement des meeples et des jetons en cartons par des figurines méga-détaillées même sur des jeux de plateau / gestion (blood rage, scythe). On peut aussi citer la ré-édition de Mythic battles, qui était en carton, en jeu de figs.
  • bonne idée ce concours et déja d'excellentes idées proposées. Les auteurs n'auront pas à chercher loin pour de nouveaux jetons!

    Crasse:
    - souplesse: dessiner en passant le bras sous la jambe
    - j'entends rien: mains sur les oreilles, le joueur doit dessiner avec le crayon entre les coudes

    Bonus:
    - coup de coude: le possesseur peut donner un "léger"coup de coude pour faire bouger un crayon adverse. Le trait obtenu ne peut être effacé
    - solidarité: les autres joueurs marquent autant de points que celui qui en a marqué le moins sur le round
  • On peut également parler de ces fameux SG. La difficulté pour un porteur de projet va être d'évaluer la capacité de financement de son bébé. Je parle ici surtout pour les grosses boites en mesure d'engager des ressources financières importantes avant même la fin du KS. De cette manière là elles peuvent tout prévoir (notamment les moules) et démarrer très rapidement la production après le KS. Laisser les SG "ouverts" peut être dangereux dans le sens où on peut vite se faire déborder en cas de gros succès. C'est évidemment difficile de jauger ça en amont mais aux backers de savoir ce qu'ils veulent : Soit tu veux ton jeu avec quelques SG limités (ça ne veut pas non plus dire qu'ils soient TRES limités) et tu reçois ton jeu "rapidement", soit tu préfères une campagne énorme" à la Conan" et tu acceptes qu'il puisse y avoir de gros retards.
    Le financement participatif est encore neuf. On le sent. Aux porteurs de projets et aux clients de s'entendre avec l'expérience. A priori, et ce n'est qu'un avis comme un autre (je ne m'y connais pas), il est préférable pour le porteur de projet de limiter ses SG. On parle souvent des conséquences qu'ont ces retards pour les clients mais les vrais perdants ce sont les boites... Ces dernières vont devoir se rassurer, bloquer leurs SG en fonction de leurs estimations (l'expérience va devenir importante), ne pas hésiter à prévoir des délais plus larges. A nous également d'accepter ça et de comprendre qu'à toujours vouloir plus on contribue à ces retards (les conséquences sont simples : il faut de nouveau faire appel à des sculpteurs qui ne sont pas forcément disponibles, attendre la fin de leur travail et peut être décaler la production de plusieurs semaines... Eh oui, on perd notre priorité sur les chaines de production d'où mon avis que les porteurs de projets vont devoir se rassurer et se limiter). A nous de nous satisfaire de ce qu'apporte KS sans toujours en vouloir plus, à savoir avoir accès à des jeux superbes, avec beaucoup d'éléments supplémentaires , toujours plus beaux et à des tarifs très avantageux.
    On va y arriver ! =)
  • C'est surtout la responsabilité du porteur de projet de prévoir un délai suffisamment large pour livrer dans les temps. Il peut naturellement y avoir des impondérables, mais si on a prévu de la marge ca doit rester gérable.

    Un autre facteur important dans la relation avec les fabricants, c'est le 'repeat business' comparé aux 'one-shot' : il est clair qu'un éditeur qui travaille régulièrement avec un fabricant aura plus de poids qu'un éditeur qui a un projet ponctuel avec ce fabricant. Certains fabricants comprennent très bien l'intérêt de construire des relations à long terme, et n'hésitent pas à refuser des projets s'ils n'ont pas la capacité de tout traiter.

    Pour ce qui est des nouvelles usines, il y a des choses qui bougent. Au Viet-Nam notamment, proche de la chine mais avec des spécificités qui promettent le pays à un avenir industriel intéressant.

    Ensuite, sortons la boule de cristal...

    Un aspect très intéressant est le possible retour de la fabrication plastique en Europe et aux USA. En effet, ces dernières 10-20 années (voire plus), les capacités de production en plastique injecté ont massivement été transférées d'europe (Allemagne notamment et USA) vers l'asie, moins chère niveau main d'oeuvre. A noter que les machines d'injection sont toujours de fabrication Allemande ou Américaine, par exemple Arburg est localisé dans ces deux pays ( https://www.arburg.com/en/products-and-services/injection-moulding/injection-moulding-machines/ ).
    Face aux délais et coûts croissants de transport, et vu la montée de la demande pour des pièces injectées dans le secteur du jeu de société, il ne serait pas du tout surprenant de voir les grosses structures de fabrication Européennes (Ludofact, NSF, ...) et Américaines (GPI, Warmer, Ludofact US, ...) envisager de réinvestir dans des capacités de production locales.

    Pour ce qui est de la sculpture, en dehors des cellules de sculpture et deisgn internes aux grands fabricants, il y a aussi un développement et une professionalisation marquée de petits studios spécialisés dans la sculpture, ou plutôt la modélisation 3D de figurines cars ce métier aussi change, et le vecteur et les quads surfaciques ou les modèles solidworks remplacent progressivement le bouchon, fil de fer et 'green stuff' chers aux amateurs de la méthode traditionnelle.
    En tout cas une chose est certaine, c'est une période de changements qui arrive et le secteur est en ébullition!
  • Visiblement mantic ils ont compris.....on est très très loin des 500 figurines pour 100 euros :)
  • Je pense qu'à l'heure actuelle, en attendant un changement dans le secteur de la production, les porteurs de projets vont devoir revoir leurs délais. C'est à dire ne pas hésiter à donner une date de livraison de 12-18 mois. Je ne pense pas que ça dérangera les pledgeurs (il me semble que Scythe et 7th Contient ont bien expliqué que leur jeu n'était pas terminé). Ca évitera les frustrations. Au mieux, le projet est en avance et tout le monde est content.
  • Crasse : Changement de corps. Vous designez 2 adversaires chacun se saisit du bras de l'autre et doit dessiner avec.
    Bonus : Check up express. Le temps du sablier le joueur peut dépenser son bonus pour poser son calque sur l'image .Le sablier ne s'arrête pas pour autant. Valable pour un seul essai.
  • Salut !

    Voici mes propositions :

    Bonus crasse : "Chapardeur"
    Le joueur possédant ce jeton peut prendre un jeton bonus à un autre joueur.
    Le visuel du jeton pourrait être une main qui prend un jeton bonus.
    L'idée de ce bonus est de contrebalancer le fait que parfois les joueurs gardent longtemps leurs bonus. Là ça met un peu la pression à ceux qui ont un côté "écureuil" à bonus.

    Malus : "Ça pique !"
    Le joueur affecté par ce malus perd une étoile de plus qu'indiqué sur les éléments de quête à éviter. Ainsi un élément qui fait perdre 2 étoiles lors du décompte, en fera perdre 3.
    Le visuel du jeton pourrait être un +1 à coté d'un jeton brisé.
    Un peu à l'image des malus existants, ce malus n'est pas rédhibitoire et l'on peut s'en sortir sans trop de casse si l'on ne prend pas trop de risques lors du niveau suivant.

    Voilà !

    Et bravo pour le concept et le visuel de Loony Quest !

    A+